Le sens du pèlerinage chez les chrétiens

Présentée par UAC-36484

S'abonner à l'émission

Le b.a.-ba du christianisme

jeudi 30 août 2018 à 6h00

Durée émission : 25 min

Le b.a.-ba du christianisme

© Philippe GLORIEUX/CIRIC - Pour aller jusqu'à Compostelle, on dit qu'il ne faut pas pas emporter plus de 7kg sur son dos ! Un dépouillement qui est aussi symbolique...

Pourquoi marcher vers un lieu de pèlerinage? Faut-il avoir la foi pour se dire pèlerin? Qu'est-ce qui fait de la marche une démarche spirituelle? Explications du P. Jacques Nieuviarts.

En 2018, on fête les 20 ans de l'inscription des "Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France" sur la Liste du patrimoine mondial par l’UNESCO. Parmi les marcheurs qui se dirigent chaque année vers Compostelle, certains se disent croyants mais beaucoup disent ne pas avoir la foi, c'est l'une des caractéristiques de Compostelle de rassembler une telle diversité de pèlerins. Faut-il avoir la foi pour se dire pèlerin ? Qu'est-ce qui pousse à marcher vers un lieu saint ? Comment la marche peut-elle devenir une démarche spirituelle ? Réponses du Père Jacques Nieuvarts, auteur de "La marche dans la Bible - Nomadisme, errance, exil et pressentiment de Dieu" (éd. Bayard).

"On est pèlerin à partir du moment où s'éveille en nous le désir de nous mettre en pèlerinage"

 

Qu'est-ce qu'un pèlerinage ?

"Un pèlerinage, c'est la foi par les pieds, un Credo par les pieds, par le regard, par tous les sens." S'il existe des pèlerinages à vélo ou en bateau, le pèlerinage est d'abord une démarche corporelle, il faut un déplacement du corps. "Le pèlerin est quelqu'un qui s'engage avec tout son corps dans une marche vers Dieu." Ainsi il l'objectif n'est pas de se dépenser physiquement mais de "se donner à l'aventure".

 



 

Pourquoi partir en pèlerinage ?

"C'est un appel intérieur, à partir du moment où je me dis 'tiens j'aimerais partir' c'est qu'il y a une petite voix intérieure." Ce qui pousse le pèlerin à partir, pour le Père Jacques Nieuvarts, c'est "le désir qu'il y ait dans sa vie une rencontre, en écrivant éventuellement la Rencontre avec un grand R : le pèlerin désire la rencontre de Dieu". Finalement, "on est pèlerin à partir du moment où s'éveille en nous le désir de nous mettre en pèlerinage parce qu'à ce moment-là des tas de choses de notre vie quotidienne vont se configurer ou se reconfigurer à partir de notre projet."

Cela commence avec des questions très pratiques : quel sac emporter ? Qui va garder mon chat ? Si on part pour Lourdes ou la Terre sainte on ne met pas la même chose dans son sac ! Et pour aller jusqu'à Compostelle, on dit qu'il ne faut pas pas emporter plus de 7kg sur son dos. Un dépouillement qui est aussi symbolique.

 



 

Quand partir en pèlerinage ?

Beaucoup éprouvent le désir de partir en pèlerinage après un deuil, une rupture, un changement de vie professionnelle... Parfois, un pèlerinage coïncide avec des moments de transition comme le départ à la retraite. "Il y en a qui disent que à la retraite on re-traite sa vie : ça on peut le dire du pèlerinage : quand on part en pèlerinage c'est qu'on a besoin d'ouvrir notre vie, de la relire, de la retraiter. Le passage à la retraite est un signal pour beaucoup de gens."

 

Émission enregistrée en février 2018

 

Invités

  • Père Jacques Nieuviarts, prêtre assomptionniste, bibliste, conseiller éditorial de la revue Prions en Église

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le lundi à 13h30 et le mardi à 22h

"Le b.a-ba du christianisme" ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le christianisme sans jamais oser le (re)demander… Dans le souci de s’adresser au plus grand nombre et avec curiosité, Elise Chardonnet sollicite théologiens et biblistes pour un échange enthousiaste.

Le présentateur

Mathilde Hauvy

Mathilde Hauvy est journaliste.