Mgr Pierre d'Ornellas : "J'ai eu un maître qui s'appelait Roland, qui vivait à la rue..."

24 novembre 2017 Par

L'Église se prépare au synode 2018 sur la jeunesse. Pour les aider à s'y préparer, Mgr Pierre d'Ornellas les encourage à écouter la parole des plus pauvres, "nos maîtres".

Le pape François a convoqué les évêques pour octobre 2018 afin de se rassembler en synode. L'objectif : écouter la jeunesse. Dans les diocèses du monde entier on se prépare en sollicitant les jeunes. "À tous les jeunes qui veulent participer au synode, c'est bien de donner des idées, dit Mgr Pierre d'Ornelllas, archevêque de Rennes, mais qu'est-ce que c'est pour vous jeunes, quand vous rencontrez un plus pauvre et que vous vous mettez à l'écouter en dépassant vos peurs ? Là vous pourrez dire quelque chose aux évêques."
 

"Roland m'a obligé à aller plus loin que mes peurs"

 

QUITTE TON CANAP' DIMANCHE 26 NOVEMBRE à Rennes - Chaque mois un rendez-vous spécial proposé par l'équipe nationale RCF avec les radios locales du réseau RCF. Dans la perspective du Synode d'octobre 2018 sur "La foi, les jeunes et le discernement des vocations", le pape François encourage les 18-30 ans à "faire entendre leur cri" (Lettre aux jeunes, janvier 2017). Chaque mois sur RCF, nous vous proposons de suivre la façon dont ils préparent le synode. Et dont ils s'interrogent sur le monde, la foi, l'Église et leur vocation.
> En savoir plus

 

Roland, "mon maître"

"J'ai eu un maître qui s'appelait Roland, qui était dans la rue..." Quand il était étudiant, Pierre d'Ornellas a fait cette rencontre qui a marqué durablement sa vie. Roland vivait sur un banc, quand il le croisait dans la rue, le jeune étudiant lui adressait un bonjour, un sourire, un regard. Et puis un jour Roland, qui avait repéré où il vivait, a sonné à sa porte. Mgr d'Ornellas se souvient alors d'une seconde d'hésitation "qui [lui] a parue énorme" : allait-il l'accuellir ou lui dire de partir ? Finalement il a reçu Roland, qui lui a demandé un café et quatre sucres. "Il est resté une heure pratiquement sans rien dire comme s'il voulait vérifier que mon salut, mon sourire, mon regard c'était vrai."

 



 

Accueillir plus pauvre que soit apprend à dépasser ses peurs

"Roland m'a appris qu'il n'y avait pas grand chose de réel quand j'étais pressé, qu'il faut savoir écouter, disponible." Plus tard, Pierre d'Ornellas est allé trouver Roland dans un hospice à Lille. Jeune homme de 19 ans, il a ressenti "l'effroi" de voir ces personnes, une cinquantaine, dormir sur des lits les uns à côté des autres... "C'est Roland qui m'a aidé à entrer avec sa simplicité, Roland m'a obligé à aller plus loin que mes peurs."

 



 

voulez-vous suivre le Christ ?

Depuis, ce que Mgr d'Ornellas retient c'est que "les maîtres, ce sont les pauvres" car ils nous aident à être de plus en plus chrétien, de plus en plus disciple de Jésus. "Le contact avec le plus pauvre, ça m'a toujours évangélisé, ça m'évangélise." Et sans que l'on sache mettre des mots dessus, savoir en avoir l'idée de façon intellectuelle, éprouve pourtant cette certitude que "tout homme est une histoire sacrée... il n'y a rien à faire, tout homme, quel qu'il soit."
 

ÉCOUTER ► Le Témoignage de Mgr Pierre d'Ornellas recueilli par Étienne Pépin (RCF Rennes)

 

Sur le même thème :