Lc 7, 36-50 - Père Antoine Galy

S'abonner à l'émission

Prière

jeudi 17 septembre à 8h45

Durée émission : 7 min

Prière

Chant final : Je veux n'être qu'à toi

« Tes péchés sont pardonnés. » Étonnantes paroles de Jésus à cette femme. Elle ne lui a pas demandé pardon. Sans compter que dans la Bible le pardon appartient à Dieu seul. On comprend ainsi que les convives disent :  « qui donc est cet homme qui va jusqu'à pardonner les péchés ? » La femme est une pécheresse, et cela semble de notoriété publique. Et Jésus accueille l'acte qu'elle pose d'un lavement des pieds pour ce qu'il signifie : il est un acte d'amour.

Comme si, pour Jésus, le péché de la femme comptait peu au regard de l'amour qu'elle manifeste. Elle est en larmes. Mais je suis tenté de croire que ce ne sont pas d'abord les larmes de la contrition, mais celle de cet amour premier qu'elle est venu chercher et qui lui est offert. « Ses nombreux péchés lui sont pardonnés parce qu'elle a montré beaucoup d'amour. » Pour Jésus, le péché, celui de la femme bien sur mais aussi le notre, ne fait pas le poids devant l'amour manifesté.

Quand accepterons-nous de comprendre que notre péché ne fait pas le poids devant la miséricorde de Dieu. Au cœur du péché il y a toujours comme une invitation à se détourner de soi pour se tourner vers Dieu lui-même. Ou bien nous continuons à nous regarder, à nous appesantir sur nous-mêmes, sur notre péché et nous n'en sortirons pas. Ou bien comme la femme nous nous tournons vers lui, et lui nous en sortira.

C'est le Curé d'Ars qui disait : « Ce n'est pas tant le pécheur qui revient à Dieu pour lui demander pardon, mais c'est Dieu qui court après le pécheur et qui le fait revenir à lui. »

Les dernières émissions