La sollicitude, une façon de vivre l'Évangile

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

samedi 9 novembre à 4h00

Durée émission : 55 min

La sollicitude, une façon de vivre l'Évangile

© Rémi Walle on Unsplash

Si le mot "sollicitude" n'apparaît pas en tant que tel dans les Évangiles, il exprime quelque chose de l'attitude de Jésus et de ce que devrait être celles de tout homme envers son prochain.

00:00

00:00

Dans le christianisme, on parle volontiers d'amour, de charité ou de compassion. Le dominicain Ignace Berten préfère, lui, le mot de "sollicitude", plus large que compassion, moins abstrait qu'amour ou charité et moins misérabiliste que pitié. Il écrit "La sollicitude - Un mode de vie évangélique" (éd. Salvator). Où il montre que la sollicitude est le mot le plus adéquat pour évoquer l'attitude de Jésus vis-à-vis de ceux qui l'entourent. Sa définition peut aussi constituer un projet de société, dans la droite ligne de la doctrine sociale de l'Église

 La sollicitude : il s'agit avant tout d'être "touché au cœur par ce que l'autre est et aussi dans ce qu'il souffre"

 

qu'est-ce que la sollicitude ?

"Sollicitude" est un mot peu utilisé dans le vocabulaire courant - ce qui peut représenter "un avantage" par rapport à certains mot galvaudés à force d'être utilisés et dont on en vient à ignorer le sens. Selon Le Robert, la sollicitude est "une attention soutenue et affectueuse" et selon le Larousse, "un soin attentif, affectueux, à l'égard de quelqu'un".

La sollicitude, "c'est une certaine présence active à l'autre, à partir de ce qu'il est, de ce qu'il vit et du contexte dans lequel il se trouve". Elle comporte une dimension affective : on s'engage et on se laisse toucher par l'autre, on lui manifeste un attachement. Il n'y a pas de dimension intellectuelle dans la sollicitude, car il s'agit avant tout d'être "touché au cœur par ce que l'autre est et aussi dans ce qu'il souffre". 
 

bienveillance, admiration, compassion et indignation

La bienveillance, c'est avoir un a priori positif sur l'autre, ce que l'on constate chez Jésus. "Chez nous, cela implique une conversion permanente", explique Ignace Berten. Et la solicitude est marquée part cette bienveillance, qui demande "une attention, un effort et une conversion du regard". Elle s'accompagne d'une admiration, que l'on trouve dans l'attitude du Christ. "Je trouve que c'est très important, surtout dans notre société, d'être capable d'admirer les petites choses de la vie qui sont vécues par les gens."

La compassion, si elle est une façon véritable de rejoindre la souffrance de l'autre et d'en être affecté, provoque nécessairement l'indignation. "À partir du moment où on choisit d'écouter et de voir, cela provoque de fait l'indignation." Et la sollicitude comprend cette compassion et cette indignation pour ce que l'autre vit et subit. "Dans notre société il y a beaucoup d'invisibles, qu'on ne voit pas ou qu'on ne veut pas voir." Tous ces moments où l'on a détourné le regard pour ne pas voir le mendiant, le pauvre, l'exclu. "Je trouve intéresant le fait que les évangiles souligne le fait que Jésus voit."
 

sollicitude et projet de société

Le terme "sollicitude" est utilisé par Jean Paul II, dans "Sollicitudo Rei Socialis" (1987), "sa première grande encyclique sur le travail". Pour Ignace Berten, qui est spécialiste de la doctrine sociale de l'Église (DSE), cela suffit à montrer combien ce mot comporte d'implications concrètes.

"Quand on écoute les victimes de toutes sortes d'abus, on voit que des personnes ont été détruites de l'intérieur et elles rencontrent une difficulté majeure de pourvoir se reconstruire tant qu'on ne les a pas écoutées, reconnues. On touche là ces question fondamentales de quête de sens." La sollicitude appliquée dans ce cas précis donne un capquant à l'attitude à adopter vis-à-vis de ces victimes. "L'implication caractérise la sollicitude."

 

Invités

  • Ignace Berten, dominicain, spécialiste de la doctrine sociale de l’Église (DSE)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 21h

Halte Spirituelle est une émission de radio animée par Béatrice Soltner et Véronique Alzieu et diffusée quotidiennement sur RCF. Des entretiens où l'on puise dans l'expérience chrétienne pour engager une réflexion spirituelle aussi profonde qu'accessible. L'émission de référence de RCF !

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!