Rassemblement pour une nouvelle solidarité, du 9 au 16 août 2015

© Taizé

L'année 2015 est pour la communauté de Taizé une année jubilaire. Point culminant des célébrations, le rassemblement pour une nouvelle solidarité, du 9 au 16 août 2015. Il est l'aboutissement de trois années dédiées à la recherche d’une "nouvelle solidarité". Un événement à suivre en direct sur RCF.

La communauté de Taizé et RCF, une longue histoire! Chaque année, votre radio chrétienne se mobilise pour les Rencontres européennes des jeunes, fin décembre. Chaque année une ville d'Europe accueille cet événement. Après la Rencontre de Prague du 29 décembre 2014 au 2 janvier 2015, RCF vous fait vivre un événement exceptionnel, le rassemblement Vers une nouvelle solidarité, qui se tient à Taizé (Saône-et-Loire).

75è anniversaire de la communauté, 100è anniversaire de la naissance de frère Roger, 10è anniversaire de sa mort (12 mai 1915-16 août 2005). 2015 est une année importante pour les frères de Taizé. Rencontres et colloques sont organisés autour de frère Roger, fondateur de la communauté, de la spiritualité de Taizé et de la solidarité, inséparable pour frère Roger de la vie de prière. 

Programmation spéciale. Du lundi 10 août au dimanche 16 août 2015, chaque jour dans la Matinale, des interviewes et des témoignages vous font vivre l'événement (L'invité de 7h20, le temps spirituel de 8h44). A 19h15, les équipes de RCF vous proposent un journal du rassemblement.
 

Trois rendez-vous exceptionnels à suivre sur RCF
- Vendredi 14 août à 17h: Réformer le capitalisme? - avec Gaël Giraud, jésuite et économiste ; Cécile Renouard, soeur de l'Assomption et philosophe ; et avec la participation de jeunes
- Dimanche 16 août à 15h: Frère Roger, quel héritage pour aujourd'hui?
- Dimanche 16 août à 16h: RCF rentransmet la prière d'action de grâces en mémoire de frère Roger

> L’année 2015 à Taizé
> Vers une nouvelle solidarité - Informations et programme

"Frère Roger de Taizé, figure parfaite de la miséricorde"

"Frère Roger de Taizé, figure parfaite de la miséricorde"

Dix après sa disparition, le fondateur de la communauté de Taizé reste présent dans l'esprit des jeunes qui participent au rassemblement pour une nouvelle solidarité du 9 au 16 août 2015.

En cette 2015, les frères de la communauté de Taizé célèbrent le centenaire de la naissance de Frère Roger. Né en Suisse le 12 mai 1915, Roger Schutz est arrivé à Taizé (Saône-et-Loire) en 1940. Accueillant d'abord des réfugiés et des enfants, cette installation devient le point de départ de la fondation d'une communauté de frères qui rayonne aujourd'hui dans le monde. Près de 75 ans après l'arrivée de Frère Roger, chaque année des milliers de jeunes chrétiens séjournent pour quelques jours ou quelques mois à Taizé, immergés au coeur d'un oeucuménisme simple et vivant.

"Jusqu’à la fin, avec un élan et un courage exceptionnels, il nous a entraînés sur le chemin de l’ouverture aux autres" écrit Frère Aloïs, son successeur à la tête de la communauté. "L’héritage est énorme. Et surtout: l’héritage est vivant." La figure de Frère Roger continue aujourd'hui d'inspirer les jeunes, ils voient en lui une personnalité bienveillante, un père ou un grand-père qui continue de les guider.

Dimanche 16 août 2015, la communauté fait mémoire de la mort de Frère Roger, tué par une jeune femme au cours de la prière du soir. La communauté organise une prière d'actions de grâce à 16h, une célébration à vivre en direct sur l'antenne de RCF.

Taizé, terre d'oecuménisme, fait découvrir le dialogue interreligieux aux jeunes

Taizé, terre d'oecuménisme, fait découvrir le dialogue interreligieux aux jeunes

Parmi les ateliers proposés cette semaine à Taizé, plusieurs concernent le dialogue interreligieux. Rencontre avec deux intervenants.

Depuis 30 ans le GAIC promeut la rencontre interreligieuse, et plusieurs de ses membres sont invités cette semaine à Taizé à la rencontre des jeunes. Une visite pour parler du dialogue interreligieux sur une terre fertile pour l'oecuménisme, mais tout ça n'a finalement rien de curieux pour Antoine Poirier, membre du GAIC. " Dans l'oecuménisme et particulièrement en France, nos frères protestants ou anglicans ou orthodoxes peuvent se sentir minoritaires... et c'est très intéressant de partager ensemble ce que peut vivre par ailleurs la communauté musulmane, qui peut se sentir minoritaire. On trouve des points de rapprochement entre et l'interreligieux."

De cette visite Abdlekader Al Andalussy Oukrid aimerait que les jeunes trouvent l'envie d'aller à la rencontre de l'autre. "Qui cherche Dieu finit par l'aimer, et qui aime Dieu finit par Le trouver."

Antoine Poirier et Abdlekader Al Andalussy Oukrid répondent aux questions de Valérie-Anne Maitre.

"Jésus n'avait pas de confort, c'était un pèlerin, un migrant"

"Jésus n'avait pas de confort, c'était un pèlerin, un migrant"

Parmi les jeunes présents à Taizé du 9 au 16 août, Tarley, un jeune qui a vécu dans la rue avant de trouver un squat. Une vie sans confort, parfois rude, mais Tarley recherche la simplicité.

Le Rassemblement pour une nouvelle solidarité du 9 au 16 août 2015 à Taizé, est le point d'orgue d'une année jubilaire marquant les 75 ans de la fondation de la communauté, les 100 ans de la naissance de frère Roger et les 10 ans de sa mort. Depuis 3 ans déjà, lors des rencontres européennes chaque fin d'année, et lors des rencontres à Taizé, les frères invitent les jeunes à inventer de nouvelles solidarités. 

Ainsi, pendant le premier semestre 2015, des jeunes ont fait l'expérience de vivre à plusieurs quelques semaines au cœur d’un quartier, d’un village, pour y témoigner de l’Évangile et partager les joies et les peines des habitants. Une vie rythmée par trois prières communes par jour. Au programme : travail pastoral et social avec les communautés chrétiennes locales, visites aux personnes isolées ou en situation de détresse, animation de prières ouvertes à tous et de rencontres de jeunes.

Cette expérience porte des fruits et connaît des prolongements lors de cette semaine du 9 au 16 août à Taizé. Un exemple : la Tarley à Taizé cette semaine. Ce Brésilien de 21 ans vit en France depuis 5 ans. À Montpellier, après avoir vécu à la rue, il a désormais trouvé refuge dans un squat. En mars, il a rencontré 3 jeunes volontaires de Taizé, venus vivre à Montpellier pendant un mois. C'est à leur invitation qu'il est venu à Taizé cette semaine avec d'autres jeunes de Montpellier. Au cours des rencontres du matin, il a témoigné de son parcours de vie, sur les thèmes de la joie et de la simplicité, une simplicité dont il a fait un choix de vie. "Jésus n'avait pas beaucoup de sa fort dans sa vie, c'était un pèlerin, un migrant" dit-il. 

A Taizé, la rencontre des peuples et des cultures passe aussi par la musique

A Taizé, la rencontre des peuples et des cultures passe aussi par la musique

Au Rassemblement pour une nouvelle solidarité, du 9 au 16 août 2015, à Taizé, les jeunes prient, réfléchissent, échangent par la parole. La rencontre se fait aussi par la musique.

A Taizé, cette semaine comme tout au long de l'année, la diversité des peuples est audible : il suffit de se promener pour entendre parler en plusieurs langues. Lors de la prière, tout le monde chante en toutes les langues et dans les temps d'échange et d'atelier, la diversité des langues n'est jamais une barrière : il y a toujours quelqu'un pour traduire l'Ukrainien ou même le coréen par exemple ! Et puis cette semaine, tous les jours à 14h15, on se rencontre au-delà de la barrière des langues, par la musique : c'est la fête des peuples. Un reportage d'Anne Kerléo. 

Les repas à Taizé, une organisation joyeuse et performante

Les repas à Taizé, une organisation joyeuse et performante

A Taizé, chaque jour, on nourrit les foules. Plusieurs dizaines de volontaires sont investis pour ce service et l'organisation est bien huilée.

Nourrir  4000 personnes en 45 minutes: c'est le défi posé trois fois par jour aux volontaires chargés de la cuisine. Ils sont une centaine à chaque repas. Efficaces et joyeux, ils ont accueilli Alexia Steulet le temps d'un reportage. 

A Taizé, les jeunes réfléchissent à la défense de la planète

A Taizé, les jeunes réfléchissent à la défense de la planète

Changer leur rapport au temps et au bonheur: c'est ce à quoi Younous Omarjee a invité les jeunes de son atelier, ce mardi 11 août à Taizé, au Rassemblement pour une nouvelle solidarité.

Depuis lundi et jusqu'au samedi 15 août, de 15 heures à 16h30, les jeunes qui participent à cette semaine jubiliare se voient proposer des ateliers sur différentes thématiques comme le dialogue interreligieux, les migrations, l'économie, le rôle des églises dans l'action sociale, les Roms ou encore la solidarité en Europe. Chacun de ces ateliers commence par le témoignage d'un intervenant, puis un dialogue s'engage avec les jeunes.

Younous Omarjee est député européen de l'outremer. Il habite la Réunion. Il a animé un atelier sur le thème "Changement climatique et perte de la biodiversité : entre urgence et espérance". Il à répondu sans hésiter à l'invitation des frères de Taizé: "Lorsqu'on m'a expliqué qu'il y a 4000 jeunes qui prennent du temps sur leurs vacances pour approfondir leur vie spirituelle, pour partager ensemble des idées face aux problèmes qui se posent au monde, je me suis dit qu'il fallait encourager cela. Je me suis dit qu'il aurait été beaucoup plus facile pour vous de céder à tous les abrutissements sophistiqués qu'on invente pour vous pour ces vacances d'été" a-t-il dit aux jeunes venus l'écouter. 

Anne Kerléo a assisté à cet atelier. Voici son reportage.

 

"Il faut être prêts à découvrir une joie qui peut dépasser les limites de notre imagination"

"Il faut être prêts à découvrir une joie qui peut dépasser les limites de notre imagination"

Joie, simplicité, miséricorde : trois piliers évangéliques de la communauté de Taizé. Trois mots qui guident la réflexion des participants au Rassemblement pour une nouvelle solidarité.

 Au cours du Rassemblement pour une nouvelle solidarité, les jeunes sont invités à explorer 3 mots, 3 valeurs de l’Evangile : joie, solidarité et miséricorde. Pour frère Roger, fondateur de la communauté de Taizé, ces 3 mots exprimaient l’esprit des Béatitudes et ils les a inscrits dans la règle de Taizé. Au cours de ce rassemblement, les jeunes sont invités à explorer la manière dont ces trois valeurs évangéliques peuvent s’incarner dans leur vie. En fin d’après-midi, ils se retrouvent entre eux, en petits groupes, pour échanger autour de ces mots. Et puis le matin, ils rencontrent des témoins qui partagent leur manière de vivre ces mots. Anne Kerléo a assisté à l’une de ces rencontres, autour du premier mot : la joie. Voici son reportage. 

 

Frère Benoît, frère de Taizé

Frère Benoît, frère de Taizé

A l'occasion du Rassemblement pour une nouvelle solidarité, du 9 au 16 août 2015 à Taizé, l'un des frères livre son témoignage. Frère Benoît est membre de la communauté depuis 2005.

C'est lors de la Rencontre européenne des jeunes 2002 à Paris, que frère Benoît entre pour la première fois en contact avec les frères. Touché par la confiance qu'ils font aux jeunes, le jeune étudiant parisien a envie d'en savoir plus et se rend sur place, à Taizé, en Saône-et-Loire.

Commence alors pour lui un cheminement de découverte de la personne du Christ. Jusqu'alors, il se sentait pleinement membre de l'Eglise mais il n'avait de relation personnelle avec le Christ. A partir de là tout s'enchaîne: "Dès lors qu'on prend conscience de cette relation personnelle, de cet amour inconditionnel, très vite la question devient: et toi, quelle est ta réponse?", explique frère Benoît. Pour lui, la réponse est de devenir frère. Un chemin qui le rend heureux aujourd'hui. Il a trouvé à Taizé ce qui fait l'unité dans sa vie. 

Emission enregistrée en juin 2015