"Ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés" (Lc 7, 36-50)

Présentée par UA-135953

S'abonner à l'émission

Prière du matin

jeudi 17 septembre à 5h45

Durée émission : 5 min

"Ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés" (Lc 7, 36-50)

© michal-galezewski-UNSPLASH

Dieu sait qu’aimer est un mystère, une force, une puissance que chacun dompte comme il peut en donnant et en faisant ce qu’il peut. Les règles de bonne moralité ne sont pas celles de Dieu.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
  un pharisien avait invité Jésus à manger avec lui.
Jésus entra chez lui
et prit place à table.
  Survint une femme de la ville, une pécheresse.
Ayant appris que Jésus était attablé dans la maison du pharisien,
elle avait apporté un flacon d’albâtre contenant un parfum.
  Tout en pleurs, elle se tenait derrière lui, près de ses pieds,
et elle se mit à mouiller de ses larmes les pieds de Jésus.
Elle les essuyait avec ses cheveux,
les couvrait de baisers
et répandait sur eux le parfum.
  En voyant cela,
le pharisien qui avait invité Jésus se dit en lui-même :
« Si cet homme était prophète,
il saurait qui est cette femme qui le touche,
et ce qu’elle est : une pécheresse. »
  Jésus, prenant la parole, lui dit :
« Simon, j’ai quelque chose à te dire.
– Parle, Maître. »
  Jésus reprit :
« Un créancier avait deux débiteurs ;
le premier lui devait cinq cents pièces d’argent,
l’autre cinquante.
  Comme ni l’un ni l’autre ne pouvait les lui rembourser,
il en fit grâce à tous deux.
Lequel des deux l’aimera davantage ? »
  Simon répondit :
« Je suppose que c’est celui à qui on a fait grâce
de la plus grande dette.
– Tu as raison », lui dit Jésus.
  Il se tourna vers la femme et dit à Simon :
« Tu vois cette femme ?
Je suis entré dans ta maison,
et tu ne m’as pas versé de l’eau sur les pieds ;
elle, elle les a mouillés de ses larmes
et essuyés avec ses cheveux.
  Tu ne m’as pas embrassé ;
elle, depuis qu’elle est entrée,
n’a pas cessé d’embrasser mes pieds.
  Tu n’as pas fait d’onction sur ma tête ;
elle, elle a répandu du parfum sur mes pieds.
  Voilà pourquoi je te le dis :
ses péchés, ses nombreux péchés, sont pardonnés,
puisqu’elle a montré beaucoup d’amour.
Mais celui à qui on pardonne peu
montre peu d’amour.
»
  Il dit alors à la femme :
« Tes péchés sont pardonnés. »
  Les convives se mirent à dire en eux-mêmes :
« Qui est cet homme,
qui va jusqu’à pardonner les péchés ? »
  Jésus dit alors à la femme :
« Ta foi t’a sauvée.
Va en paix ! »

 
Source : AELF
 

Méditation du Père Sébastien Antoni 

Dieu parle… Il est même, en Jésus-Christ, le Verbe, la Parole faite chair… nous le confessons, nous le croyons, mais… qu'est ce que ça change dans notre vie ? Si vous reprenez le temps de lire les passages des évangiles des jours de cette semaine, la parole de Jésus n’est pas entendue ou mal entendue. Elle est marquée justement par ces malentendus permanents....  Pourquoi ? Pourquoi cette résistance? 

Aujourd’hui, une femme se précipite pour dire sa manière à elle d’aimer. Bien-sûr qu’elle choque cette femme : essuyer les pieds d’un homme avec ses cheveux… c’est choquant ! Mais, c’est sa manière d’aimer et c’est sa manière de manifester l’amour. Certes pas dans la norme,  ses manières, étaient considérées comme au moins maladroites sinon graveleuses. Mais ces considérations de règles de bonne moralité ne sont pas celles que Dieu adopte pour la femme et pour n’importe qui d’autres…

Car Dieu ne peut pas dire que quelqu’un aime mal ! Il sait qu’aimer est un mystère, une force, une puissance que chacun dompte comme il peut en donnant et en faisant ce qu’il peut. Chacun faisant ce qu’il croit être juste, et faisant de son mieux. Cette femme aime comme elle vit, excessivement selon les critères de Simon… mais elle aime… Si Jésus ne la juge pas, alors qui sommes-nous nous pour juger ? Quel mystère tout de même.

Dieu veut faire entendre ce qu’il a à nous dire en se présentant sur les brèches et les frontières de nos morales, convaincu toujours convaincu, que celui qui aime, même s’il aime autrement que ce que certains édictent comme une norme… aime avec le tout de sa vérité et librement.  Oui, Dieu a du mal à faire entendre sa voix pour ceux qui ne fréquentent pas sa parole préférant une certaine morale bourgeoise. Simon se l’est tenu pour dit ! Et nous ?
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 5h45, 6h45 et 7h45

Chaque matin l'Évangile du jour commenté par un prêtre ou un pasteur. Ce temps de prière invite à prendre le temps de la méditation et s'achève par la proclamation du Notre Père.

Le présentateur

Radio RCF