Jean-François Penhouët, prêtre aux périphéries

Présentée par

S'abonner à l'émission

Grand Témoin

samedi 23 juillet 2016 à 17h00

Durée émission : 55 min

Jean-François Penhouët, prêtre aux périphéries

© Eglise catholique

Prêtre de la Mission de France, Jean-François Penhouët est aumônier national des prisons depuis 2015. Son credo: rejoindre les hommes dans leur quotidien. Il témoigne au micro d'Anne Kerléo.

"J’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi!” (Mt, 25, 36). Un verset de l'Evangile que de nombreux détenus de Fleury-Mérogis pourraient adresser au p. Jean-François Penhouët. Ce prêtre de la Mission de France leur rend visite deux jours par semaine depuis 2008. Aujourd'hui aumônier national catholique des prisons, il a été ordonné prêtre en 1980. L'enfant breton de la campagne morbihannaise n'aurait jamais imaginé accompagner de cette façon des personnes incarcérées.

"On vivait avec très peu de choses." Jean-François Penhouët est issu d'une famille de petits agriculteurs bretons. Catholique de tradition, son père avait pourtant "un petit côté anticlérical qui n'était pas forcément pour me déplaire", confie-t-il. Sensible à l'attention aux petites gens chez certains hommes d'Eglise, le jeune Jean-François Penhouët avait le sentiment que le prêtre de leur paroisse, issu du même milieu, "semblait être passé dans un autre monde". A l'inverse du curé de son village qui semblait avoir oublié les réalités de la rude vie des paysans bretons de l'époque, c'est un autre prêtre, plus sensible aux pauvres, qui comme le dit, l'a "mis en route". Mais cette question d'une séparation du clergé d'avec le monde paysan le marquera en fait toute sa vie.

Sa foi héritée de sa famille n'a pas fait l'objet de remise en cause fondamentale ni "d'événement extroardinaire". Jean-François Penhouët a toutefois vécu les tourments de mai 68 et "ces années de constestation un peu folles". Arrivé à l'âge des remises en question, il s'est bien demandé si la foi comptait vraiment pour lui. Si elle serait le fondement de sa vie. Mais c'est surtout à l'armée, pour la première fois au contact d'un monde incroyant, que le futur prêtre a vécu une expérience décisive. Très vite, au milieu de ces hommes, Jean-François Penhouët a eu le sentiment que le fait de partager les mêmes conditions de vie rendait plus recevable son témoignage de foi. "Parce que je vivais la même condition qu'eux, les mêmes brimades, les mêmes bêtises et les mêmes punitions." Une conviction qui fonde son engagement auprès de la Mission de France.

 


Fondée en 1941 la Mission de France est le fruit d'une intuition de Mgr Emmanuel Suhard (1874-1949). Convaincu qu'il faut rejoindre les milieux ouvriers et déchristianisés de France, l'archevêque de Paris fonde ce qui est au début un séminaire. L'objectif était de former des prêtres à l'annonce de l'Evangile. L'Eglise de l'avant-guerre en France est fortement concernée par le sujet. En 1943, la parution de l'ouvrage "France, pays de mission?" coécrit par Henri Godin et Yvan Daniel, avait fait grand bruit.

 

Entretien réalisé en mai 2016

 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les premiers mardi du mois à 21h00 Tous les cinquièmes mardi du mois à 21h00

Grand Témoin donne la parole à des chrétiens célèbres pour leur engagement ou leur combat au service de l'Evangile. Cette émission met également en valeur des croyants de l'ombre, méconnus du grand public et dont le témoignage mérite d'être diffusé et transmis.

Le présentateur

Anne Kerléo

Journaliste de formation, Anne est passionnée de reportage, au coin de la rue ou à l'autre bout du monde. Rédactrice en chef "opérations spéciales" RCF, elle a pour mission de préparer et de coordonner la couverture d'événements grands ou petits et l'organisation d'émission hors des studios. Lyonnaise d'adoption, elle ne s'éloigne jamais longtemps de la Bretagne de ses origines.