Mgr Pierre Claverie, une vie donnée pour le dialogue

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 7 décembre à 23h00

Durée émission : 55 min

Mgr Pierre Claverie, une vie donnée pour le dialogue

© Jacques HOUZEL/LA VIE/CIRIC - Mgr Pierre Claverie en 1988

"Il avait un don exceptionnel pour l'amitié." Mgr Pierre Claverie fait partie des 19 béatifiés d'Algérie. Fr. Jean-Jacques Pérennès, qui l'a bien connu, nous dit qui était l'évêque d'Oran.

00:00

00:00

L'AVENT SUR RCF - Une vie donnée, à l'écoute des bienheureux d'Algérie - 19 martyrs de l'Église d'Algérie seront béatifiés le 8 décembre à Oran. Mgr Pierre Claverie, les moines de Tibhirine et les 11 autres religieux bientôt béatifiés avaient fait le choix de rester fidèles à l'Église d'Algérie et à leurs amis et voisins algériens en dépit des risques encourus dans une décennie 90 marquée par la violence. RCF met en place une programmation spéciale à l'occasion de cet événement.
> Voir le dossier de RCF

 

"Vous savez, ça fait drôle de parler en ces termes de quelqu'un avec qui on a fait la vaisselle, avec qui on a fait des promenades et avec qui on a échangé plein de choses de la vie quotidienne. Souvent on béatifie des gens qui sont des gens du XVIe siècle, du Moyen Âge... là, c'était un contemporain et un ami."
Jean-Jacques Pérennès

 

"Je vous dois d'être ce que je suis. Je vous dois d'avoir découvert l'Algérie qui était pourtant mon pays, mais où j'ai vécu en étranger toute ma jeunesse." Ces mots sont ceux de Mgr Pierre Claverie adressés à ses frères et amis algériens lors de son ordination épiscopale le 2 octobre 1981. Près de 15 ans plus tard, l'évêque d'Oran était assassiné avec son chauffeur Mohamed Bouchikhi, le 1er août 1996. Aujourd'hui sa vie, sa foi et son engagement nous sont proposés en modèles, à travers sa béatification le 8 décembre 2018. Le dominicain Jean-Jacques Pérennès, qui a bien connu Mgr Claverie, est l'auteur de "Pierre Claverie - Un Algérien par alliance" (éd. Cerf, 2000) aujourd'hui réédité. Il dresse le portrait d'un homme "qui aimait la vie".
 

Une figure de sainteté

Quand il a posé les pieds sur le sol algérien en 1977, Jean-Jacques Pérennès avait 28 ans. Il était un jeune religieux "encore secoué par les turbulences de l'Église catholique d'après Vatican II". Dans ce contexte il a été frappé de trouver chez Pierre Claverie "une solidité très grande, une foi forte mais sans affichage". Ils ont beau avoir partagé une même vie communautaire, "ce n'est qu'après sa mort" que Jean-Jacques Pérennès a "découvert à quel point je lui devais".
 

"un don exceptionnel pour l'amitié"

Issu d'une famille de pieds-noirs installée en Algérie depuis cinq générations, Pierre Claverie a grandi dans une famille très unie. Il appelait ses parents ses "petits vieux". Pendant 40 ans Pierre a écrit à ses parents tous les dimanches. Leur correspondance "témoigne d'une confiance mutuelle et d'une qualité d'amour". Si la cellule familiale était si soudée c'est que les parents de Pierre avaient l'un et l'autre connu une enfance difficile. "Ce couple-là avait décidé d'être heureux et de rendre une famille heureuse." Sans doute est-ce là l'origine de la "solidité" de Pierre Claverie : "il se savait aimé" et pour Jean-Jacques Pérennès, "l'amour des parents est un facteur de solidité, Pierre a beaucoup reçu". Même si sa famille n'était pas particulièrement pieuse mais où il y avait "une droiture extraordinaire, une sincérité, une vérité humaine".

Pierre Claverie a connu l'ordre des frères prêcheurs grâce au scoutisme - ses années scoutes l'ont d'ailleurs beaucoup marqué, lui qui avait "un don exceptionnel pour l'amitié". En pleine guerre d'Algérie, Pierre Claverie quitte le pays en 1957 - année de la bataille d'Alger - pour Grenoble où il étudie. Là, il découvre qu'il existe alors "une question algérienne" et qu'elle fait débat en métropole. "Il est tenté à un moment de s'allier à des groupuscules presque d'extrême droite mais grâce à la guidance de son père, il évite de tomber dans ces panneaux et sent qu'il y a quelque chose qui n'est pas juste."
 

Le paradoxe du monde colonial

Née dans l'Algérie coloniale, Pierre Claverie a connu "le paradoxe" du monde colonial, où l'on vit "à côté des Algériens", dont on ne partage pas la langue. Où on ne bénéficie pas non plus des mêmes droits. Plus tard Pierre dira : "J'ai vécu toute mon enfance dans une bulle coloniale sans jamais rencontrer les autres et les voir." Et aussi : "Nous n'étions pas racistes seulement indifférents." Nulle trace de mépris dans ces propos mais la clairvoyance qu'il y avait deux mondes qui ne se côtoyaient pas. Le P. Pérennès souligne le "travail" que le jeune Pierre Claverie a du faire à la fois de "rupture" et de "chemin vers l'autre", ce qui était alors aller à contre-courant d'un certain "fait colonial". Mais pour nous aujourd'hui, dans le contexte de la France actuelle, cela peut servir d'exemple : dans notre société où l'on sait qu'il existe d'autres milieux mais que l'on peut ignorer "superbement". 

 

Invités

  • Frère Jean-Jacques Pérennès , dominicain, directeur de l'École biblique et archéologique française de Jérusalem

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 23h et le samedi à 21h

L'émission de référence de RCF ! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!