Le Jour du Seigneur et le concile Vatican II

Présentée par , UA-9861

S'abonner à l'émission

L'Évangile à l'image : les 70 ans du Jour du Seigneur

samedi 21 juillet 2018 à 13h10

Durée émission : 12 min

Le Jour du Seigneur et le concile Vatican II

© Le Jour du Seigneur

Pour filmer la messe, Le Jour du Seigneur a adapté la liturgie aux contraintes de la télévision. Fixant ainsi de nouveaux standards liturgiques, juste avant Vatican II...

"Le Jour du Seigneur" c'est 70 ans d'histoire de la messe télévisée. Une histoire qui a commencé avant le concile Vatican II, alors que la messe était dite en latin, le célébrant tournant le dos aux fidèles. Avec la messe télévisée, il a fallu adapter la liturgie aux contraintes du petit écran noir et blanc. Couleurs, gestes du prêtre... C'est toute une dramaturgie qui a été repensée, préparant la réforme liturgique mise en place lors du concile Vatican II.

 

RCF FÊTES LES 70 ANS DU JOUR DU SEIGNEUR - Avec "L'Évangile à l'image", RCF vous propose tout au long de l'été une émission pour découvrir la plus ancienne émission de télévision française, Le Jour du Seigneur.
> Découvrir la programmation spéciale été

 

Des Contraintes esthétiques de la messe télévisée...

Aux débuts de la messe télévisée, on n'avait pas encore les moyens de tourner dans une église. La messe était donc enregistrée en studio, au moyen de trois caméras. Ainsi la légèreté des moyens techniques mais aussi l'étroitesse du studio ont ajouté aux contraintes d'ordre esthétique. Ce qui a donné "une messe visuellement reconstruite, assez artificielle au fond mais dont chaque geste était posé et pensé".

Pour filmer la messe et donner à voir l'essentiel de la liturgie, il a été en effet nécessaire de l'adapter aux contraintes esthétiques du petit écran. Il a fallu "dégager l'espace" et "purifier les gestes", comme l'explique le Père Yves Combeau. À une époque où le célébrant tourne le dos à l'assemblée, ce qui changera après Vatican II, les fidèles catholiques n'ont pas l'habitude de voir tous les gestes du prêtres. Dès lors que la messe est filmée, tout ce que fait et dit le prêtre est visible et audible. Le célébrant doit donc articuler et veiller à ralentir son débit de parole. Il faut aussi privilégier une esthétique épurée, un autel sobre, peu de chandeliers, aucun tableau, etc. "Cette esthétique-là est celle qui va être adoptée par la réforme esthétique conciliaire, sauf qu'au Jour du seigneur les spectateurs s'y habituent dès la fin des années 40." 

 


©Le Jour du Seigneur

 

... à la Réforme liturgique

Les exigences d'ordre esthétique sont donc à la fois le fait des professionnels de la télévision mais aussi des dominicains, et notamment ceux du Centre de pastorale liturgique, qui fait figure à l'époque d'instance de référence en matière de liturgie. "Et ce sont les mêmes personnages qui ont préparé la réforme officielle à la suite de Vatican II."

Au fur et à mesure que la messe télévisée était de plus en plus suivie, elle tendait à fixer de nouveaux standards en matière de liturgie. En même temps que la télévision imposait "d'entrer dans une esthétique du jeu, de l'action, du dramatique", la recherche liturgique de l'époque s'orientait vers "une dramaturgie liturgique".
 

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le 24 décembre 1948, pour la première fois dans le monde, la messe de minuit est retransmise depuis la cathédrale Notre-Dame de Paris sur RDF Télévision française. C'est ainsi qu'a commencé, il y a 70 ans, l'aventure du Jour du Seigneur, une émission de 90 minutes diffusée chaque dimanche sur France 2 et produite par le CFRT (Comité français de radio-télévision).

Les présentateurs

Père Yves Combeau

Le Père Yves Combeau, o.p., est le conseiller éditorial du Jour du Seigneur.

Martin Feron