Carine Rabier-Poutous, d'HEC à Mère Teresa

Présentée par

S'abonner à l'émission

Témoin

mercredi 27 juillet 2016 à 11h30

Durée émission : 25 min

Carine Rabier-Poutous, d'HEC à Mère Teresa

© Carole Epinette

Écrivain, Carine Rabier-Poutous écrit des romans spirituels. Diplômée d'HEC, religieuse pendant trois ans, elle a mis du temps à découvrir sa voie. Ce qu'elle confie à Béatrice Soltner.

Trouver sa voie, s’accomplir dans une vocation propre, c’est un chemin parfois long. Une route qui se dessine au fil du temps, au gré des rencontres, et des imprévus… On y croise sur la route de lumineuses balises mais aussi inévitablement des moments plus obscurs où l’on se demande si un jour enfin, on atteindra un but.

Le parcours de Carine Rabier-Poutous n’a rien d’une autoroute, il ressemble plutôt au chemin de traverse. Enfant, elle veut devenir médecin, fascinée par la figure de saint Vincent de Paul, "cet homme qui faisait tellement de bien". Le Dieu de son enfance est "un Dieu bon, un peu arc-en-ciel, coloré". Mais avec l'adolescence, l'enfant un peu mystique a laissé l'oubli de Dieu prendre la place. Elève douée, on la convainc d'entrer à HEC, une grande école de commerce française. Elle ne rejoint cependant pas le "complexe de supériorité" répandu parmi les élèves. Femme éprise d’absolue, elle redécouvre la spiritualité lors d'un voyage au Japon. Le Dieu de son enfance n'est pas si loin mais il ressemble plus à un "grand tout". Ses retraites bouddhistes ne la rassasient pas "par rapport à la soif de vie" qui l'habite.

"J'avais toujours eu la certitude d'être aimée."

HEC aurait dû lui ouvrir "la voie dorée du bonheur", Carine Rabier-Poutous va pourtant de signatures de CDI en démissions ; elle a tout pour être heureuse mais éprouve le "sentiment de mourir". Une expérience douloureuse pour sa famille et pour elle-même. Elle s'inscrit à la faculté de médecine, y reste six mois, le temps de découvrir qu'elle n'a pas la vocation. Une retraite à La Flatière (Haute-Savoie) lui permet de rencontrer "celui qu'elle cherchait sans trop le chercher: Jésus".

Trente jours d'excercices spirituels à l'école de saint Ignace lui "ouvrent une porte", celle des Missionnaires de la Charité. La communauté fondée par Mère Teresa a pourtant la réputation d'exiger un style de vie sévère et radical: "l'esprit d'HEC et celui de Mère Teresa: il n'y a pas plus opposé", convient-elle. Pas de lave-linge, pas de réfectoire, "que des pauvres à servir humblement" mais ce qui l'attire chez Mère Teresa c'est cette radicalité, ce don de soi total. Au bout de trois ans, Carine Rabier-Poutous réalise que ce n'est pas là sa vocation définitive. Une nouvelle retraite de saint Ignace lui permet enfin de réaliser que ce qu'elle aime c'est écrire.

Invités

  • Carine Rabier-Poutous, Ecrivain

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mardis à 02h30

Chaque semaine, un chrétien témoigne de sa foi. Qu’il la vive dans des circonstances très particulières ou en toute simplicité, qu’il ait vécu des choses extraordinaires ou pas, il raconte pourquoi la rencontre avec le Christ a changé sa vie. Une dizaine de producteurs du réseau RCF réalisent à tour de rôle cette émission. 

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.