Saint Vincent de Paul, le regard humble et juste sur la pauvreté

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 13 juillet à 21h00

Durée émission : 55 min

Halte spirituelle, l'intégrale

© Alessia GIULIANI/CPP/CIRIC - 28 juillet 2016 : JMJ à Cracovie. Drapeau à l'effigie de Saint VINCENT DE PAUL lors Cérémonie d’accueil du pape François au parc de Błonia à Cracovie, Pologne.

Vis-à-vis de plus pauvre que soit, se dire : "Je ne suis pas au-dessus, ni en dehors, ni au-delà. Je suis à côté." Avec saint Vincent de Paul, on apprend à trouver une façon juste de servir.

Saint Vincent de Paul, c'est celui qui disait : "Les pauvres sont nos maîtres." En 2017, on célèbre le 400è anniversaire du début de son œuvre. Et si on l'a appelé "le grand saint du Grand Siècle", c'est que Vincent de Paul a développé une spiritualité du serviteur qui a marqué son époque, mais qui est éminemment moderne. Quand il est devenu prêtre, Vincent de Paul "ne s'est pas mis au service d'une idéologie". Petit à petit, c'est en se mettant au service des pauvres, qu'il a découvert que ce service était "le cœur de l'Évangile", comme nous l'explique le Père Bernard Massarini, lazariste.
 

"La pauvreté n'est pas un déshonneur, elle est une situation concrète"

 

Vie de Vincent de Paul (1581 - 1660) en quelques dates
• 1610 Devient aumônier de Marguerite de France, la "reine Margot"
• 1609 Rencontre avec Pierre de Bérulle
• 1613 Rencontre avec la famille de Gondi
• 25 janvier 1617 Prononce le fameux Sermon de Folleville (Somme) sur la réconciliation et les confesssions générales
• 20 août 1617 À Châtillon-les-Dombes (Ain) reçoit l'appel au secours d'une famille malade comme un appel de la Providence
• 8 décembre 1617 Fondation de la première confrérie de la charité
• 1625 Fondation de la congrégation de la Mission (lazaristes)
• 1633 Fondation des Filles de la Charité
• 27 septembre 1660 Mort à Paris
• 16 juin 1737 Canonisation par le pape Clément XII
> En savoir plus sur la vie de saint Vincent de Paul

 

La pauvreté que nous traversons tous

L'extraordinaire modernité de la spirituailité vincentienne c'est de considérer que tous "on va se retrouver ensemble pauvres, riches, moins pauvres, en attente d'apaisement". Aujourd'hui, les pauvretés peuvent être d'ordre social, matériel, psycho-affectif, ou liées à la maladie. "Il ne s'agit pas de servir le pauvre mais de faire avec lui pour qu'il ne reste pas dans sa condition d'isolement, quelle que soit le type de pauvreté."

Il y a chez saint Vincent de Paul une attention au réel, qui est très forte. Pour tous les héritiers de sa spiritualité, il s'agit de confronter son intuition au réel et de "mettre ses compétences au service de là où on est placé." Aujourd'hui, dans nos sociétés, on se trouve bien souvent confronté à des réalités complexes. Bien souvent, les questions nous dépassent, l'accueil des migrants, la précarité, le mal-logement... Justement, il ne s'agit pas trouver des solutions, mais de "faire que la personne qui est en face puisse retrouver des énergies pour pouvoir se donner à nouveau".
 

Trouver dans la prière la juste réponse

Le service du pauvre se fait par la rencontre. Avec ce "souci systémique, pour aider la personnes à retrouver des liens". L'essentiel c'est de savoir être et d'être humble - non pas au sens de mésestime de soi, mais de justesse et de vérité. Comme le Christ, constamment en lien avec le Père, trouver de l'énergie dans la prière. "L'écoute intérieure nous met en aptitude de répondre juste." Et nous évite d'être de ne pas proposer de réponses toutes faites.
 

Comment accompagner vraiment les plus pauvres ?

"Quand on aide les pauvres, on a tendance se dire : j'ai de la chance de ne pas être à sa place." Ce complexe de supériorité, qu'on éprouve ou que l'on voudrait éviter, et qui fait que l'on se sent en surplomb de celui qui souffre : l'autre le ressent. "Quelqu'un qui a moins de langage a une sensibilité plus grande", nous dit le Père Massarini.

"La pauvreté n'est pas un déshonneur, elle est une situation concrète." Qui n'est pas amenée à durer. Quand on rencontre quelqu'un, quelle que soit sa pauvreté, se dire "Je suis avec lui créature de Dieu". Et aussi: "Je ne suis pas au-dessus, ni en dehors, ni au-delà. Je suis à côté." Quand saint Vincent de Paul parle des "pauvres" qui "sont nos maîtres" il désigne cette forme d'enseignement au cœur de la relation à l'autre.

 

Émission réalisée en octobre 2017

 

Invités

  • Père Bernard Massarini , prêtre de la Congrégation de la Mission

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 23h et le samedi à 21h

L'émission de référence de RCF! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!