Suivez la visite du pape à Genève

Jeudi 21 juin, le pape François sera à Genève, pour célébrer le 70è anniversaire du Conseil œcuménique des Églises (COE). Les rédactions de RCF se mobilisent pour vous faire vivre l'événement.

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) est une ONG fondée en 1948, qui rassemblent des Églises et des communautés d'Églises chrétiennes. Le COE, qui a pour objectif l'unité des chrétiens, représente plus de 500 millions de fidèles. C'est la plus vaste organisation chrétienne au monde.

Si l'Église catholique n'appartient pas au COE, principalement pour des raisons théologiques, le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens insiste sur la reconnaissance du mouvement par le Vatican. C'est la troisième fois qu'un pape se rend au COE, après Paul VI en 1969 et  Jean Paul II en 1984. Le voyage aura pour devise : "Marcher, prier et travailler ensemble". 
 

Les temps forts de la journée

Le pape prononcera deux discours au COE, un le matin, l'autre l'après-midi et la journée s'achèvera par une messe célébrée pour les catholiques suisses, au cours de laquelle le pape s'exprimera pour la troisième fois de la journée, lors de l'homélie. 

Plus de 40.000 personnes pourront assister à la messe célébrée par le pape François à 17h30, à Palexpo, le Palais des expositions et des congrès de Genève. L'avion du pape devrait décoller vers 20h de Genève.
 

Programmation spéciale sur RCF

La rédaction nationale de RCF, avec les rédactions des radios RCF de la région Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent pour vous faire vivre l'événement.

 

Jeudi 21 juin
 
• 11H- 12H30 : DIRECT ► Retransmission sur www.rcf.fr et en double-diffusion (sur le satellite national) de la prière œcuménique et du premier discours du pape au COE (commentaire assuré par Radio Vatican, magazine avant et après assuré par Pauline de Torsiac et Etienne Pépin). Les radios de la région AURA diffusent en FM, les autres radios peuvent faire de même si elles le souhaitent.
• 15H30 : DIRECT ► Émission spéciale et second discours du pape
• 17H30 : DIRECT VIDÉO ► La messe à suivre sur le site de RCF

 

À NOTER : Jeudi 21 et vendredi 22 juin, la visite du pape au COE sera expliquée et commentée dans les journaux de La Matinale RCF et dans le magazine Décryptage.

 

Les enjeux de la visite du pape François au COE de Genève

A l'occasion de ses 70 ans, le pape François se rend jeudi 21 juin à Genève au siège du Conseil œcuménique des Eglises.

Avant lui, Paul VI, en 1969, et Jean-Paul II, en 1984, avaient entrepris cette démarche. Justement, "Marcher, prier et travailler ensemble », c'est le leitmotiv de cette journée. Le COE représente aujourd'hui 300 Eglises dans le monde, orthodoxes et protestantes essentiellement. L'Eglise catholique n'y occupe qu'un poste d’observateur.
 

Les trois axes de travail du COE

Le premier grand axe de travail portera sur les discussions théologiques. Sans nier leur différence, toutes les Eglises membres du Conseil s’accordent sur de grands principes. Pour le pasteur Martin Robra, en charge des relations avec l’Eglise catholique romaine, "la base théorique, c’est la base trinitaire, pour la gloire de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit".

Le second domaine de la collaboration de ces Eglises, c’est la formation. Le Conseil est à la tête de l’Institut œcuménique de Bosset, un site universitaire où les étudiants se retrouvent chaque année pour étudier et vivre l’unité des chrétiens, un thème cher à l’Eglise catholique depuis plusieurs années.

La troisième fonction du COE porte sur le témoignage public et le service. Le Conseil œcuménique permet aux Eglises d’évangéliser et de mener des missions ensemble. Et surtout, via le  Conseil, les Eglises cofinancent des grands programmes de développement : droits de l’homme, lutte contre les pandémies comme le sida, aide envers les migrants et les réfugiés. Pour Yorgo Lemopoulos, coordinateur du 70ème anniversaire, "il n’y a pas partout de bureau d’état civil mais partout, il y a une paroisse qui peut agir. Il n’y a pas partout autour du monde de bureau de l’Unicef, mais partout il y a une petite paroisse".
 

L'Eglise catholique de plus en plus impliquée au COE

A noter que l’Eglise catholique n’est pas membre du Conseil œcuménique des Eglises mais elle participe à toutes ses commissions, et à tous ses travaux y compris théologiques. Récemment, la collaboration s’est accentuée sur la paix, les changements climatiques ou les réfugiés. Des sujets au cœur du message du pape François depuis le début de son pontificat.

Le secrétaire général du COE estime que la venue de François est une étape historique dans la recherche de l’unité des chrétiens et de la coopération entre les Églises pour un monde de paix et de justice. Pour Mgr Didier Berthet, évêque de St Dié, dans les Vosges, en charge de l'unité des chrétiens au sein de l'épiscopat français, le pape François va tenter de redonner du souffle à l'oecuménisme.
 

Une invitation à l'espérance pour Mgr Berthet

"Je pense que ce discours doit nous provoquer et nous inviter à l’espérance. C’est-à-dire que dans bien des domaines, on sent que l’œcuménisme, la recherche dans l’unité des chrétiens, est une très belle aventure, entre dans une phase où l’on a besoin d’un nouveau souffle. Après Vatican II, on sent que dès lors que l’on a établi une vraie fraternité, le dialogue rencontre des choses plus résistances pour avancer vers l’unité. L’œcuménisme se propose toujours à frais nouveaux dans un contexte sans cesse en renouvellement. Et c’est dans l’habitude du pape François de nous inviter à une joyeuse espérance" analyse notamment Mgr Berthet.
 

Mgr Didier Berthet, en charge de l'unité des chrétiens à la CEF, au micro de Christian Vadon:

00:00

00:00

Arrivé à 10h30 à Genève, le pape François et les responsables des autres églises prieront et échangeront ensemble. François prononcera un discours, avant de célébrer une messe au Palais des Congrès à 17h30. Une visite à vivre et à suivre sur RCF avec une programmation spéciale.

Voyage du Pape à Genève 15h30

EMISSION SPECIALE

Le pape François est arrivé à Genève jeudi 21 juin pour participer à la célébration du 70ème anniversaire du Conseil œcuménique des Églises.

Prier ensemble, avant de discuter entre chrétiens

Le pape François se rend donc à Genève pour célébrer cet anniversaire aux côtés du Conseil œcuménique des Églises, les "Nations-Unies chrétiennes". Un grand moment pour le COE, qui depuis sa création vise à promouvoir le dialogue et l’unité entre les différentes Églises chrétiennes du monde entier, 348 au total.

L’arrivée du pape François au COE a débuté tout d’abord par une prière dans la chapelle du COE. Cette chapelle, c’est le cœur du COE. Au sol de cette chapelle, une mosaïque représentant des vagues, de l’eau. Le symbole du baptême de tous les chrétiens, en Christ. Plus qu’une prière, il s’agit en fait d’une célébration.

Un temps rythmé par des chants, par différentes prières, par une lecture principale, un texte tiré de la lettre de St Paul aux Galates. Ensuite, bien sûr, a suivi l’homélie du Saint Père. Une homélie évidemment orientée vers l’Unité des Chrétiens. Il est important de remarquer que le pape François voulait prier avant de discuter, et de travailler avec le COE. Un symbole très fort et qui tenait à cœur pour le souverain pontife.
 

Ne pas perdre de vue "ses compagnons de voyage"

Dans cette homélie, le pape François a notamment appelé les chrétiens d’aujourd’hui à faire comme Saint Paul, qui exhortait en son temps les peuples qui s’affrontaient à marcher "sous la conduite de l’Esprit Saint". "Marcher est une discipline, un effort, il faut de la patience quotidienne et un entraînement constant" a notamment indiqué le pape François, une allusion au fait que l’unité des chrétiens n’a pas toujours été facile. "Marcher demande l’humilité de retourner sur ses propres pas et le souci des compagnons de voyage, car ce n’est qu’ensemble qu’on marche bien" a également déclaré le Saint Père, invitant ainsi les différentes Églises chrétiennes à prendre soin les unes des autres.

Le pape François a également invité les chrétiens à ne pas se laisser distraire, et à ne pas perdre de vue leurs frères. "Vorace des choses, l’homme perd de vue ses compagnons de voyage ; alors sur les routes du monde règne une grande indifférence. Poussé par ses propres instincts, il devient esclave d’un consumérisme effréné : alors la voix de Dieu est étouffée, alors les autres […] deviennent des déchets dérangeants" a ainsi expliqué le souverain pontife. Des mots très forts, prononcés dans la chapelle du COE.
 

Se débarasser de toute "mentalité mondaine"

Alors que beaucoup attendaient de cette visite du pape François un nouveau souffle pour l’œcuménisme et l’unité des chrétiens, le Saint Père a expliqué qu’au cours de l’histoire, "les divisions entre chrétiens sont souvent advenues parce qu’à la racine, dans la vie des communautés, s’est infiltrée une mentalité mondaine". Renouant avec ses premières déclarations, au lendemain de son élection, le pape François a ainsi expliqué que pour pratiquer réellement l’unité, les chrétiens doivent abandonner tout sentiment de mondanité.

Marcher ensemble, oui, mais mus par de bonnes intentions. Pour le pape François, il existe une autre tentation importante : celle de marcher en vue de servir ses propres intérêts. "Être ensemble avec les autres, marcher ensemble, mais avec l’intention de satisfaire quelque intérêt partisan. Ce n’est pas la logique de l’Apôtre, c’est celle de Judas, qui marchait avec Jésus mais pour ses propres affaires" a notamment précisé le pape.

"Marcher ensemble, prier ensemble, travailler ensemble : voilà notre route principale ! Cette route a un but précis : l’unité. Le chemin opposé, celui de la division, conduit à des guerres et à des destructions. Le Seigneur nous demande d’emprunter continuellement la voie de la communion, qui conduit à la paix" a finalement conclu le pape François.
 

Pour retrouver l'intégralité de l'homélie du pape François, cliquez ici

A Genève, le pape François a appelé les Eglises à un nouvel élan missionnaire

EMISSION SPECIALE

Le pape François s'est rendu à Genève jeudi 21 juin pour participer à la célébration du 70ème anniversaire du Conseil œcuménique des Églises (COE).

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) est une ONG fondée en 1948, qui rassemblent des Églises et des communautés d'Églises chrétiennes du monde entier, 348 au total. Ce COE, parfois appelé "Nations-Unies chrétiennes" a pour objectif de favoriser l'unité des chrétiens. Il s'agit de la plus grande organisation chrétienne au monde.

L'Église catholique n'appartient pas au COE, principalement pour des raisons théologiques. Pourtant, le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens insiste sur la reconnaissance de ce mouvement par le Vatican. Avec le pape François, c'était la troisième fois qu'un pape se rendait au COE, après Paul VI en 1969 et  Jean Paul II en 1984. 

Lors de sa visite au COE, le pape a prononcé deux discours. Un le matin, l'autre l'après-midi. La journée s'est achevée par une messe célébrée pour les catholiques suisses, au cours de laquelle le pape s'est exprimé pour la troisième fois de la journée. Plus de 40.000 personnes étaient présentes au Palexpo, le palais des expositions de Genève, pour assister à cette Eucharistie.
 

L'inspiration des fondateurs du COE

Dans son dicours devant le COE, le pape François a tout d'abord salué les prédécesseurs des actuels membres du COE, en les montrant comme exemple, dans le travail actuel pour l'unité des chrétiens. "Si nous sommes ici, c'est grâce à ceux qui nous ont précédé. [...] Poussés par le désir pressant de Jésus, ils ne se sont pas laissés freiner par les noeuds embrouillés des controverses" a-t-il notamment déclaré.

Comme durant son homélie prononcée ce matin, au cours de la prière, le pape François a insisté sur l'importance du travail de l'Esprit-Saint dans l'oecuménisme. "Grâce à l'Esprit Saint, inspirateur et guide de l'oecuménisme, la direction a changé et une voie aussi nouvelle qu'ancienne a été tracée d'une façon indélébile : la voie de la communion réconciliée" a-t-il ajouté.
 

Vers Un renouveau missionnaire

Appelant les chrétiens à s'engager, en sortie, vers les périphéries, pour l'évangélisation, le pape François a expliqué qu'il est impossible d'évangéliser, si on est divisé. "Comment les chrétiens peuvent-ils évangéliser s'ils sont divisés entre eux ? Cette interrogation urgente oriente encore notre chemin" a précisé le Saint Père.

Et pourtant, outre un nouvel élan pour l'unité des chrétiens, le christianisme a besoin, pour le souverain pontife, d'un nouvel élan évangélisateur. "Ce dont nous avons véritablement besoin, c'est d'un nouvel élan évangélisateur. Nous sommes applés à être un peuple qui vit et qui partage la joie de l'Evangile" a expliqué le pape, avant d'ajouter: "je suis convaincu que, si le souffle missionnaire grandit, l'unité entre nous grandira aussi".
 

Un appel à marcher vers l'unité des chrétiens

"La grâce de Dieu, plus que de se découper en mesure individuelle, se diffuse harmonieusement entre les croyants qui s'aiment" a également précisé le souverain pontife, avant d'insister sur l'importance de la prière dans l'oecuménisme. "Quand nous disons "notre Père", résonne en nous notre filiation. La prière est l'oxygène de l'oecuménisme".

Evoquant également la situation des chrétiens d'Orient, le pape François a également indiqué que "notre chemin oecuménique est précédé et accompagné par un oecuménisme déjà réalisé, l'oecuménisme du sang" avant de conclure en appelant toutes les Eglises à faire cet effort missionnaire. "Aidons-nous à marcher, prier et travailler ensemble pour que, avec l'aide de Dieu, l'unité progresse et que le monde croie".
 

Sur le même thème :

Les dossiers RCF