Ethiopie 2/2 : Harar, ville de la Paix. Entre mythe et réalité

Présentée par

S'abonner à l'émission

Contre courant

jeudi 13 février à 6h00

Durée émission : 25 min

Ethiopie 2/2 : Harar, ville de la Paix. Entre mythe et réalité

© 2016 RCF Thierry Lyonnet - Scène de rue à Harar

A l'est de l’Éthiopie, Harar compte 99 mosquées et une majorité de chrétiens orthodoxes. Les catholiques, peu nombreux, viennent en aide aux plus pauvres. Reportage de Thierry Lyonnet.

00:00

00:00

Lorsqu'on déambule dans les rues d'Harar, il est fréquent d'entendre se superposer, presque en concurrence de décibels, les prêches de l'Eglise orthodoxe et les appels à la prière lancés des musulmans. Si les orthodoxes sont majoritaires dans le pays, avec 43% de pratiquants, l'islam compte à peu près 33% de fidèles sur les 90 millions d'Ethiopiens. Les catholiques, eux, sont extrêmement minoritaires, avec une proportion de 0.7% de la population.

 

place_dharar.jpg
Place d'Harar ©RCF - Thierry Lyonnet

 

Une petite communauté catholique, mais qui joue un rôle important, notamment dans le domaine de l'aide sociale. Avec 80 centres de santé, 400 écoles... "l'Eglise catholique en Ethiopie est une Eglise très forte, avec beaucoup d'activités sociales", explique Mgr Berhaneyesus Souraphiel. L'archevêque d'Addis-Abeba cite notamment les Missionnaires de la Charité qui, à travers leurs 18 centres répartis dans tout le pays, oeuvrent "au plus près des pauvres et des personnes marginalisées".

 


Scène de rue à Harar ©RCF - Thierry Lyonnet

 

Pour se rendre à Harar, Thierry Lyonnet traverse l'immense diocèse d'Harar, un territoire aride, touché par la sécheresse. En chemin, il s'arrête à Dire Dawa, une ville de 60.000 habitants, où les capucins de l'école Abuna Andreas accueillent des élèves de toutes confessions. Son directeur explique: "Nous avons 650 élèves, la plupart sont musulmans, les parents mettent leurs enfants dans cette école car ils apprécient cette atmosphère de paix." Un établissement qui perpétue l'oeuvre de Mgr André Jarosseau (1858-1941), missionnaire franciscain qui vécut dans cette région d'Ethiopie entre 1882 et 1936.

 

une_des_99_mosquee_harar.jpg
Une des 99 mosquées d'Harar ©RCF - Thierry Lyonnet

 

Située au sud de Djibouti, à quelque 130 kilomètres de la frontière avec la Somalie, Harar est considérée comme la quatrième ville sainte de l'islam. Hantée par les fantômes d'Henry de Monfreid et d'Arthur Rimbaud (dont on peut visiter la "fausse" maison!), la cité fortifiée compte 99 mosquées. En son centre, la petite cathédrale catholique fondée en 1881. Elle rassemble chaque soir les enfants pour prier et chanter. Non loin de là, la léproserie d'Harar, maison fondée en 1901 par les capucins, accueille toujours aujourd'hui des malades, tout type de malade. "Il y a tellement de pauvres et tellement de lépreux!", se désole une religieuse franciscaine italienne.
 

rue_dharar.jpg
Rue d'Harar ©RCF - Thierry Lyonnet
 

 

A Harar, se croisent les Oromos, les Somalis, les Afars... les différentes ethnies de la région. La ville a une réputation de cité de la paix, où chrétiens orthodoxes et musulmans vivent dans le respect les uns des autres. Mais certaines branches de l’islam pourraient troubler cet ordre. Selon le cardinal Berhaneyesus, président de la Conférence épiscopale d’Ethiopie: "Nous voyons actuellement l’émergence des fondamentalistes musulmans, qui disent que ce n’est pas bon que les chrétiens et les musulmans vivent ainsi ensemble."
 
 

 

Reportage réalisé en mai 2016
avec le soutien de
l'AED (Aide à l'Eglise en détresse)

 

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 13h30 et le dimanche à 15h

Des reportages hebdomadaires qui ouvrent une fenêtre sur le monde en partant à la rencontre d'hommes et de femmes d'ici et d'ailleurs.

Le présentateur

Thierry Lyonnet

Rédacteur en chef du Service « Foi et Culture », Thierry met son insatiable curiosité au service de RCF depuis 1990. Spiritualité, art, voyages, solidarité et surtout rencontres, qu’il aime partager avec les auditeurs. Depuis l’enfance, il est fasciné par la richesse de la différence…et cette fascination ne cesse de croître!