Lc 12, 8-12 Françoise Brian et Alexandre Picot

S'abonner à l'émission

Prière

samedi 20 octobre à 8h45

Durée émission : 7 min

Prière

00:00

00:00

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc
Je vous le dis, quiconque me confessera devant les hommes, le Fils de l’homme le confessera aussi devant les anges de Dieu ;
mais celui qui m’aura renié devant les hommes sera renié devant les anges de Dieu.
Et quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné, mais à celui qui blasphèmera contre le Saint–Esprit, il ne sera point pardonné.
Quand on vous mènera devant les synagogues, les magistrats et les autorités, ne vous inquiétez pas de la manière dont vous vous défendrez, ni de ce que vous direz ;
car le Saint–Esprit vous enseignera à l’heure même ce qu’il faudra dire.

Source : TOB
 

Méditation Françoise Brian

Ce passage est difficile à comprendre car il semble comporter une contradiction : Jésus dit d’abord que ce qui compte est notre attachement au « Fils de l’homme » c'est-à-dire à lui Jésus, le messie, mais ensuite que l’opposition à ce même Messie sera pardonnée alors qu’une parole contre l’Esprit-Saint ne le sera pas. Que faut-il donc comprendre : qu’est-ce qui est le plus important : le Christ ou l’Esprit-Saint ? Il est bien évident qu’il ne peut y avoir opposition entre les deux. Si le texte paraît contradictoire, c’est qu’il rassemble  en un seul discours de Jésus  deux enseignements  qui n’ont sans doute pas été donnés en même temps et ne sont pas sur le même registre : dans le premier, la présence des « anges de Dieu » nous indique qu’il s’agit du jugement dernier. Le Christ sera alors le défenseur de ceux qui auront eu foi en lui durant leur vie terrestre. Dans le second cas, il s’agit de l’attitude des hommes durant la vie terrestre de Jésus et ensuite tout au long de la mission de l’Eglise : ne pas avoir reconnu en Jésus le Messie pourra être pardonné : n’est-ce pas le cas de Paul, persécuteur des premiers chrétiens, complice du martyre d’Etienne à qui le Christ ensuite se révèlera ? Mais ne pas se laisser guider par l’Esprit de Dieu envoyé par le Christ ressuscité à ses disciples pour accomplir la mission d’évangélisation, cela est impardonnable. Car comment pourrait-on être ami de Dieu, fidèle à sa Parole et témoin de la vie qu’il nous a communiquée en son Fils, si on se détourne de l’Esprit qui doit inspirer, soutenir, éclairer les croyants ? On ne peut pas servir Dieu sans revêtir les « armes de Dieu » que sont les dons de l’Esprit-Saint : la vérité, la justice, la passion de l’Evangile, la connaissance de la Parole de Dieu. car ce n’est pas par nos propres forces mais avec la force que donne l’Esprit-Saint que nous pouvons témoigner de l’Evangile. Que ce soit au Moyen Orient, ou face aux idéologies totalitaires, ou en s’opposant au nom de leur foi aux lois qui piétinent la dignité humaine, les chrétiens vivent sous le souffle de l’Esprit.