Bataclan: un an après l'attentat, la nécessaire fraternité

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Angle

mardi 8 novembre 2016 à 17h03

Durée émission : 55 min

Grand Angle

© Corinne SIMON/CIRIC - 16 novembre 2015 : Devant la salle de concerts Le Bataclan

La fraternité n'est pas une option. Un an après l'attentat au Bataclan, il appartient à chacun de réinvestir l'idée de fraternité. On en parle avec Christophe Henning.

A l'approche du triste premier anniversaire de l'attaque du Bataclan, c'est aussi l'heure de la fraternité. Si les peurs sont tenaces, les initiatives se multiplient pour favoriser la rencontre et le dialogue. La fraternité inscrite au fronton des mairies est-elle toujours une valeur nationale? Pour François-Xavier Maigre, elle "était devenue le parent pauvre de notre devise républicaine". L'attentat du 13 novembre est pour chacun un appel à redécouvrir et à réinvestir cette notion qui n'a rien de l'angélisme naïf.
 

 

"C'est très important d'apporter des fleurs à nos morts, c'est très important de voir plusieurs fois le livre d'Hemingway "Paris en une fête", parce que nous sommes une civilisation très ancienne, et nous porterons au plus haut nos valeurs, et nous fraterniserons avec 5 millions de musulmans qui exercent leur religion librement et gentiment, et nous nous battrons contre les 10.000 barbares qui tuent soi-disant au nom d'Allah."
Danielle Mérian, le 14 novembre 2015

 

"Cela me paraissait absolument indispensable que les musulmans ne soient pas les boucs-émissaires de l'affaire." L'intervention de Danielle Mérian du 14 novembre, lançant un appel à la fraternité, a rapidement fait le tour du web. "La fraternité je l'ai vécue", dit celle que ces quelques secondes d'intervention sur BFMTV ont rendue célèbre. 30 secondes qui sont en quelque sorte enracinées dans toute une vie. Danielle Mérian est une "enfant de la guerre de 40, de la guerre d'Algérie, traumatisée à 7 ans en découvrant les photos des camps de concentration". Voyant "ce que l'homme peut faire à l'homme", elle est devenue avocate.
 

La fraternité n'est pas une option.

 

On donne facilement la parole aux "prophètes du chaos", comme le dit François-Xavier Mairge, ceux qui mettent du côté des naïfs les artisans du dialogue. Or, la fraternité n'est pas une option, même si elle n'a rien de facile. Le Père François Euvé le rappelle en tout cas: "Il n'y a pas d'autre chemin pour traverser la violence et le mal qui resteront présents dans le monde: il n'y a pas de fatalité."

 

Invités

  • Père François Euvé , prêtre jésuite, rédacteur en chef de la revue Etudes

  • Emilie Tardivel , philosophe, écrivain, enseignante à l'Institut Catholique de Paris

  • François-Xavier Maigre , journaliste, écrivain, rédacteur en chef de la revue Panorama

  • Danielle Mérian , avocate retraitée, membre de l'ACAT et de Prisonniers Sans Frontières

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 17h03, le mercredi à 23h et le samedi à 19h

Spiritualité, patrimoine, littérature, vie de l'Eglise, développement personnel... Chaque semaine, Christophe Henning anime une table ronde pour engager la discussion avec des acteurs de la vie culturelle, sociale, spirituelle.

Le présentateur

Christophe Henning

Journaliste de presse écrite dans le groupe Bayard, Christophe veut susciter le débat et favoriser la rencontre des témoins. Lecteur infatigable, il partage volontiers ses coups de cœur. Dans les studios parisiens de RCF, il donne la parole aux auteurs, mais aussi aux acteurs de la société et de l’Eglise.