La sobriété est-elle un engagement spirituel?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Un prêtre vous répond (04 72 38 20 23)

mercredi 14 février à 21h00

Durée émission : 55 min

Un prêtre vous répond (04 72 38 20 23)

© Virginia CASTRO/CIRIC/CPP - "La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice" (Pape François)

Le jeûne, le partage et la prière. Ce sont les maîtres-mots du Carême, 40 jours où chacun est invité à mener une vie plus sobre, plus proche de Dieu et des autres.

"La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice... Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent."
Pape François, Laudato Si'

 

Jeûne, aumône et prière : ce sont les trois maîtres mots du Carême. Ce temps liturgique de 40 jours, où les chrétiens font l'exercice de privation. Mais non pas pour se faire du mal mais pour se demander : qu'est-ce qui est le plus important dans ma vie ?
 

LA SOBRIÉTÉ, LE THÈME DU CARÊME 2018 - Ce mercredi 14 février commence le Carême, une période de 40 jours pendant laquelle les chrétiens se préparent à la fête de Pâques, la résurrection du Christ. Cette année pour le Carême, nous vous invitons à méditer le thème de la sobriété.
> En savoir plus

 

Le Carême, 2.000 d'histoire

Les premières communauté chrétiennes déjà vivaient le Carême, en mémoire des 40 jours au désert que le Christ a connus avant sa Passion. Mais "le désir de maîtriser les pulsions animales chez l'homme n'est pas proprement chrétien", précise le fr. Ange Rodriguez, puisque dès l'Antiquité "les philosophes interpellaient leurs contemporains en leur demandant : qui commande en vous?".

Aujourd'hui, plus de 2.000 ans après, comment vivre ce temps du Carême et d'abstinence? Pour le fr. Rodriguez, il faut élargir son regard "à tout ce qui asservit l'être humain". Et ne pas avoir peur de considérer que parfois, "l'asservissement prend des aspects très agréables".
 

Le jeûne pour se libérer

L'exercice du jeûne - qui peut aussi avoir des vertus thérapeutiques - est proposé par l'Église pour inciter chacun à questionner l'importance qu'il accorde au boire et au manger. Manger sobrement, et le faire de façon volontaire, est une façon de prendre du recul sur la nourriture. Est-elle une obsession ? Fait-elle l'objet d'excès ?
 

La prière pour se rapprocher de Dieu

Le temps du Carême c'est aussi un temps fort où se rapprocher de Dieu. Une période de détachement pour "faire sortir l'homme de lui-même et entrer dans la transendance, dans la dimension divine".
 

Le partage ou l'exercice de la charité

L'aumône, c'est le côté "très réaliste du chrétien", comme dit le fr. Ange Rodriguez. Le partage c'est aussi considérer combien nous sommes interdépendants les uns des autres.
 


EXTRAIT | Encyclique Laudato Si’ (Chap. IV "Joie et paix")

"La sobriété, qui est vécue avec liberté et de manière consciente, est libératrice. Ce n’est pas moins de vie, ce n’est pas une basse intensité de vie mais tout le contraire ; car, en réalité ceux qui jouissent plus et vivent mieux chaque moment, sont ceux qui cessent de picorer ici et là en cherchant toujours ce qu’ils n’ont pas, et qui font l’expérience de ce qu’est valoriser chaque personne et chaque chose, en apprenant à entrer en contact et en sachant jouir des choses les plus simples. Ils ont ainsi moins de besoins insatisfaits, et sont moins fatigués et moins tourmentés.

On peut vivre intensément avec peu, surtout quand on est capable d’apprécier d’autres plaisirs et qu’on trouve satisfaction dans les rencontres fraternelles, dans le service, dans le déploiement de ses charismes, dans la musique et l’art, dans le contact avec la nature, dans la prière. Le bonheur requiert de savoir limiter certains besoins qui nous abrutissent, en nous rendant ainsi disponibles aux multiples possibilités qu’offre la vie.

 

La sobriété et l’humilité n’ont pas bénéficié d’un regard positif au cours du siècle dernier. Mais quand l’exercice d’une vertu s’affaiblit d’une manière généralisée dans la vie personnelle et sociale, cela finit par provoquer des déséquilibres multiples, y compris des déséquilibres environnementaux.

C’est pourquoi, il ne suffit plus de parler seulement de l’intégrité des écosystèmes. Il faut oser parler de l’intégrité de la vie humaine, de la nécessité d’encourager et de conjuguer toutes les grandes valeurs. La disparition de l’humilité chez un être humain, enthousiasmé malheureusement par la possibilité de tout dominer sans aucune limite, ne peut que finir par porter préjudice à la société et à l’environnement. Il n’est pas facile de développer cette saine humilité ni une sobriété heureuse si nous nous rendons autonomes, si nous excluons Dieu de notre vie et que notre moi prend sa place, si nous croyons que c’est notre propre subjectivité qui détermine ce qui est bien ou ce qui est mauvais."

 

 

Invités

  • Fr. Ange Rodriguez , prêtre, dominicain du couvent du Saint-Nom-de-Jésus (Lyon)

  • Fr. Paul Adrien d'Hardemare , prêtre, dominicain du couvent du Saint-Nom-de-Jésus (Lyon), professeur de mathématiques, aumônier au centre scolaire Saint-Thomas d'Aquin-Veritas (Rhône)

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les mercredis à 21h00

La foi pose question : un prêtre vous répond ! Qu'est-ce qu'être chrétien ? Quel est le message des chrétiens pour le monde ? Comment la foi peut-elle enrichir notre quotidien ? Chaque mercredi à 21h00, posez toutes vos questions en direct et à l'antenne à un prêtre. Il vous écoute et vous conseille. Pour participer à l’émission : 04 72 38 20 23 ou unpretrevousrepond[arobase]rcf.fr. [ATTENTION : les messages que vous envoyez à cette adresse sont consultés par l’animateur de l’émission dans le cadre de notre programme. Si vous souhaitez évoquer des questions plus personnelles avec un prêtre nous vous invitons à entrer en contact avec votre paroisse.]

Le présentateur

Catherine Segouffin