Noël - Pourquoi Dieu est-il devenu homme?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le b.a.-ba du christianisme

mardi 18 décembre 2018 à 22h00

Durée émission : 25 min

Noël - Pourquoi Dieu est-il devenu homme?

© Wikimédia Commons - Adoration des bergers, par Matthias Stomer (1632)

À Noël on fête la venue au monde de Jésus. Par cette naissance Dieu s'incarne en homme pour partager notre condition. Pourquoi cela ? La réponse tient en deux mots : par amour.

NOËL À TRÈBES (AUDE) Cette année pour célébrer Noël, RCF invite ses auditeurs à suivre une programmation spéciale en direct de Trèbes (Aude). Commune doublement éprouvée cette année par les inondations d'octobre 2018 et les attaques terroristes du 23 mars, au cours desquelles cinq personnes ont trouvé la mort, dont le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame.
> En savoir plus

 

Pourquoi Dieu s'est-il fait homme ? La réponse tient en deux mots : par amour. Et cependant, cette question ne cesse d'interpeller les croyants. "Cette question résiste : que Dieu soit Dieu cela nous convient, que l'homme soit homme cela nous convient aussi : mais que Dieu ait pu devenir l'un de nous, cela pose problème" observe le P. Sylvain Gasser, auteur de "100 raisons de vivre en chrétien" (éd. Bayard).

Si Dieu devient homme il nous faut "revenir sur notre propre humanité : quel est le sens de l'homme ? Qui suis-je au regard de Dieu ? Et surtout qui suis-je au regard de mon semblable, mon frère, ma sœur, proche de moi ?"

 

Noël, quand Dieu dérange

Nous serions donc prêts à accepter plus facilement l'idée d'un Dieu éloigné plutôt qu'un Dieu tout proche ? Quand il s'agit de croire que Dieu a pris notre condition, "ça dérange parce qu'on a l'impression que quand on regarde sa propre humanité, sa propre chair, on en voit ses jouissances mais on en voit très vite ses défauts, ses souffrances, ses limites, ses faiblesses". L'incarnation est quelque chose de difficile à concevoir, même pour ceux qui se disent croyants, elle est sans cesse à méditer.

Le Père Sylvain Gasser observe que la question "revient en force" ces temps-ci, mais que c'est une bonne nouvelle. "Essayer de concevoir que Dieu ait pu passer par la case de notre humanité, c'est-à-dire non seulement qu'il soit l'un de nous, mais qu'il ait pu éprouver tout ce que nous vivons, surtout dans la question de la souffrance, cela demeure une question qui devient de plus en plus grave."

 



 

L'énigme du mal

Si la question de l'incarnation se pose avec gravité c'est qu'elle nous renvoie directement à la question du mal et de la souffrance. Pourquoi le mal ? "On voudrait avoir une réponse, on n'en aura jamais." Et il est très difficle d'accepter qu'il n'y ait pas de réponse ! Dieu en devenant l'un de nous "va aussi entrer dans les affres de la douleur" et "devenir aussi une énigme par rapport à la question du mal : comment Dieu peut accepter cela ?"
 

Le sens de l'incarnation

Dans l'Ancien Testament, au livre d'Isaïe, il est dit : "La multitude avait été consternée en le voyant, car il était si défiguré qu’il ne ressemblait plus à un homme ; il n’avait plus l’apparence d’un fils d’homme." (Is 52, 14) Non seulement Dieu devient l'un de nous, mais en plus on ne va pas le reconnaître. "Il va falloir revenir sur notre propre humanité : quel est le sens de l'homme ? Qui suis-je au regard de Dieu ? Et surtout qui suis-je au regard de mon semblable, mon frère, ma sœur, proche de moi ?"

 

Invités

  • Père Sylvain Gasser, prêtre de la congrégation des Assomptionnistes, musicologue, musicien, éditeur

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 22h, le jeudi à 16h et le dimanche à 8h

"Le b.a-ba du christianisme" ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le christianisme sans jamais oser le (re)demander… Dans le souci de s’adresser au plus grand nombre et avec curiosité, Elise Chardonnet sollicite théologiens et biblistes pour un échange enthousiaste.

Le présentateur

Élise Chardonnet