La place des femmes dans l'Église, pour une théologie féminine

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 12 octobre 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© P.RAZZO/CIRIC - Messe célébrée en la basilique de Vézelay

Si elle défend la richesse de la différence des sexes l'institution ecclésiale semble avoir du mal à prendre au sérieux la voix des femmes. On en parle avec Stéphanie Gallet.

On connaît la photo. Dès qu'il s'agit de montrer les responsables du monde caholique les femmes deviennent invisibles. Pourtant, si vous regardez du côté de la catéchèse, auprès des malades et des mourants, des familles en deuil ou des nouveaux parents, elles sont partout. Même dans les facultés de théologie. Les femmes ne sont pas prises au sérieux dans l'institution romaine. C'est en tout cas le regard que pose Lucetta Scaraffia sur l'Eglise. Elle vient de publier "Du dernier rang - Les femmes et l'Eglise" (éd. Salvator). Un livre destiné à faire réfléchir les responsables de l'Eglise catholique sur la place qu'ils accordent aux femmes. Non pas au bénéfice de celles-ci mais de l'Eglise tout entière.
 

Femme: au dernier rang

"L'Eglise parle toujours de la richesse de la différence des sexes mais ne la met pas en pratique", pour Lucetta Scaraffia. Dans l'histoire de l'Eglise catholique il y a de grandes figures féminines: Catherine de Sienne, Hildegarde de Bingen, Thérèse d'Avila... sans oublier la Vierge Marie. Aussi grandes soient-elles, leur reconnaissance sert parfois d'alibi pour montrer la bonne volonté de l'institution ecclésiale. C'est lors du synode sur la famille, où elle était invitée comme auditrice, que Lucetta Scaraffia a eu l'idée de son livre. Quand, depuis le "dernier rang" où elle se trouvait, elle a eu "le choc" de voir "tous ces cardinaux parler de la famille sans avoir écouté aucune femme". Elle ajoute: "Pour eux, les femmes n'existent pas."
 

"Les femmes servent sans jamais avoir droit au chapitre." Anne-Marie Pelletier

 

Féministe et catholique c'est possible

Hommes au pouvoir, femmes à la maœuvre. La situation est devenue "paradoxale" dans l'Eglise, observe Anne-Marie Pelletier: "Les femmes servent sans jamais avoir droit au chapitre." Si les femmes sont présentes dans l'Eglise, "quand on monte dans la hiérarchie, il n'y a plus de femmes du tout". Défendre la place des femmes dans l'Eglise, pour Lucetta Scaraffia ne signifie pas vouloir la même place que les hommes - elle ne défend pas l'ordination féminine par exemple - mais vouloir que la place de la femme soit reconnue. Or, "être féministe dans l'Eglise est facilement disqualifiant", précise la théologienne.
 

"Lorque vous parcourez l'histoire du christianisme vous pouvez touver des aguments pour démontrer la misogynie du christianisme. Mais si vous regardez en détail, vous trouvez encore plus d'arguments pour manifester que le christianisme depuis ses débuts a été un facteur d'émancipation. Et que au sein même des sociétés marquées par la misogynie, l'Eglise a su faire lever toute une vie féminine chrétienne qui n'a cessé de faire vivre l'Eglise."
Anne-Marie Pelletier

 

C'est Benoît XVI qui a nommé Lucetta Scaraffia à la rédaction en chef de Femmes, Église, monde, le supplément féminin de L'Osservatore Romano, le journal du Vatican. Les idées que celle-ci défend dans "Du dernier rang", suivent celles du pape François, selon Anne-Marie Pelletier, qui signe la préface du livre de la journaliste italienne. "Le pape François fait émerger dans l'Eglise et la conscience chrétienne des vérités que l'on na pas toujours envie d'entendre", précise la théologienne, pour qui les relations hommes-femmes dans l'Eglise est un sujet "essentiel".

 

être au pouvoir, être au service

"Les prêtres doivent se libérer du pouvoir." Pour Lucetta Scaraffia qui défend une théologie féminine, il ne faut pas oublier que le sacerdoce signifie service et non pouvoir. Anne-Marie Pelletier défend elle aussi une redéfinition du sacerdoce ministériel et du sacerdoce baptismal, le premier étant "au service" du second: "Les prêtres sont des baptisés au service des autres baptisés de l'Eglise."

 

Invités

  • Lucetta Scaraffia , historienne, journaliste, rédactrice en chef de Femmes, Église, monde

  • Anne-Marie Pelletier , théologienne, lauréate du prix Ratzinger 2014

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi à 9h03

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.