"Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger"

Présentée par

S'abonner à l'émission

Vitamine C, la suite

samedi 10 novembre à 9h15

Durée émission : 45 min

"Car j’avais faim, et vous m’avez donné à manger"

Des paroles d'Evangile que les acteurs du Secours Catholique de Haute-Savoie mettent en pratique, au nom de la foi. L'association a publié cette semaine son rapport annuel sur la pauvreté.

00:00

00:00

Les femmes et les jeunes particulièrement vulnérables, deux ménages sur trois en situation d’extrême pauvreté... Le rapport statistique annuel national du Secours Catholique n'étonne pas les salariés et bénévoles de Haute-savoie.
A une exception près : "En Haute-Savoie nous accueillons plus d'actifs qu'au niveau national : vingt-cingt pour cent des personnes qui viennent nous demander de l'aide ont un travail!" souligne Véronique Bazin, déléguée départementale de l'association. En cause : une vie particulièrement chère dans le département.

"Demander à toucher des prestations sociales, ce n'est pas un réflexe"

Des personnes accueillies qui touchent rarement les aides auxquelles elles ont droit. C'est ce que pointe du doigt l'association cette année, dans son rapport.
"En cas de coup dur, si l'on n'a pas de famille sur qui compter, on tape dans les bas de laine. Puis on regarde sur quelles dépenses on peut rogner. Demander à toucher des prestations sociales, ce n'est pas un réflexe." explique Yolande Baudin. A Sillingy, cette bénévole accompagne des personnes dans leurs démarches administratives. 
"Dans le département, la notion de travail est très importante. Il y a cette impression d'abuser en demandant une aide. De vivre sur le dos de la collectivité. Alors que c'est un droit. Et une aide pour rebondir" renchérit Véronique Bazin. Sans compter la complexité des démarches et la fracture numérique : sans ordinateur, il est de plus en plus compliqué de communiquer avec les administrations. 

remettre la personne debout, lui redonner confiance

De l'aide pour des démarches administratives, pour se nourrir... Des besoin très concrets incitent à pousser la porte du Secours Catholique. Mais l'idée de l'association, c'est de remettre la personne debout, de lui redonner confiance.
"Je n'étais pas fière. Tout le monde me tournait le dos, suite à une période d'alcoolisme. Au Secours Catholique, on m'a tendu la main. Petit à petit, j'ai repris pied. Dans ma vie, dans mes paperasses..." témoigne Josiane. Cette jeune retraitée a été accueillie il y a dix ans à Faverges. Aujourd'hui, elle est devenue bénévole. Pour tendre la main à son tour. 

"les personnes accueillies deviennent actrices"

Groupes de partage spirituel, atelier cuisine, café : si vous demandez une aide matérielle à l'association, on vous proposera à coup sûr de participer à des temps conviviaux.
"C'est un moyen de redonner confiance et dignité. Car dans ces groupes, les personnes accueillies deviennent actrices. Au même titre que les bénévoles" explique François Vaudin, chargé du recrutement des bénévoles. 
"Le Secours catholique a toujours été là quand j'ai eu besoin. C'est un refuge, une famille" témoigne Mimica. Cette maman congolaise d'Annecy a obtenu l'asile politique après de longues procédures. "Mais c'est réciproque ! Mimica nous a rendu service en témoignant au-près des élus sur son parcours" lance Véronique Bazin. CQFD. 
 

Les dernières émissions

L'émission

Tous les samedis à 9h15, le dimanche à 17h15

Après avoir passé en revue l'actualité chrétienne de la semaine dans Vitamine C, Vanessa Sansone ouvre le débat dans Vitamine C, la suite. Un temps pour s’informer, réfléchir, approfondir et échanger.

Le présentateur

Vanessa Sansone

Annécienne d'adoption depuis 2012. J'aime utiliser mes chaussures de randonnée et mon appareil à raclette. Je tente aussi de tenir sur des skis. Je couvre l'actualité du département. Et en particulier l'actualité des chrétiens qui se bougent !