Dorothy Day (6/8) Face à la ségrégation raciale

Présentée par PR-22155

S'abonner à l'émission

Dorothy Day : "Je ne suis pas une sainte"

dimanche 16 août à 7h30

Durée émission : 12 min

Dorothy Day (6/8) Face à la ségrégation raciale

© éditions Tallandier - D'après la couverture du livre "Dorothy Day - La révolution du cœur"

Dans l'Amérique des années 50 et 60, Dorothy Day est de toutes les luttes. Quand, en 1963, Martin Luther King prononce son discours resté célèbre, "I have a dream", elle prend son parti.

00:00

00:00

LES PODCASTS DE L'ÉTÉ - Dès le 6 juillet, RCF est à l'heure d'été. Tous les dimanches, découvrez DOROTHY DAY, JE NE SUIS PAS UNE SAINTE. Un podcast réalisé par Baudoin de Guillebon, journaliste RCF et co-auteur de "Dorothy Day - La révolution du cœur" (éd. Tallandier, 2018).
> En savoir plus sur les podcasts de l'été

 

À la fin de l'année 1951, dans une maison bruyante et sans dessus dessous d'un quartier populaire de New York, Dorothy Day écrit les derniers mots de son autobiographie. "Nous avons tous connu la longue solitude et nous avons appris que la seule solution est l'amour et que l'amour arrive avec la communauté." Citée par le pape François au congrès des États-Unis comme l'un des quatre figures américaines majeures du siècle dernier, prise en filature une grande partie de sa vie par le FBI d'Edgar Hoover, emprisonnée pour ses idées anarchistes, admirée par Hannah Arendt, appelée "ma sœur" par mère Teresa, à la fois inclassable et controversée, Dorothy Day nous invite à entrer dans sa vie.

 

après la guerre, Les nouveaux combats de dorothy

En mai 1947, Dorothy Day adresse à ses lecteurs un article qui définit les fondements du mouvement Catholic Worker. Elle reprend le trio pensé par Peter Maurin : le culte, la culture et l'agriculture - auquel elle ajoute une vision du travail : "Il faut retrouver une philosophie du travail", ne cesse-t-elle de répéter. Malheureusement, ce combat, Dorothy va l'affronter seule puisqu'en 1949, Peter Maurin décède à New York. Les années 50 aux États-Unis sont marquées par la "Peur rouge" et la chasse aux communistes. Dorothy fera partie des 29 membres du Catholic Worker conduits en prison.

 

face à la ségrégation raciale

Quand, en 1963, Martin Luther King prononce son discours resté célèbre, "I have a dream", Dorothy Day prend le parti de celui qui est devenu l'égérie de la lutte contre les discriminations. Elle trouve alors au racisme une réponse chez Clarence Jordan (1912-1969). Cet homme blanc, peu ordinaire, fermier et traducteur de la Bible, a ouvert avec sa femme et un couple afro-américain dans l'État de Géorgie, une ferme commune baptisée Koinonia. Une ferme où Noirs et Blancs vivent ensemble. Dorothy y passera plusieurs jours pour partager leur quotidien. Elle constatera combien la ferme est la cible de violences verbales et physiques continuelles.

À son retour, Dorothy Day est convaincue de deux choses : la lutte contre la ségrégation est nécessaire ; il faut prendre exemple sur cette ferme pour en monter d'autres. La ferme est le symbole même de sa pensée : réconcilier accueil, travail et prière. Elle se met en quête d'un grand espace et d'une ferme à acheter.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le dimanche à 7h30 et 20h45

Proche du communisme dans sa jeunesse, la journaliste américaine Dorothy Day (1897-1980) vit une lente conversion vers le catholicisme qu'elle considère comme "l'Église des pauvres". Suivez son histoire tout en étant bercé par les rythmes d'une musique américaine en pleine évolution ! Un podcast réalisé par Baudoin de Guillebon, journaliste RCF et co-auteur de "Dorothy Day - La révolution du coeur" (éd. Tallandier, 2018)

Le présentateur

Baudouin de Guillebon