Que signifie être pèlerin pour les chrétiens ?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le b.a.-ba du christianisme

vendredi 31 août à 6h00

Durée émission : 25 min

Le b.a.-ba du christianisme

© M.MIGLIORATO/CPP/CIRIC - 31 mai 2017, deux Françaises en pèlerinage, lors du Jubilé d'Or du Renouveau charismatique à Rome

Quelle différence entre un randonneur et un pèlerin? Les vertus de la marche sont telles que le corps et l'esprit se déploient... Et Dieu seul sait ce qu'il y a dans le cœur du marcheur!

Qu'est-ce qu'être pèlerin ? Ou plutôt : qu'est-ce qui se passe dans le cœur du marcheur ? "Dieu seul sait de quelle nature est ma marche", dit le Père Jacques Nieuvarts. "Une marche qui ouvre tellement le cœur, qui déploie tellement l'être intérieur de l'homme", que celui-ci se transforme. L'auteur de "La marche dans la Bible - Nomadisme, errance, exil et pressentiment de Dieu" (éd. Bayard) confie : "J'aime ne pas faire de frontière trop tracée entre la marche et le pèlerinage."
 

"Au quotidien on est souvent dans la hâte, dans 1.000 préoccupations : dans la marche on redéploie le temps, on accepte de prendre le temps et on redonne des droits au corps"

 

La marche, pourquoi tant de vertus ?

On fête cette année les 20 ans de l'inscription des "Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France" sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO. Chaque année les milliers de pèlerins qui s'élancent sur le Camino plébiscitent la marche comme moyen de déployer son être et son corps. "Au quotidien on est souvent dans la hâte, dans 1.000 préoccupations : dans la marche on redéploie le temps, on accepte de prendre le temps et on redonne des droits au corps."

 



 

La démarche du pèlerin

"Le pèlerin c'est celui qui part à la recherche de Dieu." La tradition chrétienne s'inscrit dans la tradition israélite du pèlerinage, qui est de partir "à la recherche de Dieu en désirant sa rencontre, en désirant écouter sa parole". Ce pourquoi on va vers des lieux où s'est vécue une expérience spirituelle foirte. Lourdes, Jérusalem, Rome... Des lieux où la prière incessante des fidèles accueille la prière de chaque nouveau pèlerin à son arrivée. "Quand on allume une petit luciole dans une basilique, une petite chapelle, c'est la même chose."

 



 

Faut-il aller en terre sainte quand on est chrétien ?

Du 7 au 14 novembre 2018, un groupe de pèlerins auditeurs de RCF partira en pèlerinage en Terre sainte. Une proposition qui a remporté un vif succès, et qui montre la soif de beaucoup de chrétiens de prier sur les lieux saints d'Israël et de Palestine. Certes, beaucoup craignent aussi de se rendre dans une région du monde "ébranlée par la violence". Malgré cela, le Père Nieuviarts considère que "c'est un grand bonheur d'y aller".

Pourquoi aller en Terre sainte ? "Parce que c'est la terre du peuple de la Bible et que l'on va pouvoir y relire ce que les chrétiens appellent l'Ancien Testament, relire toutes les Écritures qui portent la foi du peuple juif et qui étaient dans le cœur de Jésus, dans la pratique, dans la mémoire active des premiers disciples de Jésus." Ainsi quand on se rend au désert du Néguev, par exemple, on "expérimente la fatigue, la soif, l'épreuve", on sent l'aridité et la terre rocailleuse sous nos pieds... Alors "on désidéalise notre image du désert". Et on comprend autrement le livre de l'Exode.

 

 

Invités

  • Père Jacques Nieuviarts , prêtre assomptionniste, bibliste, conseiller éditorial de la revue Prions en Église

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 22h, le jeudi à 16h et le dimanche à 8h

"Le b.a-ba du christianisme" ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le christianisme sans jamais oser le (re)demander… Dans le souci de s’adresser au plus grand nombre et avec curiosité, Elise Chardonnet sollicite théologiens et biblistes pour un échange enthousiaste.

Le présentateur

Mathilde Hauvy

Mathilde Hauvy est journaliste.