"Amoris Lætitia", l'Eglise rejoint les familles

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

lundi 11 avril 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© M.MIGLIORATOCPPCIRIC - Février 2015, le pape pose avec des jeunes mariés (Rome)

Avec "Amoris Lætitia", le pape François plaide pour une Église non pas dogmatique et intrusive mais accueillante. Émission exceptionnelle par Stéphanie Gallet.

En 250 pages, neuf chapitres et 325 paragraphes, le pape François partage son regard sur les familles dans son exhortation apostolique, "Amoris Lætitia". Depuis vendredi, beaucoup se sont enthousiasmés sur la beauté et la bienveillance des mots du pape. Monique Baujard salue "un texte superbe" - elle recommande à ceux qui veulent le lire de commencer par les paragraphes 90 à 119, où se trouve le commentaire de l'hymne à la charité écrit par saint Paul. Philippine de Saint-Pierre confie son "immense joie de voir comment à travers ce texte le pape réaffirme l'amour de l'Eglise pour les familles". Avec le pape François, l'Eglise se place en position d'accompagner, d'aider au discernement et surtout, en cette Année de la Miséricorde, de porter un regard de miséricorde sur les familles. Rien d'étonnant pour ceux qui suivent de près le pontificat de François. Pour Bernard Lecomte, en effet: "le pape est tel qu'on l'a connu dès le lendemain du conclave, on a compris que son axe principal est une Eglise qui accueille et pas une Eglise qui condamne". Le vaticaniste d'ajouter: "je suis assez fier de mon Eglise, quand un pape est capable en deux ans de publier deux textes aussi bien faits, aussi intelligents, aussi riches que Laudato si' et Amoris Lætitia".

"Ce texte est magnifique!" Bernard Lecomte

Ceux qui attendaient une révolution pour les divorcés-remariés et les couples homosexuels ou au sujet de la contraception seront déçus. Depuis l'ouverture de la première session du synode, on a vu les médias relayer de très fortes attentes - "exprimées de manière très mécanique", observe d'ailleurs Philippine de Saint-Pierre. Ce qui semble essentiel à comprendre sur ces points précis c'est que l'Eglise refuse donc de se placer comme émettrice d'une norme applicable à tous. "On est dans une démarche de proposition de chemin de bonheur", explique la directrice de KTO. En pasteur, le pape invite donc au discernement: ces questions devront être traitées au cas par cas, en lien avec le curé de paroisse. C'est aussi un "appel à l'intelligence, à la liberté de conscience de l'homme", que Bernard Lecomte oppose au "discours résolument binaire, dans lequel il faut être pour ou contre" proposé généralement des médias. Il s'agit là pour le p. Antoine Guggenheim non pas d'annoncer une loi mais de "révéler que la loi est une grâce", qui permet à tous de s'accomplir.

"Le pape a ce charisme-là de savoir ramener à l'essentiel: il ne parle pas tant des conditions extérieures que de ce qui se passe dans le coeur de l'homme."  Philippine de Saint-Pierre

Pas de rupture radicale, donc, mais l'on s'y attendait ; en revanche un véritable un changement de paradigme. Terminée, l'institution qui, du haut de son histoire et de ses dogmes, juge et condamne. On est entré dans l'ère du discernement et de la miséricorde où chacun, quoi qu'il ait fait, est accueilli et accompagné. "On avait l'habitude d'une Eglise qui juge de tout, qui donne des normes ; on a la chance d'avoir un pape pasteur, quelqu'un qui a le sens de la formule et de la parabole", confie Bernard Lecomte. Le texte qui s'adresse aux croyants du monde entier arrive par des formules extrêmement simples à rejoindre les réalités de chacun. Philippine de Saint-Pierre note qu'il parle "comme un bon curé de paroisse: n'allez pas vous coucher sans vous etre réconcilier, faites attention aux belles-mères qui peuvent être destructives si elles sont intrusives, etc.". La directrice de KTO salue un "charisme" du pape de "savoir ramener à l'essentiel: il ne parle pas tant des conditions extérieures que de ce qui se passe dans le coeur de l'homme".
 

En résumé, le pape commence par une méditation "très pure" de deux psaumes qui décrivent la joie de la famille "quand ça fonctionne", explique le père Antoine Guggenheim. Ensuite, il parle des défis de la famille, il rappelle ses difficultés. Le souverain pontife fait même une autocritique de la manière dont Eglise se réfère parfois à la vie du couple et des familles. Il rappelle combien est fondamentale la nécessité d'agir comme le Christ et d'aller vers les personnes non pas pour les réprimander. "Si l'Eglise ne contemple pas le Christ, elle n'est qu'une administration." Le pape propose aussi "une mystique de la Trinité", il montre comment l'intelligence de la Trinité permet de comprendre l'amour humain. Il parle de la finalité du mariage et aborde les questions de la fécondité, de l'altérité, de l'éducation des enfants, des fragilités humaines. Pour enfin proposer une spiritualité de la famille.

 

"Il ne s'agit pas de démontrer la cohérence de ce que dit l'Eglise, mais de donner envie de marcher dans le chemin de l'Evangile". Père Antoine Guggenheim

 

Dans une logique très ignacienne le pape récapitule donc la vision de l'Eglise, il donne la manière et de l'aborder et montre comment elle rejoint la vie des gens. Lors des deux sessions du Synode sur la famille, on avait vu s'exprimer des points de vue très opposés. Ce qui est très nouveau dans la méthodologie employée par le pape François c'est qu'il fait une synthèse "de tout", convient Bernard Lecomte, "et pas seulement de ce qui va dans le sens qu'il aurait souhaité... il faut reconnaître que c'est très moderne". Pour Philippine de Saint-Pierre, "le pape montre ainsi que l'Eglise n'a pas peur de laisser se confronter les points de vue" ni de les écouter. Le p. Antoine Guggenheim conclut sur un texte "construit selon l'idée de donner envie, il ne s'agit pas de démontrer la cohérence de ce que dit l'Eglise, mais de donner envie de marcher dans le chemin de l'Evangile".

 

Invités

  • Philippine de Saint-Pierre, directrice générale de la chaîne de télévision KTO - @pdesaintpierre

  • Bernard Lecomte, journaliste, historien, écrivain, spécialiste du Vatican - @BernardLecomte

  • P. Antoine Guggenheim, prêtre du diocèse de Paris, professeur de théologie, fondateur et ancien directeur du Pôle de recherche du Collège des Bernardins - @GuggenheimA

  • Monique Baujard, directrice de la Fondation Jean-Rodhain, ancienne directrice du service Famille et société à la Conférence des évêques de France

  • Guillaume Goubert, directeur du quotidien La Croix

  • Antoine Nouis, pasteur de l'Eglise réformée de France, conseiller théologique de l'hebdomadaire Réforme

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 09h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.