[L'Évangile du dimanche] Un roi monté sur un âne

Présentée par

S'abonner à l'émission

Enfin une Bonne Nouvelle

mercredi 10 avril à 16h00

Durée émission : 25 min

Enfin une Bonne Nouvelle

© Corinne MERCIER/CIRIC - L'entrée du Christ à Jérusalem, Vitrail, égl.de la communauté oecuménique de Taizé (71), France.

Le dimanche des Rameaux marque l'entrée dans la Semaine sainte. Jésus y est décrit comme un humble roi. Un avant-goût de l'offrande de sa vie pour le monde.

Les rois de ce monde ont toujours eu l’art de parader pour démontrer leur force. À cheval, sur un char, en carrosse ou en limousine tout vrai chef se doit  de frapper les esprits en défilant devant ses sujets. Comparé à cette démonstration de prestige le pauvre attelage qui mène Jésus a Jérusalem est dérisoire, il s’agit d’un petit âne qui porte celui qui bientôt sera crucifié. Lui le seul vrai Roi entre dans la ville sainte en toute humilité, il reçoit pourtant l’hommage de ceux qui l’on reconnu.
 

 "Qu'est-ce qu'attendent exactement les foules ? En tout cas elles sont heureuses de cette arrivée de Jésus qui est à hauteur d'homme"

 

LA SEMAINE SAINTE 2019 SUR RCF - Cette année, RCF vous propose de vivre la Semaine sainte avec les frères de Taizé. Une programmation exceptionnelle au rythme de la communauté à suivre en direct du 18 au 21 avril.
> Cliquez ici pour en savoir plus

 

Pourquoi Jésus va-t-il à Jérusalem ? 

Ce dimanche, la procession des rameaux précède la messe de la Passion. On célèbre l'entrée de Jésus dans Jérusalem. Et si le Christ monte vers la ville royale, ce n'est pas pour se faire crucifier, "il part pour que Jérusalem accueille le message et soit touchée", explique le P. Nieuviarts. "Jésus n'est pas un va-t-en-guerre du tout mais il est habité tout entier par la réalité de Dieu."
 

LE ROI DES PAUVRES

Dans le texte de Luc, on lit la joie et l'émerveillement des foules. Ce "roi des pauvres" en effet "éveille une espérance folle", dit le P. Nieuviarts. C'est là aussi qu'est toute l'ambiguïté : on attend un roi qui libère Israël, que pourra bien faire cet homme monté sur un âne ? "Qu'est-ce qu'attendent exactement les foules ? En tout cas elles sont heureuses de cette arrivée de Jésus qui est à hauteur d'homme."

 


ÉVANGILE De la procession des rameaux (Lc 19, 28-40)

Après avoir ainsi parlé, Jésus partit en avant pour monter à Jérusalem. Lorsqu’il approcha de Bethphagé et de Béthanie, près de l’endroit appelé mont des Oliviers, il envoya deux de ses disciples, en disant : « Allez à ce village d’en face. À l’entrée, vous trouverez un petit âne attaché, sur lequel personne ne s’est encore assis. Détachez-le et amenez-le. Si l’on vous demande : “Pourquoi le détachez-vous ?” vous répondrez : “Parce que le Seigneur en a besoin.” » 

Les envoyés partirent et trouvèrent tout comme Jésus leur avait dit. Alors qu’ils détachaient le petit âne, ses maîtres leur demandèrent : « Pourquoi détachez-vous l’âne ? » Ils répondirent : « Parce que le Seigneur en a besoin. » Ils amenèrent l’âne auprès de Jésus, jetèrent leurs manteaux dessus, et y firent monter Jésus. À mesure que Jésus avançait, les gens étendaient leurs manteaux sur le chemin.

Alors que déjà Jésus approchait de la descente du mont des Oliviers, toute la foule des disciples, remplie de joie, se mit à louer Dieu à pleine voix pour tous les miracles qu’ils avaient vus, et ils disaient : « Béni soit celui qui vient, le Roi, au nom du Seigneur. Paix dans le ciel et gloire au plus haut des cieux ! » Quelques pharisiens, qui se trouvaient dans la foule, dirent à Jésus : « Maître, réprimande tes disciples ! » Mais il prit la parole en disant : « Je vous le dis : si eux se taisent, les pierres crieront. »

Source : AELF

 

Invités

  • Père Jacques Nieuviarts, prêtre de la congrégation des Augustins de l'Assomption, bibliste, conseiller éditorial de la revue Prions en Église

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le jeudi à 22h, le vendredi à 16h et le dimanche à 8h

Peu de nos contemporains connaissent les Évangiles. Ils n'y sont pas hostiles mais ils n'ont plus d'occasion d'y avoir accès. C'est partant de ce constat que, avec l'éclairage d'un bibliste, Béatrice Soltner nous propose chaque semaine un texte d'Évangile pour qu'il soit entendu (ou réentendu), pour en savourer la nouveauté et faire l'expérience que - si incroyable que ce soit à l'heure de l'instantanéité - cette parole écrite il y a plus de 2.000 ans nous rejoint toujours au plus profond.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.