La messe télévisée aujourd'hui

Présentée par ,

S'abonner à l'émission

L'Évangile à l'image : les 70 ans du Jour du Seigneur

samedi 11 août à 13h10

Durée émission : 12 min

L'Évangile à l'image : les 70 ans du Jour du Seigneur

© Jean Matthieu GAUTIER/CIRIC - À la télévision, chaque seconde compte pendant un direct

Quand la messe est retransmise en direct à la télévision qu'est-ce que ça change pour le prêtre qui célèbre? Dans l'émission Le Jour du Seigneur chaque geste de la liturgie doit être précis!

Permettre aux personnes malades ou qui ne peuvent se rendre à l'église de suivre la messe en direct, c'est la première raison d'être du Jour du Seigneur depuis 70 ans. Une mission spirituelle et aussi pastorale. Chaque semaine c'est une paroisse différente qui est montrée - c'est le peuple de Dieu dans sa diversité que l'on voit à l'écran.
 

Le Jour du Seigneur, c'est une expérience forte pour les communautés paroissiales filmées. C'est surtout l'occasion pour les prêtres qui disent la messe de questionner la liturgie, voire des habitudes liturgiques

 

RCF FÊTES LES 70 ANS DU JOUR DU SEIGNEUR - Avec "L'Évangile à l'image", RCF vous propose tout au long de l'été une émission pour découvrir la plus ancienne émission de télévision française, Le Jour du Seigneur.
> Découvrir la programmation spéciale été

 

Chaque dimanche, une paroisse différente

Depuis les années 80, chaque dimanche la messe est retransmise depuis une paroisse différente en France - depuis 1995, cela comprend aussi les Territoires d'outre-mer. Ce nomadisme ne s'est pas fait dès les débuts du Jour du Seigneur. Il a fallu, au gré des contraintes techniques et des moyens financiers, quitter le studio, puis la chapelle du couvent des dominicains, au 222 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris. "La première retransmisison hors de Paris, L'Haÿ-les-Roses 1950, on n'était pas sûr que le signal passe la butte de la Porte d'Orléans !"

Changer de paroisse chaque semaine représente une réelle contrainte pour les responsables du Jour du Seigneur, mais cela répond à un enjeu pastoral. Dès le début, le Père Raymond Pichard pressentait qu'il fallait aller sur des lieux pastoraux. Car montrer l'Église peuple de Dieu c'est "la montrer dans sa diversité". À noter également, filmer chaque semaine le même lieu et les mêmes célébrants, cela risque de lasser le téléspectateur !

 

Quand la télévision questionne les habitudes du prêtre et des paroissiens

Le Jour du Seigneur, c'est une expérience forte pour les communautés paroissiales filmées. En amont, elles fournissent un important travail de relecture de la liturgie, la plupart du temps une chorale s'organise... C'est surtout l'occasion pour les prêtres qui disent la messe de questionner la liturgie, voire des habitudes liturgiques. "En France on est très discursif, observe le Père Combeau, on pense beaucoup aux paroles, mais la liturgie c'est un visible : qu'est-ce que tu montres ? Que signifie ton geste ? Comment te placer ?"

À la télévision, chaque seconde compte pendant un direct. Il faut rendre l'antenne à la seconde près, après la dernière note du chantfinal ! Et aussi on dit que "tout est gaffé", qu'il faut respecter les marques au sol faites par le gaffer, ce ruban adhésif utilisé au cinéma, qui indique aux acteurs où se placer. Alors oui, on est dans de la chorégraphie, de la mise en scène... Ce qui peut paraître lourd pour les paroissiens. Mais tout cela pour répondre à un objectif : que la messe soit "sensée et belle" pour les téléspectateurs.

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le 24 décembre 1948, pour la première fois dans le monde, la messe de minuit est retransmise depuis la cathédrale Notre-Dame de Paris sur RDF Télévision française. C'est ainsi qu'a commencé, il y a 70 ans, l'aventure du Jour du Seigneur, une émission de 90 minutes diffusée chaque dimanche sur France 2 et produite par le CFRT (Comité français de radio-télévision).

Les présentateurs

Père Yves Combeau

Le Père Yves Combeau, o.p., est le conseiller éditorial du Jour du Seigneur.

Martin Feron