[Carême] La sobriété, nouveau nom du jeûne ?

Ce mercredi 14 février commence le Carême, une période de 40 jours pendant laquelle les chrétiens se préparent à la fête de Pâques, la résurrection du Christ. Cette année pour le Carême, nous vous invitons à méditer le thème de la sobriété.

La sobriété pourrait être le nouveau nom du jeûne, l’un des trois piliers du Carême avec la prière et l’aumône. Si l’insistance est souvent portée sur le jeûne alimentaire, il faut sans doute l’entendre dans un sens plus large et le penser comme une recherche de sobriété dans tous les domaines de la vie. Vivre la sobriété résonne comme une invitation à une triple conversion : consommation, relation aux autres et au Tout Autre, partage.
 

"La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice" (Pape François)

 

Consommation

Cette invitation à la sobriété résonne comme un beau défi dans une société qui pousse plutôt à la consommation et au "remplissage", mais qui prend aussi de plus en plus conscience des limites et de la nocivité de nos modes de vie pour la planète et de l’hypothèque qu’elle fait peser sur le futur.
 



 

Intériorité

Vivre la sobriété, c’est faire l’expérience d’une dépossession, c’est se rendre plus disponible, plus ouvert à autre chose, notamment à la relation avec les autres et avec Dieu, à l’intériorité.

 



 

Partage

Le choix de la sobriété nous rappelle que la satiété de notre époque ne concerne pas tout le monde, loin de là. Ce choix conduit de manière naturelle au partage. "La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n'est pas moins de vie, ce n'est pas une basse intensité de vie mais tout le contraire. Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent, en nous rendant ainsi disponibles aux multiples possibilités qu'offre la vie." (Pape François, Laudato Si', n°223)

 


Un accompagnement pendant les 40 jours du carême

Pendant les 40 jours du carême, RCF accompagne ses auditeurs. Les propositions sont diverses et destinées à la fois à ceux qui vivent le carême (en pratiquant le jeûne, la prière et l’aumône), à ceux qui veulent en approfondir le sens, à ceux qui veulent des outils concrets pour le vivre et à ceux qui, peu familiers du carême et de la foi chrétienne, souhaitent le découvrir. Les différentes émissions proposées ont pour porte d’entrée cette année le thème de la sobriété.

 

Les séries "Halte spirituelle"

• Un éloge de la chasteté par Véronique Margron
Garder une bonne justesse dans sa relation au monde, aux objets, aux personnes, c'est tout l'enjeu de la chasteté. Une vertu à redécouvrir en ce temps de Carême.
Semaine du 19 au 25 février - Réalisation: Béatrice Soltner
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Un éloge de la chasteté, par Sr. Véronique Margron

 

• Semaine du 26 février au 4 mars. Redécouvrir nos limites à travers le récit de la création avec Fabien Revol
• Semaine du 5 au 11 mars. Jeûner pour se libérer avec le Père Jean-Luc Souveton
• Semaine du 12 au 18 mars. Partager, un dépouillement nécessaire avec Elena Lasida
• Semaine du 19 au 25 mars. Prier pour se désapproprier avec le pasteur James Woody

 

Des méditations quotidiennes pour vivre un Carême sobre et respectueux de la terre

Tous les jours, du lundi au vendredi, à 6h26 et à 13h10, à partir du mercredi des cendres (14 février), l'associaiton Chrétiens unis pour la terre anime un court temps de méditation pour aider à faire du Carême un temps privilégié de découverte des vertus de la sobriété. Ce temps s'appuie sur une citation de la Bible ou de la tradition chrétienne (encyclique Laudato Si', paroles de Pères de l'Église ou de saints...), propose un éclairage sur cette citation, une introspection et une piste concrète pour vivre la sobriété.

 

 

Avec un thème chaque semaine : 
- Du 14 au 16 février : Ma relation avec la nature
- Du 19 au 23 février : La lumière et l'énergie
- Du 26 février au 2 mars : La nourriture
- Du 5 au 9 mars : L'eau
- Du 12 au 16 mars : Les transports
- Du 19 au 23 mars : Me libérer de mes liens
- Du 26 au 31 mars : Limiter mon empreinte écologique et m'émerveiller 

 

[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Retrouvez toutes les méditations de carême

 

Les conférences de carême depuis Notre-Dame de Paris 

Cette année, le cycle des Conférences de Carême de Notre-Dame de Paris est proposé par Fabrice Hadjadj, philosophe et écrivain, directeur de l'Institut Philanthropos.
Diffusion le dimanche à 18h15

 

 

 • Pourquoi des conférences de Carême à l’ère de l’intelligence artificielle ? ou la Bonne Nouvelle du temps"
Dimanche 18 février, par Fabrice Hadjadj
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Pourquoi des conférences de Carême à l’ère de l’intelligence artificielle ? – ou la Bonne Nouvelle du temps

 

-25 février - "Du pain, du vin et des abeilles, ou la Bonne Nouvelle de la terre"
-4 mars - "Et le Verbe s’est fait charpentier, ou la Bonne Nouvelle de nos mains"
-11 mars - "Petite élévation au-dessous de la ceinture, ou la Bonne Nouvelle des sexes"
-18 mars - "L’Esprit respire", par Valère Novarina, écrivain, dramaturge, peintre et dessinateur.
-25 mars- "Pilate et sa vérité : le malentendu des cultures", par Jacques Cazeaux, exégète et écrivain.

 

ET AUSSI

• Manger responsable, j'arrête de gaspiller
Jeudi 15 février - Émission "À votre service" - Réalisation : Bérengère Lou
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Manger responsable: j'arrête de gaspiller !

• Vivons heureux, vivons sobrement! 
Lundi 19 février - Émission "L'éco des solutions" - Réalisation : Patrick Longchamp
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Pour vivre heureux, visons sobrement

 

- 28 février, 21h00 - Un prêtre vous répond : Où en êtes-vous de votre conversion au don et au partage ?"
- 6 mars, 17h00 - Grand Angle : "Simple et joyeux", émission en partenariat avec la revue Panorama, présentée par Christophe Henning. 
- 6 mars, 21h00 - Grand Témoin : Sébastien Dumont, apiculteur, apôtre de a sobriété. Réalisation: Béatrice Soltner
- Semaine du 12 mars -  Du lundi au vendredi à 13h15 et 22h45 - Intégrale le samedi 17 à 14h - La Suite de l'Histoire : Une histoire de la décroissance. Avec Timothée Duverger, historien au Centre d'étude des mondes moderne et contemporain (CEMMC) de l'université Bordeaux Montaigne. Réalisation : Véronique Alzieu 
- 27 mars, 21h00  - Vous avez dit fragile? - Vivre la sobriété quand on n'a pas le choix. Réalisation : Anne Kerléo 
- 28 mars, 17h03 - Visages - Hervé Covès, ingénieur agronome, laïc franciscain, adepte de la devise "la vie est belle". réalisation : Thierry Lyonnet

 


Une programmation dense pour le mercredi des cendres

Le mercredi des Cendres est le jour de l’entrée en Carême. Mais quel est le sens de cette journée ? Pourquoi inviter cette année à la vivre sous le signe de la sobriété ? Tout au long de la journée, des éléments de réponse sont apportés dans une programmation dense.

 

• 8h10 - La sobriété expliquée par Fr. Dominique Lang
Religieux assomptionniste et journaliste, le fr. Lang nous rappelle le sens spirituel du mercredi des Cendres et du Carême. Il propose une introduction au thème de la sobriété.
Émission "Le Grand Invité" - Réalisation : Stéphanie Gallet
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Dominique Lang: "la sobriété n'est pas là pour nous faire souffrir"

• 9h - Vivre sobrement, un vœu pieu?
Produire toujours plus pour consommer sans entraves, c'est, semble-t-il, le programme de bonheur le plus souvent proposé. Et si nous décidions au contraire de nous désencombrer du superflu en adoptant une autre attitude, celle de la sobriété? C'est le pari que relèvent un certain nombre d'hommes et de femmes afin de vivre mieux avec soi, les autres et la planète. Mais est-ce un idéal hors de portée, un voeu pieu ou une attitude possible et même souhaitable?
INVITÉS : Jean Claude Noyé, journaliste à La Vie - Laura Morosini, présidente de l'association Chrétiens unis pour la terre - Patrick Viveret, philosophe et essayiste
Émission "Le Temps de le dire" - Réalisation : Antoine Bellier
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Vivre sobrement, un vœu pieu?

• 13h30 - Reportage sur la maison Lazare à Nantes
Des colocations pas comme les autres. Ici on a un objectif simple : vivre ensemble, tout simplement, entre personnes accueillies qui ont connu la galère et jeunes actifs entre 25 et 35 ans.
Émission "Contre Courant" - Réalisation : Béatrice Soltner
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► Lazare, une maison pour créer des ponts 1/2

• 17h03 - Jean-Guilhem Xerri
Notre société de l'hyper consommation qui idolâtre la science oublie que nous sommes aussi des êtres spirituels, que nous avons aussi une âme. Que l'écologie est également intérieure.
Émission "Visages" - Réalisation : Thierry Lyonnet
[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► L'écologie intérieure par Jean-Guilhem Xerri

• 21h - La sobriété, un engagement spirituel
Le frère Ange Rodriguez accueille les témoignages et questions des auditeurs sur les manières de vivre un Carême sobre.
Émission "Un prêtre vous répond" - Animation : Catherine Segouffin

[RÉÉCOUTE / PODCAST] ► La sobriété, un engagement spirituel?
 


La semaine sainte en direct de l’abbaye de Maÿlis

Cette année, RCF invite ses auditeurs à vivre le triduum pascal en direct de l’abbaye Notre-Dame de Maÿlis dans les Landes. Les moines de Maylis sont des bénédictins olivétains : la communauté fait partie de la Congrégation de Sainte-Marie-du-Mont-Olivet, fondée en Italie (Toscane) au début du XIVè siècle. Cette congrégation est aujourd’hui répandue dans le monde entier et compte environ 250 moines. Il y a en France trois communautés de bénédictins olivétains.

Le triduum pascal est la période de 3 jours pendant laquelle les chrétiens célèbrent la Passion, la mort et la résurrection du Christ. Cette période commence par la messe du Jeudi saint en fin de journée et s’achève le dimanche de Pâques.

Dès le Jeudi saint, RCF diffuse les offices en direct de l’abbaye, matin, midi et soir et propose des interviews des moines pour approfondir spirituellement les jours saints. Les grands offices (la Cène le jeudi, la célébration de la Croix le vendredi, la veillée pascale le samedi et la messe de Pâques le dimanche) sont également retransmis en direct, avec les commentaires du père Sébastien Antoni, religieux assomptioniste. 

RCF a choisi l’abbaye de Maylis en résonnance avec le thème de la sobriété, puisque les moines de cette communauté ont vécu une véritable "conversion à l’écologie", qu’ils décrivent sur leur site internet : "C’est l’appel de la Création qui nous a lancé dans ce tournant, encouragé aussi par l’appel du pape François dans l’encyclique Laudato Si’. Il s’agit certes d’une conversion à l’écologie, c’est-à-dire changement de méthodes concrètes de culture pour un comportement plus respectueux de l’environnement. Mais ce passage est aussi vécu plus profondément comme une conversion par l’écologie. L’écologie nous appelle non seulement à un changement des pratiques, mais surtout à un changement du regard et du cœur. Le respect de la Création doit renouveler aussi peu à peu nos rapports inter-personnels. Mais l’écologie des moines ne s’arrête pas là. C’est aussi notre vocation chrétienne et monastique que nous désirons revivifier et rendre plus authentique, à travers cette nouvelle étape."

 

Un éloge de la chasteté

Halte spirituelle, l'intégrale

Garder une bonne justesse dans sa relation au monde, aux objets, aux personnes, c'est tout l'enjeu de la chasteté. Véronique Margron en approfondir le sens pour démarrer le carême 2018...

"La chasteté c'est la bonne distance à l'autre, que l'autre soit mon conjoint, un objet, l'argent..." Sr. Véronique Margron préfère parler de "bonne distance", de "juste distance" ou de "bonne présence" pour définir la chasteté. Car "ce n'est pas se se tenir 'à l'écart de', mais trouver la bonne relation qui fait que je ne met pas l'autre sous mon emprise et je ne me mets pas sous son emprise". Dans son encyclique Laudato Si', le pape François invite à retrouver le sens du respect face au monde créé. Or "l'humain est marqué par un instinct, un goût de la domination, observe Sr. Margron, tout ça n'a rien d'inné." En ce temps de Carême, redécouvrir le sens de la chasteté c'est méditer ce lien qui nous relie à nous-mêmes, aux autres, à la nature.
 

 "Ne pas faire intrusion dans l'existence de l'autre, plus il est proche, plus c'est difficile"

 

LA SOBRIÉTÉ, LE THÈME DU CARÊME 2018 - Ce mercredi 14 février commence le Carême, une période de 40 jours pendant laquelle les chrétiens se préparent à la fête de Pâques, la résurrection du Christ. Cette année pour le Carême, nous vous invitons à méditer le thème de la sobriété.
> En savoir plus

 

Ne pas tout attendre de l'autre

S'appuyant sur les travaux de cette grande figure de la théologie morale que fut Xavier Thévenot (1938-2004), Sr. Véronique Magron explique que la chasteté, c'est aussi une question de respect. "Ce qui est nécessaire à cette distance c'est d'abord la considération du respect dans les relations humaines, et le respect ce n'est pas du tout quelque chose d'inné !" Respecter l'autre, ça s'apprend. Et "ne pas faire faire intrusion dans son existence", plus il est proche, plus c'est difficile, "puisque les relations deviennent mêlées d'affectivité et de subjectivité".

Quand il est nourrisson ou encore dans le ventre de sa mère, le petit d'homme n'a pas l'idée de l'autre puisqu'il n'a pas idée de lui. "Dans ce monde, il n'y a pas d'autre, il n'y a pas de limite." Il ne connaît pas encore la frustration, l'autre est un prolongement de lui-même, il est dans une situation de toute-puissance. "Une part du travail de la petite enfance c'est d'apprendre la frustration." Et ce à quoi encourage la chasteté, tout au long de la vie d'adulte, c'est de "pouvoir se situer dans des relations où justement on n'attend plus tout de l'autre".

 



 

Se dire que tout n'est pas possible

"C'est là toute la difficulté, il faut pouvoir consentir à ses limites tout en gardant en soi cette part, ce besoin, ce désir de créativité, d'invention." D'un côté, l'homme a besoin de se dire que tout est possible, sinon il n'y aurait jamais eu de progrès scientifique. D'un autre côté il est nécessaire d'admettre, et on en fait nécessairement l'expérience dans nos vies, que tout n'est pas possible. Comment savoir où est la limite ?

Qu'est-ce qui est juste pour moi ? Qu'est-ce qui est juste pour l'autre ? "Le critère c'est ce qui fait vraiment vivre et ce qui nous fait vivre ensemble." Cette question-là, Jésus lui-même s'y est trouvé confronté, durant les 40 jours au désert où il a été tenté. Il est intéressant de voir que Jésus refuse de céder au tentateur "pour rester dans la situation d'être un fils, un homme, de consentir à ses limites". Il y a là un équilibre instable, toujours à rechercher.

 

Sur le même thème :

Les dossiers RCF