Parrain, marraine, à quoi ça sert?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un prêtre vous répond

mercredi 21 mars à 21h00

Durée émission : 55 min

Un prêtre vous répond

© Guillaume POLI CIRIC

Parrain, Marraine, comment les choisir ? Comment accepter un rôle si important dans la foi chrétienne ? Le père Bernard Devert est l'invité de Catherine Segouffin.

Choisir un parrain ou une marraine pour son bébé fait l’objet du plus grand soin de la part des parents. Que le baptême soit civil ou religieux, être parrain ou marraine suscite autant de fierté que de responsabilité.
 

Une relation de grande gratuité

Parrain crée des liens assez forts. Mais c’est une vraie exigence et responsabilité également, explique le père Bernard Devert. "On rentre dans des relations très vraies. Dans la racine du mot, il y a le mot père. Il ne s’agit pas de remplacer le père, mais c’est un sorte de substitut du père" précise le père Bernard Devert.

Bien souvent, on se demande le rôle exact du parrain ou de la marraine. Pour le père Bernard Devert, "ce n’est pas seulement dans l’ordre des moyens. C’est de voir comment on va pouvoir faire naître quelqu’un". Un parrain ou une marraine a pour but de faire exister. "C’est entrer dans une relation de grande gratuité" ajoute-t-il.
 

Une responsabilité qui traverse les jours

Le père Bernard Devert rappelle que le parrain ou la marraine est "celui qui s’engage pour aider l’enfant à découvrir sa foi. On demande qu’il ou elle soit baptisé. Cela parait cohérent". Il faut tout de même un certain âge, ajoute le père Devert, qui précise que cela demande une certaine responsabilité, qu’on ne peut pas avoir trop jeune.

"Ce n’est pas une responsabilité d’un jour, mais une responsabilité qui va traverser les jours. Le baptême est un temps extrêmement joyeux, mais c’est aussi un temps de gravité, car c’est un engagement. Celui des parents quand il s’agit de petits enfants. C’est un engagement où les parents ont besoin d’être accompagnés" lance encore le père Devert.
 

Une dimension spirituelle

Loin de l’acte social, le baptême et la fonction de parrain ou de marraine a une dimension véritablement spirituelle. "On peut refuser d’être parrain ou marraine. Sinon il n’y a pas de liberté. Si on ne pouvait pas refuser, le oui n’aurait pas de sens. Il serait juste lié à un événement et non pas inscrit dans un chemin" ajoute le président d’Habitat et Humanisme.

 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 21h00

La foi pose question : un prêtre vous répond ! Qu'est-ce qu'être chrétien ? Quel est le message des chrétiens pour le monde ? Comment la foi peut-elle enrichir notre quotidien ? Chaque mercredi à 21h00, posez toutes vos questions en direct et à l'antenne à un prêtre. Il vous écoute et vous conseille. Pour participer à l’émission : 04 72 38 20 23 ou unpretrevousrepond[arobase]rcf.fr. [ATTENTION : les messages que vous envoyez à cette adresse sont consultés par l’animateur de l’émission dans le cadre de notre programme. Si vous souhaitez évoquer des questions plus personnelles avec un prêtre nous vous invitons à entrer en contact avec votre paroisse.]

Le présentateur

Catherine Segouffin