"Que ton règne vienne"

28 novembre 2017 Par

Le 3è verset du Notre Père dit la tension au cœur de l'espérance chrétienne. On espère le règne de Dieu pour la fin des temps et on le fait advenir dès maintenant par l'amour que l'on porte.

En expliquant le verset "Que ton règne vienne", dans l'ouvrage "La prière du Notre Père" (éd. Bayard, Cerf, Mame), Mgr Jacques Blaquart résume la tension au cœur de l'espérance chrétienne : entre une fin des temps où tout l'univers sera conforme à la volonté de Dieu, où justice et paix s'embrasseront ; et, dès ici-bas, la nécessité de faire advenir le royaume de Dieu déjà en germe dans nos vies, que le Christ est venu manifester par des gestes très concrets. Dire "Que ton règne vienne" c'est accepter une reconversion, le retournement du cœur auquel invite le Christ.
 

L'espérance chrétienne, c'est de croire qu'un "geste de bonté peut sembler bien peu de chose" mais que "l'amour qu'on y met a beaucoup d'importance"

 

"QUAND VOUS PRIEZ DITES : PÈRE" (Lc 11, 2) À l'occasion de l'entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Notre Père, la Conférence des évêques de France (CEF) a publié "La prière du Notre Père" (éd. Bayard / Mame / Cerf). Un petit livre facile à lire qui regroupe notamment les textes de huit évêques, pour expliquer chacun des huit versets du Notre Père. > Voir le dossier

 

Le règne de Dieu n'est pas politique

Si le terme "règne" renvoie communément à une "réalité politique", "en priant 'Que ton règne vienne', nous demandons que l'action de Jésus, particulièrement sa mort et sa résurrection, manifeste tous ses effets de salut dans notre humanité." Au cœur de la foi chrétienne, il y a l'espérance forte d'un monde "conforme à la volonté de Dieu".

Quand on dit "Que ton règne vienne", on espère des lendemains meilleurs. Le mot "royaume", rappelle Mgr Blaquart désigne aussi un état de fait": "la réalité glorieuse et pacifiée de la fin des temps lorsque la volonté bienfaisante de Dieu trouvera son accomplissement".
 

©Image CIRIC -  Au cœur de la foi chrétienne, il y a l'espérance forte d'un monde "conforme à la volonté de Dieu"

 



 

les signes du royaume dans nos vies

"Amour et vérité se rencontrent, justice et paix s'embrassent" (Ps 84, 11). Difficile de comprendre ce verset comme un état de fait quand on voit la réalité de notre monde. Mgr Blaquart admet que, "actuellement, ce Règne est caché" et qu'il semble même "dérisoire". L'espérance chrétienne, cependant, c'est de croire qu'un "geste de bonté peut sembler bien peu de chose" mais que "l'amour qu'on y met a beaucoup d'importance".

Tout au long des Évangiles, nous voyons les gestes du Christ et nous entendons ses paraboles : elles parlent de ce que l'homme vit au long des jours, de nos joies simples et de nos préoccupations quotidiennes. C'est d'ailleurs saisissant de constater que le Christ ne fait pas de grand discours théologique ni de catéchèse. "Dans l'Évangile, en proclamant les paraboles du Royaume, il nous rejoint dans notre vie quotidienne, avec ses joies, ses soucis, ses convoitises de la richesse, dans nos nuits et nos jours, nos divisions intérieures et extérieures", écrit Mgr Blaquart.
 

©Image CIRIC -  Un "geste de bonté peut sembler bien peu de chose" mais "l'amour qu'on y met a beaucoup d'importance"

 


ÉCOUTER ► Jésus parlait en paraboles, ces perles évangéliques subversives


 

les royaume de dieu est auprès des plus pauvres et des plus fragiles

Le royaume de Dieu, on peut l'atteindre ici-bas, si l'on suit les Béatitudes. "Les gestes de Jésus, précise Mgr Blaquart, sont des signes de la réalité de ce règne, pour ceux qui vivent les Béatitudes : les petits, les pauvres, les doux, ceux qui pleurent, et ceux qui font miséricorde, les artisans de paix, les affamés de justice, les persécutés..."

"C'est cette tension que nous devons vivre, conclut l'évêque, entre un Royaume de Dieu inauguré par Jésus sur terre et un Royaume de Dieu qui échappera toujours aux catégories politiques, un Royaume de Dieu manifesté dans l'histoire et en même temps toujours à venir." Mgr Blaquart rappelle ce qu'écrit Jean de la Croix : "Au terme de cette vie, nous serons jugés sur l'amour".
 

"Que ton nom soit sanctifié" "Que ta volonté soit faite..."

 

Sur le même thème :