Sexualité, y a-t-il un malaise dans l'Église?

Présentée par ,

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mardi 4 février à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Corinne SIMON/CIRIC - 28 septembre 2019 : Stand de "Good sex ! Oh my god !", lors de la 5e édition du Congrès Mission. Paris (75), France.

Tantôt perçue comme un péché, tantôt idéalisée. Le discours de l'Église catholique sur la sexualité semble hésitant, or la crise des abus sexuels invite prendre ce sujet très au sérieux.

La crise des abus sexuels dans l'Église, au-delà de la sidération qu’elle provoque, nous invite à prendre au sérieux la sexualité dans toutes ces dimensions. C'est ainsi que le Père Jean-François Noël publie "Tous mes désirs sont devant toi" (éd. Salvator). Et que les associations familiales catholiques (AFC) ont lancé une websérie pédagogique "Le cours de la vie", pour aider les familles à aborder ces questions.
 

sexualité, Y a-t-il un malaise dans l'Église ? 

"Les pervers cherchent toujours des niches pour pouvoir accomplir leur méfait à l'abri du regard de la morale, analyse le Père Jean-François Noël, ils ont trouvé dans l'Église une faille, une sorte d'hésitation, de crainte ou de doute par rapport au sexuel." Manifestement le discours de l'Église sur la sexualité n'est pas clair, tout du moins hésitant : on peut penser que les nombreux cas de pédophilie ou d'agressions sexuelles en sont la preuve.
 

La sexualité diabolisée ou idéalisée ?

Bien souvent, on considère que l'Église catholique réduit la sexualité à une somme d'interdits. Les discours les plus caricaturaux vont même jusqu'à réduire l'Église et son message à une vision négative de la sexualité. D'un autre côté, certains déplorent au sein de l'Église une idéalisation de la sexualité.

"Dans le milieu chrétien, je suis très étonnée de cela, confie Pascale Morinière, on trouve régulièrement cette expression sur la beauté de la sexualité, formule valise qui sert d'étouffoir." La théologie du corps développée par Jean Paul II a certes quelque chose de "magnifique", commente le P. Noël mais ces travaux "ne donnent pas raison à la manière dont nous vivons notre propre sexuel". Pour le prêtre, la sexualité doit pouvoir être envisagée comme "un chantier personnel", un domaine où les choses ne vont pas de soi, où l'on peut se tromper.
 

pourquoi on a du mal à comprendre la sexualité 

"Souvent on réduit le sexuel au génital", remarque Jean-François Noël, or, la sexualité est "plus complexe que ça". Une complexité qui peut faire peur ou sembler inaccessible - d'où, peut-être, cette "sorte d'hésitation chez certains responsables de communauté soit de relativiser le sexuel, de l'ignorer ou de le mutiler".

Qu'est-ce donc que la sexualité ? Dire qu'elle convoque à la fois nos pulsions animales et nos aspirations spirituelles résume assez bien la façon dont elle peut englober tout notre être. Une définition qui, cependant, ne parle pas à la plupart de nos contemporains, selon Pascale Morinière, pour qui "il n'y a pas que l'Église qui vit avec une idée du corps désincarné" : "Nos contemporains voient leur corps comme un objet en leur possession." Et non un lieu "en chantier", objet d'une quête et d'une recherche d'appropriation... C'est sans doute l'une des caractéristiques de notre culture occidentale. 

 

Invités

  • Père Jean-François Noël, prêtre, psychanalyste, curé à Istres (Bouches-du-Rhône)

  • Dr Pascale Morinière, médecin, présidente des Associations familiales catholiques (AFC)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Les présentateurs

Antoine Bellier

Journaliste à RCF depuis 2009, Antoine est passé par Le Mans et La Roche-sur-Yon, avant de rejoindre la rédaction nationale en septembre 2013. Curieux de l’actualité sous toutes ses formes, amateur de cinéma et de littérature, il lui arrive de passer du micro à la plume. 

Sophie Nouaille