Jean Vanier, mensonges et trahisons

Présentée par

S'abonner à l'émission

L'édito de Sr Véronique Margron

mardi 3 mars à 7h55

Durée émission : 3 min

L'édito de Sr Véronique Margron

​Ce que nous savons aujourd’hui des agissements insupportables de Jean Vanier vient à la fois nous heurter de plein fouet et nous questionner profondément.


Nous heurter car cet homme, dont la stature évangélique et humaniste était très fortement reconnue, se trouve alors pris en flagrant délit et de mensonge et de trahisons.

Mensonges d’avoir prétendu ne pas connaître les méfaits de son maître spirituel Thomas Philippe ; trahison quand à ce qu’il aura prêché sa vie durant, un « évangile de la fragilité ». Car comment dire et écrire cela avec autant de charisme, de force, lui donner visage à travers le travail magnifique de l’Arche, et en même temps abuser de la fragilité des femmes qui furent ses victimes. Nous n’avons pas fini de chercher à comprendre le mystère de cette personnalité au creux de ce scandale. Il faut remercier du fond du cœur les victimes qui ont osé prendre la parole, s’attaquant ainsi à une telle personnalité. Je ne sais si nous pouvons nous représenter le combat intérieur que cela a pu être, le courage qu’il a fallu. Pour celles-ci et toutes les autres. Car nous ne parlons pas ici d’une part d’ombres seulement. Mais de mal, du mal. D’une part noire alors, nocturne.
 
Nous questionner aussi, au-delà de Jean Vanier sans doute. Nous avons besoin, et c’est bien normal, de figures d’identification pour avancer en humanité et dans le chemin de la foi. Mais il y a un problème réel, une impasse même je crains, à trop les magnifier, à les considérer comme de « saints hommes », parfois à les statufier même de leur vivant. Tout cela est trop. Et surtout nous conduit à abandonner tout esprit critique à leur égard. Toute vigilance élémentaire.

Oui, il est des femmes et des hommes qui ont des intuitions magnifiques, qui ouvrent des brèches afin que l’humain le soit davantage, que la solidarité progresse, que le respect de chacun et l’estime qui lui est due, en toute condition, soient à l’œuvre en nos sociétés. Mais gardons-nous de les regarder alors comme des êtres à part. L’altérité est une nécessité en toutes circonstances.
 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 7h55

Tous les mardis dans la Matinale RCF, l'édito de Sr Véronique Margron.

Le présentateur

Sr. Véronique Margron

Religieuse dominicaine, présidente de la CORREF (Conférence des religieux et religieuses de France) https://www.viereligieuse.fr sur Twitter : @veroniqueop