À Tahiti et Bora-Bora, des catholiques au paradis sur terre?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Contre courant

lundi 16 avril à 6h00

Durée émission : 25 min

À Tahiti et Bora-Bora, des catholiques au paradis sur terre?

© Thierry Lyonnet / RCF - L'Église de Polynésie s'appuie sur l'aide des katekita, des laïcs formés pour être responsables de la communauté en l'absence de prêtre

Vivre en Polynésie c'est éprouver les effets de l'isolement malgré un décor de carte postale. Le rôle de l'Église y est essentiel, encouragé par une vision différente de la laïcité.

"Polynésie française" : existe-t-il nom plus associé au paradis sur terre? À 18.000 km de la métropole, il faut 24 heures de vol depuis Paris pour rejoindre cet ensemble d'archipels de l'océan Pacifique. Sur les 118 îles, dont la plus grande est Tahiti, 76 sont habitées. Et comme en témoignent ceux qui y vivent, l'isolement se ressent. 

 

REPORTAGE RÉALISÉ EN PARTENARIAT AVEC L'AIDE À L'ÉGLISE EN DÉTRESSE (AED) - RCF avec l'AED vous propose de découvrir la vie des chrétiens dans deux archipels de la Polynésie, celui de la Société et celui des Marquises, dans un reportage en cinq épisodes. Œuvre internationale dont la mission est d'aider les chrétiens menacés, l'AED finance plus de 5.000 projets par an à la demande des évêques de 150 pays. 
> En savoir plus

 


©Thierry Lyonnet / RCF - "Bora-Bora c'est un mythe, ça évoque la mer, le soleil, les vacances, le tourisme de luxe..."

 

Le mythe de Bora-Bora

"Nous sommes dans un endroit peut-être le plus mythique du monde." Le Père Dominique Vallon est curé de Bora-Bora, l'une des îles Sous-le-Vent. "Bora-Bora c'est un mythe, ça évoque la mer, le soleil, les vacances, le tourisme de luxe... Les Américains ne connaissent presque que Bora-Bora et pas Tahiti ni la réalité de la Polynésie française". Prêtre "Fidei donum", envoyé par l'archidiocèse d'Avignon, le P. Vallon est aussi le curé de trois autres îles, Raiatea, Tahaa et Maupiti, "chacune très différente". À Bora-Bora, une île très marquée par le tourisme, il y a les yachts et les hôtels de luxe - "Le commerce fonctionne bien" et nombreux sont ceux qui vivent du tourisme, mais "il y a aussi des gens qui vivent très simplement" de la pêche ou de l'agriculture.
 


©Thierry Lyonnet / RCF - À Bora-Bora, la mairie met un bus à la disposition des Églises

 

À Bora-Bora, il y a plus de protestants que de catholiques, car les Anglais ont occupé l'île avant les Français. Gaston Tong Sang, son maire, est impliqué dans le dialogue œcuménique, il a même organisé des veillées œcuméniques. C'est que le régime des cultes en Polynésie française n'est pas le même qu'en métropole et la séparation de l'Église et de l'État est moins nette. "Ici en Polynésie, je pense qu'on nous a donné cette possibilité de vivre avec les Églises, pour moi c'est important parce qu'on ne peut pas séparer le corps et l'âme, il faut alimenter les deux : le corps c'est mon métier et l'âme c'est le travail des pasteurs, des prêtres, des Églises et c'est important qu'on soit sur la même longueur d'onde."
 


©Thierry Lyonnet / RCF - Gaston Tong Sang, maire de Bora-Bora

 

l'isolement et le poids des traditions

La première réalité à laquelle on est confronté dans ces îles, c'est l'isolement. Qui se vit de manière concrète par un coût de la vie élevé. "Ce qui arrive ici est immédiatement taxé pour pouvoir financer le transport des denrées, ce qui fait que la vie est chère ici", explique Mgr Jean-Pierre Cottanceau, archevêque de Papeete. L'isolement, c'est aussi une réalité que vivent les familles : sur certaines îles, c'est dès 10 ou 11 ans que leur enfant doit partir étudier ailleurs. 

Qui dit éloignement géographique dit aussi isolement culturel. Là où en métropole "les invasions", "les guerres" ou "les migrations" influencent et renouvellent les cultures, les pensées et les modes de vie, sur un archipel en plein océan Pacifique c'est bien plus la tradition que l'on perpétue. Par certains côtés cela représente une forme de "handicap", selon Mgr Jean-Pierre Cottanceau.
 


©Thierry Lyonnet / RCF - Les paroissiennes de Bora-Bora accueillent les visiteurs

 

Les katekita

L'archidiocièse de Papeete compte 24 prêtres pour un territoire de 4 millions de km². Tous vivent sur l'île de Tahiti, sauf deux, l'unÎles Sous-le-Vent, l'autre à Moorea. Toutes les autres îles n'ont pas de prêtre sur place. "Ce sont les prêtres de Tahiti, qui, en plus de leur paroisse sur l'île de Tahiti, ont la responsablité d'un secteur, qu'ils visitent trois à cinq fois dans l'année." En général quand ils se rendent sur une île où il n'y a pas de prêtre, la première chose que demandent les fièdèles c'est la confession, explique Mgr Cottanceau.

L'Église de Polynésie s'appuie sur l'aide des katekita, des laïcs formés pour être responsables de la communauté en l'absence de prêtre. Prière, accompagnement des mourants, baptêmes en cas d'urgence... le katekita peut aussi avoir pour mission de distribuer la communion. "Quand on est katekita, la charge est lourde", témoigne Rino Moétaua. Il a un métier, une famille, et occupe ses vacances et ses week-end au service de l'Église catholique. "Je pense que c'est un appel du Seigneur."
 


©Thierry Lyonnet / RCF - Rino Moétaua est katekita

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 13h30, jeudis à 22h et samedis à 15h

Des reportages hebdomadaires qui ouvrent une fenêtre sur le monde en partant à la rencontre d'hommes et de femmes d'ici et d'ailleurs.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!