Revivez la 40ème rencontre européenne des jeunes à Bâle avec Taizé

© Page Facebbok Taizé / Emma Roxström - Le 30 septembre 2017, les jeunes rassembler pour prier

Du 28 décembre au 1er janvier, 16.000 jeunes européens ont vécu à Bâle la 40ème rencontre européenne des jeunes organisée par la communauté de Taizé. Un événement suivi par RCF.

RCF vous fait vivre en direct, au cœur de l’événement, cette nouvelle étape du Pèlerinage de confiance sur la terre, initié dans les années 70 par frère Roger Schutz, fondateur de la communauté de Taizé. Une communauté monastique œcuménique qui rassemble des chrétiens de différentes confessions et qui propose régulièrement aux jeunes des rassemblements en Bourgogne et dans différentes régions du monde.

A l'occasion de la rencontre européenne de Bâle, frère Aloïs a publié une texte intitulé "Une joie qui ne s'épuise jamais". Il s'agit de propositions adressées aux jeunes réunis à Bâle mais aussi à tous ceux qui iront à taizé en 2018. Frère Aloïs invite à : 

  • Creuser les sources de la joie
  • Entendre le cri des plus vulnérables
  • Partager épreuves et joies
  • Entre chrétiens, nous réjouir des dons des autres

CONFIEZ VOS INTENTIONS DE PRIÈRE
Vous pouvez vous joindre aux jeunes par la prière. Dès à présent, et tout au long de la Rencontre, nous nous chargeons de transmettre vos intentions de prière aux frères de Taizé.
CLIQUEZ ICI ► Pour écrire votre intention de prière

RCF a envoyé sur place une équipe de cinq personnes qui a réalié plus de 15 heures de programmes, pour une bonne part en direct. Un studio était installé à la paroisse réformée Leonhardkirche de Bâle.

• Lundi 25 décembre à 19h : interview de frère Benoît pour lancer la programmation spéciale Taizé sur RCF, suivie d'un temps de prière avec une méditation de frère Aloïs - Réécouter la prière du 25 décembre

• Chaque soir du 26 au 31 décembre de 19h à 20h : retransmission de la prière en direct de la Sankt Jakobshalle à Bâle, avec la méditation de frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé

Chaque soir, lors de la prière, frère Aloïs, prieur de la communauté de Taizé, s'adresse aux jeunes au cours d'une méditation. Ces méditations sont disponibles sur le site www.taize.fr/fr. 

Jeudi 28 décembre

• 7h14 : Actualité chrétienne : Bâle un pèlerinage de confiance, par Victorien Duchet 
• 8h10 : Frère Aloïs est le Grand invité de la Matinale RCF, au micro de Maud de Bourqueney
• 12h30 : magazine spécial en direct de Bâle présenté par Victorien Duchet (RCF Saint-Étienne), avec interviews, reportages et témoignages de jeunes
•  17h : "Bâle, ville sans frontières", une table-ronde présentée par Maud de Bourqueney (Dialogue RCF Marseille) et Pierre Mousset (RCF en Berry)

 

 

Vendredi 29 décembre

• 8h10 : le Grand invité de la Matinale RCF est présenté en direct de Bâle
• 12h30 : magazine spécial en direct de Bâle présenté par Victorien Duchet (RCF Saint-Étienne), avec interviews, reportages et témoignages de jeunes
• 13h30 : l'émission "Chrétiens à la une" est présentée en direct de Bâle, avec des témoignages de jeunes participants
• 17h : "40 ans de rencontres européennes des jeunes", table-ronde présentée par Maud de Bourqueney (Dialogue RCF Marseille) et Anne Kerléo (RCF)
 

 

Samedi 30 décembre

• 7h15-7h30 : séquence spéciale en direct de Bâle dans la Matinale
• 17h : "Heureux les pauvres ! Quand les plus vulnérables enseignent la joie", table-ronde présentée par Pierre Mousset et Anne Kerléo

 

Dimanche Le 31 décembre

• 8h30-8h45 : séquence spéciale depuis Bâle dans la Matinale

• 21h-00h30 : Grande soirée spéciale en direct de Bâle ! Au programme, des reportages, interviews, échanges, partages de vœux, rêves et souhaits pour l’année nouvelle. Et à 23 heures la retransmission de la Prière pour la paix depuis la paroisse réformée Leonhardkirche de Bâle. De 23h à minuit, dans toutes les églises de Bâle et des environs, les jeunes ont vécu ce temps de prière pour la paix, suivi d'une "fête des peuples".

LUNDI 1ER JANVIER

• 8h30-8h45 : le Grand invité, avec Youssef, jeune copte orthodoxe, permanent à Taizé, à l'occasion de la Journée mondiale de la Paix, par Maud de Bourqueney

MARDI 2 JANVIER

• 7h14 : l'Actualité chrétienne : De retour de Bâle, les Français veulent prolonger l'esprit de Taizé, par Pierre Mousset
 


 

> Suivre la communauté de Taizé sur Facebook
> Voir le site internet de la communauté de Taizé

 

De retour de Bâle, les Français veulent prolonger l'esprit de Taizé

De retour de Bâle, les Français veulent prolonger l'esprit de Taizé

Bâle 2018, c'est fini. Mais frère Alois a exhorté les jeunes à continuer "le pèlerinage de confiance" de retour chez eux. Message reçu cinq sur cinq par la délégation française.

Prolonger l'esprit de Taizé

Comment prolonger l'esprit de Taizé de retour dans sa paroisse ? C'est la question posée par les frères de la communauté aux jeunes Européens à chaque fin de rassemblement. Dimanche 31 décembre dernier, les 20 000 participants des Rencontres Européennes de Taizé, organisées cette année à Bâle, se sont réunis, pays par pays, pour y réfléchir. Les 1 100 participants de la délégation française se sont donné rendez-vous à la Predigerkirshe. Au programme,19 ateliers. On y parle de foot, de violon ou encore d'entrepreneuriat social.

Le point commun de ces thèmes très variés : une action concrète à mener en France. Nicolas, originaire de Strasbourg, est intéressé par exemple par le soutien aux migrants. "Mon aumônerie de Strasbourg est très impliquée dans ce domaine. Je pourrais y aller plus souvent pour prolonger la dynamique de Taizé", explique-t-il.
 

"Avoir un coeur pour aimer et des mains pour servir"

Matthieu, du diocèse de Seine-Saint-Denis mise lui sur des gourmandises pour partager son expérience. "Je vais ramener une boîte de gâteaux, ça sera marqué Bâle dessus, et comme ça je pourrais expliquer ce que j'ai fait là-bas" lance-t-il.

En début de réunion, Mgr Laurent Percerou, évêque de Moulins, et président du Conseil de la pastorale des enfants et des jeunes à la Conférence des évêques a souhaité une bonne année 2018 aux jeunes réunis dans cette église. Avec ses mots de Mère Teresa : "avoir un cœur pour aimer et des mains pour servir".

Taizé: retour sur 40 ans de rencontres européennes de jeunes

Taizé: retour sur 40 ans de rencontres européennes de jeunes

En 1978, à Paris, la communauté de Taizé organisait la première rencontre européenne des jeunes. Depuis, chaque année, une rencontre a eu lieu dans une ville européenne.

Cela fait quarante ans que la communauté de Taizé organise les Rencontres Européennes. Cinq jours de prière, de partage et de rencontre jusqu'au Nouvel An. Cette année, des milliers de jeunes, qui seraient près de 20 000, se sont donné rendez-vous à Bâle, en Suisse. Ils sont tous logés chez l’habitant.

Sur le principe, après Paris, Bruxelles, Varsovie ou encore Riga, rien n’a changé ou presque. Retour dans cette émission spéciale, sur l’histoire et l’héritage de ces Rencontres Européennes de Taizé. En 1978, lors de la première rencontre à Paris, la communauté de Taizé ne pensera pas que quarante autres événements du même genre suivraient.

On doit ces Rencontres Européennes à Frère Roger, le prédécesseur de Frère Alois. Beaucoup de jeunes venaient à l’époque à Taizé. La communauté avait organisé à l’époque un concile des jeunes, mais pour ne pas donner l’impression de créer un mouvement, Taizé a vite voulu organiser des rassemblements de jeunes en-dehors de la communauté.

D’où l’intuition de Frère Roger, pour organiser une rencontre à Paris tout d’abord, puis dans d’autres villes européennes. C’est ainsi que sont nées les Rencontres Européennes de Taizé.

Rencontre européenne de Taizé: "il y a un avant et un après"

Rencontre européenne de Taizé: "il y a un avant et un après"

A 23 ans, Emmanuel Viala participe à l'organisation des Rencontres Européennes de Taizé. Présent à Bâle depuis septembre, il a été chargé de trouver des familles d’accueil en France.

"Les Rencontres Européennes, un moment incontournable"

Après plus de trois mois de préparation, on y est enfin. Un vrai soulagement pour Emmanuel Viala. "Les gens sont assez heureux, les jeunes sont dans les familles, les paroisses. Il y a un peu de fatigue car la première journée a été un peu longue, mais c’est normal pour une rencontre de cette envergure" explique-t-il.

Jeudi soir, avait lieu la première grande prière organisée à Bâle, avec tous les jeunes présents sur place. Un moment important pour Emmanuel. "Voir autant de jeunes qui prient dans un hall, complètement plein, cela bouleverse" ajoute-t-il. Pour ce jeune très engagé à Taizé, les Rencontres Européennes sont désormais un moment incontournable. "J’avais déjà participé aux rencontres de Valence. Et l’accueil, le lien avec les familles qui nous hébergent m’avaient bouleversé" lance-t-il.
 

L'importance de la rencontre

Ce dernier met également l’importance de la différence et de la rencontre. De nombreuses nationalités sont présentes à chaque session des Rencontres Européennes. Il y a des temps de dialogue, de partage, autour d’un texte biblique par exemple ou bien sur un sujet d’actualité. Chacun peut exprimer son point de vue, la manière dont il perçoit et vit les choses. Une richesse importante pour Emmanuel Viala.

Il est permanent à la communauté depuis janvier dernier. "C'est quelqu'un qui reste plus lontemps et qui peut avoir des responsabilités pour aider tous les jeunes qui s'y rendent. Taizé n'a aucun employé. Les frères vivent de leur propre travail. Ils ont aussi besoin d'aide" explique Emmanuel Viala. Il s'arrêtera après les Rencontres Européennes de Bâle, après s'être engagé durant un an pour la communauté de Taizé.
 

Frère Alois (Taizé): "Que la joie de Dieu touche le cœur de chacun"

Frère Alois (Taizé): "Que la joie de Dieu touche le cœur de chacun"

La 40ème rencontre européenne de Taizé débute jeudi 28 décembre à Bâle. Des milliers de jeunes chrétiens se réunissent pendant cinq jours, pour des instants de partage jusqu'au nouvel an.

La communauté de Taizé a choisi une ville haute en symboles pour accueillir la 40ème édition des rencontres européennes. Du 28 décembre 2017 au 1er janvier 2018, près de 15 000 jeunes sont attendus à Bâle, ville suisse germanophone, à la frontière de la France et de l’Allemagne. 
 

Une expérience d'universalité de l'Eglise

Frère Alois, le prieur de la communauté, salue la participation des paroisses, protestantes comme catholiques, et de leurs familles qui accueillent les jeunes à Bâle, mais aussi dans les communes françaises et allemandes voisines. "Beaucoup de jeunes vont découvrir qu’il y a des régions transfrontalières qui se sont constituées et que nous ne pouvons pas revenir en arrière de toutes ces choses qui font l’Europe" explique-t-il notamment. Il salue également l’unité des chrétiens : "les jeunes cherchent une expérience d’universalité de l’Eglise, où l’Eglise est un lieu de réconciliation qui unit des gens de différents pays, mentalités ou régions".
 

"Une joie qui ne s'épuise jamais"

Engagé à vie depuis 1978, Frère Alois est devenu prieur de la communauté de Taizé en 2005, quand frère Roger a été assassinée par une femme déséquilibrée. Comme son prédécesseur, il s’attache tout particulièrement aux plus démunis. A l’occasion de la rencontre européenne de Bâle, il a écrit un texte sur la joie. "Pas une joie qui fait fuir les difficultés, mais au contraire une joie qui nous ouvre les yeux et nous donne le courage de les affronter" confesse-t-il.

Pour cela, il encourage à regarder en face la réalité de la souffrance, qu’elle soit proche de nous : les malades, les personnes âgées, les réfugiés, ou loin de nous, en Afrique par exemple. Il invite aussi à s’inspirer des plus fragiles pour trouver la joie. Il prend l’exemple de femmes victimes de violences en Soudan du Sud.

Elles arrivent dans les camps de réfugiés avec leurs enfants mais aussi ceux qu’elles ont trouvé sur le chemin. "Elles n’ont déjà pas assez pour leurs propres enfants" racontre Frère Alois "mais tout naturellement, spontanément, elles les prennent en charge, c’est extraordinaire, et ça donne du courage et une joie de vivre !" Aux jeunes présents à Bâle cette semaine, de s'inspirer de ce genre d'exemples, et de démontrer à leur tour, leur véritable soif de vie.

Mgr Luc Ravel: "à Bâle, nous formons une mini-Europe"

Mgr Luc Ravel, archevêque de Strasbourg, était présent jeudi 28 décembre pour la première prière du soir des Rencontres Européennes de Taizé.

Rencontre avec l'archevêque de Strasbourg, Monseigneur Luc Ravel. Il était présent à la première prière du soir en compagnie des 15 000 jeunes venus assister aux Rencontres Européennes de Taizé, à Bâle, en Suisse. Son diocèse avait accueilli les Rencontres Européennes de Taizé en 2013.

"Bâle est un endroit tout à fait particulier car il est aux confins de trois pays. Il y a un aéroport tri-national. Ces Rencontres Européennes sont vraiment des pèlerinages européens. Je suis très heureux qu’une partie de ces jeunes soit accueillie dans le Haut-Rhin, dans ce diocèse de l’Alsace" explique Mgr Luc Ravel.

L’archevêque de Strasbourg met également en avant les liens étroits qu’entretiennent les trois diocèses, à cheval sur ces Rencontres Européennes. "Le diocèse de Strasbourg, le diocèse de Bâle qui regroupe plusieurs cantons, et le diocèse de Fribourg en Allemagne se réunissent deux fois par an. C’est une mini-Europe qui est en train de se faire" ajoute Mgr Ravel.

"Pour les familles du sud de l’Alsace, ouvrir ses portes à des jeunes étrangers, est une chance pour la jeunesse de l’Alsace. Et à l’approche du synode des jeunes, j’ai fait de la jeunesse ma priorité pour le diocèse de Strasbourg. Il faut multiplier ces rencontres. C’est la rencontre qui produit l’étincelle dans un cœur" précise-t-il.

 

Bâle: des volontaires organisés pour accueillir les pèlerins

Bâle: des volontaires organisés pour accueillir les pèlerins

Jeudi 28 décembre dernier, dès l'aube, des milliers de jeunes ont afflué vers Bâle. Les Français se sont arrêtés juste avant la frontière suisse, dans la ville de Saint-Louis.

Comment accueillir 15 000 jeunes venus de l'Europe entière dans de bonnes conditions ? La réponse est simple: une bonne dose de préparation, un grand bol de motivation, et quelques volontaires. Ces derniers sont arrivés quelques jours avant les pèlerins venus assister aux Rencontres Européennes de Taizé, à Bâle, en Suisse.

Une arrivée précoce qui leur a permis d'être sur le pied de guerre, jeudi dernier, pour accueillir les premiers jeunes. Illustration à Sainbt-Louis, une ville française, frontalière de la Suisse, et située à seulement trois kilomètres de Bâle. Dans cette ville ont été accueillis de nombreux jeunes français. Certains ont fait le déplacement depuis Troyes.

Depuis sept heures du matin, jeudi, le lycée Jean Mermoz de Saint-Louis a vu passer un véritable défilé de bus. L’un des derniers est venu de Troyes. Un ballet auquel ont pris part les volontaires de ces Rencontres Européennes de Taizé, afin d’accueillir et d’aiguiller les pèlerins, venus avec des envies bien précises.

► Reportage de Pierre Mousset:

 

Bâle, un pèlerinage de confiance

Bâle, un pèlerinage de confiance

A la St Jakobshalle, une quinzaine de volontaires suisses et français, pilotés par Frère Francis, ont défini le terme de "confiance".

"Chaque année c’est un défi pour nous de préparer ces rencontres. Ce sont souvent des gens qui connaissent Taizé mais d’autres ne connaissent pas du tout. Pour eux, c’est un premier pas de confiance qu’ils font. Aujourd’hui, c’est très important de créer des endroits où l’on peut faire l’expérience de la confiance vécue. C’est quelque chose qui doit être enraciné dans notre vie. Ce n’est pas un concept, mais cela commence très concrètement dans notre vie" explique Frère Francis, de la communauté de Taizé.

Bâle, ville transfrontalière, au carrefour de trois pays, était sans doute l’un des lieux les plus indiqués pour faire l’expérience de la confiance envers l’étranger. "On sent bien aujourd’hui que dans les villes transfrontalières, il y a souvent des tensions" ajoute Frère Francis.

"La confiance, c'est la foi !" "La confiance, c'est se délaisser !" Chacun des volontaires a sa propre définition de la confiance. Bâle, carrefour de trois pays, est le symbole même de la ville transfrontalière. L'acceptation de l'autre, la volonté de partager sa joie, est le premier pas vers la confiance.

Sylvain, Yolaine, Séverine, Killian, Nina, Anne-Laure, ont joué le jeu et répondu à la question : la confiance, pour vous, c'est quoi ? Entre élément inhérent aux rencontres européennes de Taizé et partie indissociable de la foi chrétienne, chacun a une vision particulière, et complémentaire, de la confiance.

Une promenade dans Bâle, "un petit bijou sans faire de bruit"

Une promenade dans Bâle, "un petit bijou sans faire de bruit"

Bâle, ville transfrontalière par excellence, cache également un potentiel culturel et écologique que nous dévoile notre guide.

Véronika Henschel est une amoureuse de Bâle. Après des années à l'université de sociologie, elle a décidé de retourner vivre dans cette ville à la frontière entre la Suisse, l'Allemagne, et la Suisse. Pourquoi ? Parce que " Bâle a du style ! " Pierre Mousset a suivi la jeune femme dans le coeur historique de cité suisse. 

Cette guide met notamment en avant le côté social de la ville de Bâle. Elle cite pour exemple l’église Sainte Elisabeth, transformée en "un endroit où tout le monde peut se rencontrer, où on a des projets avec des migrants".

Véronika évoque également le nombre important de trams qui parcourent la ville, et la qualité des transports publics. Mais on peut aussi s’y déplacer autrement. "Je prends souvent le vélo, car c’est une ville très verte. Les pistes cyclables sont très bien construites" ajoute Véronika.

En ce moment, à Bâle, on croise de nombreux jeunes, mais cette ville est surtout reconnue pour le nombre de banques. En Suisse, cela ne s’invente pas. "C’est pour cette raison que Bâle est une ville riche. Il y a aussi des gens moins riches. On trouve des étudiants, des migrants, des SDF ou des parents seuls. Eux, habitent de l’autre côté du Rhin, là où l’on retrouve la vie culturelle de Bâle" précise-t-elle.


 

Bâle, ville sans frontières

Bâle, ville sans frontières

Les jeunes de la 40ème rencontre européenne de Taizé sont accueillis dans une ville au carrefour de trois pays. Europe, oecuménisme, ouverture, que produit cette réalité transfrontalière ?

La ville d’accueil de la 40ème rencontre européenne de Taizé est atypique. Bâle possède plus de 175 000 habitants, 40 musées,  300 fontaines d’eau potable, un carnaval inscrit au Patrimoine Mondial de l’Unesco, mais elle est surtout située au carrefour de la Suisse, de la France et de l’Allemagne. Cette ville suisse germanophone est le centre névralgique d’une région transfrontalière. Son histoire religieuse est aussi multiple, avec aujourd'hui des communautés catholiques et protestantes qui cohabitent. RCF s'intéresse à cette ville particulière, véritable symbole de l'universalité et de la fraternité prêchées par la communauté de Taizé. 

Taizé: revivez l'arrivée des premiers jeunes à Bâle

Taizé: revivez l'arrivée des premiers jeunes à Bâle

A Bâle, en Suisse, la 40ème rencontre européenne des jeunes se prépare. En tout, ce sont pas moins de 15.000 jeunes qui sont attendus dans la ville suisse.

Mardi 26 décembre dernier, pas moins d'un millier de jeunes volontaires sont arrivés à Bâle pour préparer l’accueil des 15 000 autres participants de cette rencontre, organisée comme chaque fin d’année par la communauté de Taizé. Certains vont prêter main forte dans les paroisses qui se préparent à accueillir les jeunes pèlerins à Bâle et dans la région, en Suisse, mais aussi en France du côté de Mulhouse et en Allemagne.

D’autres vont aider à gérer les transports ou la restauration des pèlerins. D’autres enfin se sont mobilisés pour constituer la chroale qui animera les temps de prière si particuliers de la communauté de Taizé. C’est à la halle Saint Jacques, que les jeunes volontaires ont convergé à leur arrivée.

Ils ont été accueillis par les frères de Taizé et les sœurs de Saint André qui les aident dans leur mission et les jeunes qui sont présents sur place depuis le mois de septembre. "Notre travail est d’accueillir les bénévoles qui arrivent" explique l’une des sœurs de Saint André. Sur place, une salle entière a été dédiée à l’accueil des volontaires ukrainiens et biélorusses. Avec les Polonais, les Ukrainiens sont les volontaires les plus nombreux.

Anne Kerléo était à l’arrivée. Reportage.

Frère Jean-Daniel, "visage" de Taizé pour les Ukrainiens

Frère Jean-Daniel, "visage" de Taizé pour les Ukrainiens

Pour créer un vrai lien avec les jeunes, des frères de Taizé sont en relation privilégiée avec les différents pays. Frère Jean-Daniel est en contact avec les Ukrainiens et les Biélorusses.

Des milliers de jeunes séjournent chaque année à Taizé et lors des rencontres européennes, ils sont aussi plusieurs milliers réunis autour des frères. Pas moins de 16 000 jeunes sont ainsi attendus à Bâle, cette année.

Pour que les jeunes puissent avoir un vrai lien avec la communauté, certains frères ont pour mission d'accueillir particulièrement les jeunes de tel ou tel pays. Pour frère Jean-Daniel, originaire de Slovaquie, c'est l'Ukraine et la Biélorussie. Mardi 26 décembre dernier, à Bâle, il accueillait les volontaires ukrainiens.

►Frère Jean-Daniel, de Taizé, au micro d'Anne Kerléo:

Bâle et sa région prêtes pour la 40ème rencontre européenne des jeunes de Taizé

Bâle et sa région prêtes pour la 40ème rencontre européenne des jeunes de Taizé

Depuis septembre, frère Richard de Taizé est à Bâle avec une équipe pour préparer la rencontre. Il est frappé par la manière dont cette petite ville se mobilise pour accueillir les jeunes.

Bâle et sa région se préparent à accueillir à partir du jeudi 28 décembre, la 40ème rencontre européenne des jeunes organisée par la communauté de Taizé. Mardi 26 décembre dernier, plus de mille volontaires, venus de toute l’Europe, ont rejoint la petite ville suisse.

Jeudi, ce sont 15 000 autres jeunes qui arriveront, accueillis en Suisse mais également en France et en Allemagne, puisque le district de Bâle est un district tri-national. Tous ces jeunes pèlerins seront logés chez l’habitant. Cet accueil, c'est le fruit d'une longue préparation faite de nombreuses rencontres depuis septembre.

Une petite équipe composée de trois frères de Taizé, deux soeurs de Saint-André (une communauté religieuse qui collabore à la mission de la communauté de Taizé) et de quelques jeunes volontaires est à Bâle depuis le mois de septembre dernier, dans le but de préparer cet accueil. L'équipe est notamment allée à la rencontre des paroisses un peu partout dans la région, mais aussi en Allemagne et en France. Interrogé par Anne Kerléo, Frère Richard, responsable de cette équipe, témoigne de tout ce travail. 
 

►Frère Richard, de la communauté de Taizé:

 

Johanneskirche, une des nombreuses paroisses d'accueil de Bâle

Johanneskirche, une des nombreuses paroisses d'accueil de Bâle

Johanneskirche, à l’Ouest de Bâle. Visite de l'une des paroisses d’accueil à destination de 190 jeunes, avec Fabienne Eugster, responsable de l'église réformée de Johannes.

A Johanneskirche, à l'Ouest de Bâle, des Italiens, des Espagnols et des Polonais, vont rythmer leurs temps de prières et leurs ateliers dans la paroisse de la ville. A l'intérieur, tout s'active ! Fabienne Eugster, responsable à l'accueil des jeunes, nous présente les derniers préparatifs quelques heures avant la grande arrivée.

Les programmes sont bien rangés à leur place, les gâteaux réalisés par les volontaires délivrent leur odeur à l'ouverture de la boîte, et même l'horloge en forme de croix spécialement faite pour l'occasion est à son zénith ! Les jeunes sont attendus, il ne manque plus qu'eux pour apporter un peu de réconfort à la responsable de la paroisse, qui assiste, impuissante, à la quasi absence des fidèles dans les paroisses. Elle espère un déclic, un électro choc, suite à ces 40èmes Rencontres Européennes de Taizé. 

40ème Rencontre européenne de Taizé: Magazine spécial en Direct de Bâle

40ème Rencontre européenne de Taizé: Magazine spécial en Direct de Bâle

C'est la journée des Ateliers ou "Workshops" ! Les 20 000 jeunes étaient invités cet après-midi, à choisir leur temps de réflexion qui leur convenait. Toutes nationalités confondues !

Avec Jean-Baptiste Bohuon, animateur du workshop "Comment avancer concrètement vers un style de vie plus respectueux de l'environnement ?", nous vous proposons de repartir pour un voyage dans le chef lieu du canton. Retour sur l'accueil en paroisse, et l'accueil en famille. Après la prière et la méditation de Frère Alois, les ateliers, explications avec Frère Benoit, et notre invité fil rouge. 25 minutes de sourires, de bonne humeur, RCF vous fait découvrir un autre angle des 40èmes Rencontres Européennes de Taizé.    

40ème rencontre européenne de Taizé: Magazine spécial en direct de Bâle

40ème rencontre européenne de Taizé: Magazine spécial en direct de Bâle

Ça y est, ils sont arrivés ! Les 15 000 jeunes ont débarqué sur les terres suisses, revivez l'accueil des familles et des paroisses dans les conditions du direct !

Avec Johanna, invitée fil rouge et responsable de l'accueil des jeunes dans les 3 paroisses de Bâle Ouest à Johannes, St Peters, et Stephanus, tour d'horizon de la ville d'accueil de Bâle. Ses paroisses et familles d'accueil, sa localisation au carrefour de 3 pays, son ouverture multi culturelle et multi confessionnelle, c'est la destination rêvée pour la communauté de Taizé. Avec Maud de Bourqueney, et Pierre Mousset, nos deux journalistes de terrain, rencontre avec les jeunes arrivants, et familles d'accueil. 

 

Sur le même thème :

Les dossiers RCF