Père Bruno, les premiers pas d'un jeune prêtre envoyé à vie en Birmanie

Présentée par UA-133540

S'abonner à l'émission

Contre courant

mardi 8 septembre à 13h30

Durée émission : 25 min

Père Bruno, les premiers pas d'un jeune prêtre envoyé à vie en Birmanie

© RCF / Thierry Lyonnet - Le Père Bruno

Il vient d'être envoyé en Birmanie... à vie. Le Père Bruno est prêtre des Missions étrangères de Paris. On le suit dans sa découverte du pays et ses premiers pas de missionnaire.

C'est par la volonté de deux prêtres des Missions étrangères de Paris (MEP), Paul Bigandet (1813-1894) et Alexandre Cardot (1857-1925), que la cathédrale de Yangon (anciennement Rangoun), est sortie de terre à la fin du XIXe siècle. Un grand édifice néogothique consacré en 1911, dans un pays majoritairement bouddhiste. Plus de 100 ans après, nous sommes allés à la rencontre de l'un de leurs successeurs. Ordonné prêtre le 29 juin 2019, le Père Bruno, 35 ans, a été envoyé à vie en Birmanie. Comment vit-il ses premiers mois d'immersion dans ce pays ? Quelles sont ses impressions ? Ses questionnements ? Pour le savoir, Thierry Lyonnet a partagé son quotidien.

 

la mission des mep : annoncer l'évangile et former un clergé local

Sur les murs de la sacristie, dans la cathédrale de l'Immaculée-Conception, sont alignés des portraits de ses prédécesseurs. Cela n'a pas échappé au Père Bruno, "dans toutes les paroisses où les Pères MEP ont été présents, on voit cet alignement de cadres", côte à côte, selon un ordre chronologique. Les plus anciens sont des portraits de "vieux Pères européens avec leurs grosses moustaches et leur grande barbe" et puis on trouve des portraits de prêtres birmans. 

Cela résume en quelque sorte la mission que l'Église catholique a confiée aux Missions étrangères de Paris il y a plus de 350 ans : amener l'Évangile dans les pays d'Asie et former un clergé local. 

 


©RCF / Thierry Lyonnet - Le Père Bruno dans la cathédrale de l'Immaculée-Conception, Yangoun

 

la birmanie, un clergé local important

Aujourd'hui, ils sont 700 prêtres locaux pour 700.000 catholiques (soit 1% de la population). Pourquoi donc les MEP continuent-elles d'y envoyer des prêtres ? Pour le Père Bruno, sur les 60 millions d'habitants, "beaucoup ne connaissent pas le Christ, à nous de trouver de nouveaux chemins pour présenter aux gens le Christ !"

 


©RCF / Thierry Lyonnet - Le Père Bruno apprend le birman avec Sœur Christopher

 

les premiers pas d'un missionnaire mep

Comment et pourquoi le Père Bruno est-il "tombé chez les MEP" ? "Une bonne question qu'il faut poser au Seigneur !" Cela fait cinq mois que le jeune prêtre est installé dans son pays d'adoption. Pour le moment, il vit à Yangon avant d'être envoyé dans une région reculée du pays. En tant que prêtre MEP il a trois ans en début de mission pour apprendre la culture et la langue du pays - la langue, c'est le premier "défi du missionnaire". "Un prof de birman m'a dit que pour un Occidental qui commençait à apprendre, il faut au moins trois ans pour entendre la différence entre les différents tons."

Apprendre la langue, cela "permet de rentrer dans une culture". "Quand on comprend une structure d'une langue, on comprend la structure de la pensée, de la spiritualité d'un peuple, d'un pays, c'est un trésor, c'est une nécessité."

 

Reportage réalisé en partenariat avec les Missions étrangères de Paris (MEP)

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le mardi à 13h30 et le dimanche à 16h30

Des reportages hebdomadaires qui ouvrent une fenêtre sur le monde en partant à la rencontre d'hommes et de femmes d'ici et d'ailleurs.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!