Noël, une histoire vraie?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le b.a.-ba du christianisme

vendredi 28 juillet 2017 à 16h00

Durée émission : 25 min

Noël, une histoire vraie?

© Wikimédia Commons / "Le nouveau né", Georges de La Tour, v. 1648

Un enfant né dans une mangeoire entre un âne et bœuf. Pour certains, Noël relève du folklore. Retour sur les origines de la fête avec le p. Lionel Dewavrin, invité de Mathilde Hauvy.

"Noël" vient du latin "natalis", qui signifie le "jour natal". A l'origine, on célébrait la naissance du sol invictus, c'est-à-dire le soleil invaincu. Une fête païenne, donc que le christianisme a radicalement transformé: "Notre soleil invaincu c'est le Christ", explique le Père Lionel Dewavrin.
 

Pourquoi un 25 décembre?

Le choix de cette date est la combinaison de deux traditions païennes. Que l'on doit à la fois au culte de Mithra, une divinité perse, fêtée le 25 décembre. On fêtait aussi le sol invictus, pour le solstice d'hiver. La raison de ce choix réside principalement dans le fait que l'on ne sait pas quand est né le Christ - les juifs ne célébraient pas les anniversaires. Quant à la fête de Noël, elle ne s'est imposée qu'à partir du IIè siècle, d'abord, à Rome, puis en Orient, puis en Gaule...
 

L'évangile de Luc

L'histoire de Noël est connue: Joseph et Marie qui doivent se faire recenser à Bethléem, et faute de place, Marie doit mettre au monde son fils dans une étable. Plus précisément, le jour de Noël, on lit un passage de l'Evangile de Luc (2, 1-14). L'évangéliste y est très attentif aux aspects historiques, il parle d'Hérode et d'un recensement, dans un lieu bien précis. "A travers cela il veut en faire un événement cosmique, qui concerne toute l'humanité."

 

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. – Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte.
Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune. Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux, et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte.
Alors l’ange leur dit: « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple: Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant: « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » (Lc, 2, 1-14 - Source: AELF)

 

Émission enregistrée en octobre 2016

 

Invités

  • P. Lionel Dewavrin, prêtre du diocèse de Lille, professeur au séminaire interdiocésain de Lille

Les dernières émissions

L'émission

du lundi au vendredi à 6h et à 12h30

"Le b.a-ba du christianisme" ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le christianisme sans jamais oser le (re)demander… Dans le souci de s’adresser au plus grand nombre et avec curiosité, Elise Chardonnet sollicite théologiens et biblistes pour un échange enthousiaste.