Le Notre Père expliqué en huit étapes

23 novembre 2017 Par

Dimanche 3 décembre, premier dimanche de l’Avent, entre en vigueur la nouvelle traduction du Notre Père. L’occasion de redécouvrir, verset par verset, la prière centrale dans la vie du chrétien, enseignée par Jésus lui-même.

"Quand vous priez dites : Père" (Lc 11, 2). La Prière du Notre Père est centrale dans la vie du chrétien. À l'occasion de l'entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Notre Père, la Conférence des évêques de France (CEF) a publié "La prière du Notre Père" (éd. Bayard / Mame / Cerf). Un petit livre facile à lire qui regroupe notamment les textes de huit évêques, pour expliquer chacun des huit versets du Notre Père.

"Cette prière est à elle seule une confession de foi, une action de grâce, une prière d’adoration, un acte d’obéissance, l’expression d’une confiance filiale, une prière de supplication, un engagement à imiter le Christ et à collaborer à l’œuvre que le Père lui a confiée", explique Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-vienne et président de la Comission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle.

 

 


"Notre Père qui es aux cieux

par Mgr Laurent Percerou
> en savoir plus

Que ton nom soit sanctifié

par Mgr Jérôme Beau
> en savoir plus

Que ton règne vienne

par Mgr Jacques Blaquart
> en savoir plus

Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel

par Mgr Laurent Dognin
> en savoir plus

Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour

par Mgr Pierre-Marie Carre
> en savoir plus

Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés

par Mgr Jacques Habert
> en savoir plus

Et ne nous laisse pas entrer en tentation

par Mgr Dominique Lebrun
> en savoir plus

Mais délivre-nous du mal"

par Mgr Olivier Leborgne

 

Dire "Notre Père", à quoi ça engage ?

Le 3 décembre, premier dimanche de l'Avent, entre en vigueur la nouvelle version du Notre Père. L'occasion d'explorer pas à pas et dès aujourd'hui, le sens de chaque verset du Notre Père.

"Merveilleux programme que celui est contenu dans ces deux simples mots : « Notre Père » !" Pour expliquer le premier verset du Notre Père, Mgr Laurent Percerou nous rappelle que "Dieu personne ne l’a jamais vu" (Jn, 1, 18). Mais il rappelle aussi le lien très fort, "l’union intime", qui unit Jésus, le fils, à Dieu, le Père. "L’expérience spirituelle de Jean qui l’a conduit à reconnaître en Jésus le visage du Père est celle qui permet de devenir disciple", dit l’évêque.
 

"Dieu ne peut être dit « Père » que si (…) si nous acceptons d’entrer dans un itinéraire spirituel qui fait de Dieu la source de toute paternité"

 

"QUAND VOUS PRIEZ DITES : PÈRE" (Lc 11, 2) À l'occasion de l'entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Notre Père, la Conférence des évêques de France (CEF) a publié "La prière du Notre Père" (éd. Bayard / Mame / Cerf). Un petit livre facile à lire qui regroupe notamment les textes de huit évêques, pour expliquer chacun des huit versets du Notre Père. > Voir le dossier

 


©Image CIRIC - "Ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu" (Rm 8, 14)

 

Dire "Notre Père", à la suite du Christ

Ainsi reconnaître Dieu comme notre Père c’est ce à quoi "nous entraîne" Jésus. Et c’est "vertigineux !" constate Mgr Percerou. Il nous avertit même des conséquences pour celui qui récite la prière du Notre Père : "Dieu ne peut être dit « Père » que si (…) si nous acceptons d’entrer dans un itinéraire spirituel qui fait de Dieu la source de toute paternité."


©Image CIRIC - "Dieu est mon Père, certes, mais pas indépendamment de tous mes frères et sœurs chrétiens." (Mgr Percerou)

 

Se reconnaître enfant de Dieu, et frère des hommes

Et qui dit Père, dit enfant. "Ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu", dit saint Paul (Rm 8, 14). De la même manière que l’on vient au Père par la foi, on s’approche de lui avec tous les enfants de Dieu. "Dieu est mon Père, certes, mais pas indépendamment de tous mes frères et sœurs chrétiens."
 


©Image CIRIC - Le pape François a convoqué pour octobre 2018 un synode sur "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel"

 

Dire "Notre Père" et avancer dans sa vocation

Quand on dit "Notre Père", on résume rien que par ces mots la démarche de foi proposée par l’Église, aller à Dieu par Jésus. Il y a là tout un "processus progressif de discernement intérieur"*. Ce  pourquoi Mgr Percerou rappelle que le pape François a convoqué pour octobre 2018 un synode sur "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel" - pour lequel RCF se mobilise tout au long de l’année. À travers ce synode, il s’agit d’engager les jeunes à faire comme le disciple Jean, "l’expérience vocationnelle (…) qui conduit à découvrir la joie de l’amour"*.
*Introduction des Lineamenta

 

Retour au dossier "Que ton nom soit sanctifié"

 

Sur le même thème :