Lire la Bible avec un regard féminin (et féministe)

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 24 mai à 23h00

Durée émission : 55 min

Lire la Bible avec un regard féminin (et féministe)

© Wikimédia Commons - Jésus et la Samaritaine au puits de Jacob, Munich, Neue Pinakothek

Selon la façon dont ils ont été traduits ou interprétés, certains textes dans la Bible diffusent des images de la femme stéréotypées. 21 théologiennes se sont attaquées à ces textes.

Quand des théologiennes s'attaquent aux textes bibliques difficiles à entendre pour les femmes aujourd'hui, ceux qui ont tendance à les enfermer dans certains rôles ou certaines fonctions, des textes dérangeants pour l'oreille actuelle. L'ouvrage "Une Bible des femmes" (éd. Labor et Fides) s'enrichit des dernières recherches en matière d'éxégèse. Et montre que dans la Bible il n'y a pas une seule vision de la femme.
 

Une lecture féministe de la Bible ? 

Cet ouvrage est-il une lecture féministe de la Bible ? "Si par féministe on entend une lecture qui promeut l'égalité des hommes et des femmes, oui sans aucun doute", répond Blandine Lagrut. Même si l'objectif de ce livre "n'était pas d'avoir un texte homogène avec des positions qui se ressemblent" mais bien de "laisser entendre la pluralité des voix féminines aujourd'hui".

Proposer aux femmes une nouvelle lecture de la Bible et spécialement de ces textes que l'on a du mal à recevoir, cela avait déjà été l'ambition de l'américaine Elizabeth Cady Stanton (1815-1902), exégète, féministe, abolitionniste et suffragiste, auteure de "The Woman's Bible" (1895-1898). D'une certaine façon les 21 théologiennes lui rendent hommage. "On est au-delà du manifeste, on est plutôt dans une lecture créative, dynamisante." Il ne s'agit pas de revendiquer, "même si par certains aspect nos propositions peuvent être un brin subversives".
 

LEs avancées de la science ÉxÉgÉtique

L'approche des théologiennes prend acte des études bibliques récentes. Celles qui scrutent notamment "les problèmes de traductions". Par exemple, dans la Lettre aux Romains : "Je vous recommande Phébée notre sœur, ministre de l’Église qui est à Cencrées." (Rm 16, 1) Or, Phébée est souvent qualifiée de "servante diaconnesse" or le mot en grec "diaconos", est le même mot qui qualifie le diacre. De même, quand on parle d'Andronicus et Junias, "on a masculinisé Junias en Junion, une manière de minimiser le rôle des femmes très actives dans les premières communautés chrétiennes".

Le travail des théologiennes remet en question des manières de "commenter les textes qui se sont imposées". Et qui "reflétaient la hiérarchie hommes-femmes dans les sociétés plus antiques" et qui en ont "peu à peu parasité la lecture".

 

 

Comment La femme est-elle vue dans la Bible ?

On avance souvent comme stéréotype féminin celui de la femme pure versus la femme tentatrice. Comme si la femme chrétienne ne pouvait que se déployer entre "deux pôles", d'un côté Ève, la tentatrice pécheresse de la Genèse, de l'autre la Vierge Marie, révélation du nouveau Testament qui viendrait réparer, rétablir, la figure d'Ève.

Or, il y a dans l'Ancien Testament des femmes matriarches et des femmes prophétesses. Par exemple, dans le Deuxième Livre des Rois, on trouve Houlda, "une femme qui est passée sous silence" alors qu'elle est "quasiment comme un relais de Moïse". Il y a aussi la figure de Priscille, citée six fois dans le Nouveau Testament, qui "sort du périmètre de la vie domestique pour être une véritable missionnaire, alliée de Paul, enseignante chrétienne, qui a une vocation à l'intrépidité !" 

 

Invités

  • Sœur Blandine Lagrut, sœur consacrée, membre de la Communauté du Chemin Neuf, responsable de la formation au Studium de Chartres, enseignante de philosophie au Centre Sèvres (Paris)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 21h

L'émission de référence de RCF ! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!