Le tour de France des reliques de Sainte Bernadette fait étape en Anjou

Présentée par PR-28911

S'abonner à l'émission

Le dossier du jour

lundi 12 avril à 7h13

Durée émission : 7 min

Le dossier du jour

© M.MIGLIORATO/CPP/CIRIC

Les reliques de la petite voyante de Lourdes font un voyage en France et s’attardent dans différents diocèses, notamment en Anjou, pour y être offertes à la vénération des fidèles.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

On peut dire que ce fut un petit évènement diocésain en Anjou. Les reliques de la petite voyante de Lourdes font un petit voyage en France et s’attardent dans différents diocèses, où elles se sont arrêtées dans différentes paroisses pour y être offertes à la vénération des fidèles. "Les faire voyager comme ça, ça peut rappeler au monde qu’on n'est pas tout seul. L’homme est petit et il a besoin de croire pour ne pas désespérer de la situation", confie une fidèle de la paroisse de Segré dans le Haut-Anjou.

Un tour des diocèses de France

Ces reliques sont actuellement à Angers. Elles devraient partir jeudi à Paris puis revenir à Lourdes et enfin être pour tout le mois de mai dans le diocèse d’Aix-en-Provence. Un tour de France que l'on doit à la crise du Covid. "Lorsque nous étions à Lourdes en février 2020, le sanctuaire souhaitait que Lourdes se tourne vers l’extérieur. Ils nous ont proposé d’accueillir les reliques en 2021. Elles auraient dû partir à l’étranger et à cause du Covid, elles sont restées en France", se réjouit Didier Gabillard, président de l’hospitalité Notre-Dame de Lourdes de l’Anjou. 

C’est donc un très bel objet d’orfèvrerie, doré de pierreries, en forme de clocher de style néogothique et qui contient un morceau du corps de Sainte Bernadette. "C’est vraiment une relique de Sainte Bernadette avec cette particularité que son corps, quand il a été exhumé, a été retrouvé intact. C’est une relique tirée du corps, de la chair", explique Don Anne-Guillaume Vernackt, chapelain à Notre-Dame de Lourdes, en charge de l’accueil des pèlerins.

"Une manière d'assurer notre foi commune"

Le Christ a pourtant dit "heureux ceux qui croient sans avoir vu". Mais alors pourquoi l’Eglise permet-elle le culte des reliques ?
"C’est subtil. Dieu est pur esprit et c’est spirituellement qu’on communie avec Dieu. Mais nous, nous sommes dans l’espace et nous avons un corps. Dieu s’est incarné et depuis les chrétiens sont en contact corporel avec le Christ. Vénérer une relique de saint, c’est une manière d’assurer notre foi commune", répond Don Anne-Guillaume Vernackt, chapelain au sanctuaire Notre-Dame de Lourdes, qui voyant que les pèlerins ne pouvaient plus venir a fait en sorte que ce petit air de Lourdes puisse aller à la rencontre des Français.

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 7h13

Chaque matin à 7h13, un dossier consacré à un sujet d'actualité dans La Matinale RCF.

Le présentateur

Thomas Cauchebrais

Arrivé en 2013 sur RCF, Thomas est d'abord passé par la presse écrite avant de s'intéresser à la radio. Journaliste pour RCF Vendée, il vous donne toute l'actualité du département chaque jour. Son truc ? Ce sont les reportages sur le terrain.