[Synode] En quoi l'Évangile est une bonne nouvelle pour les jeunes?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 5 octobre à 23h00

Durée émission : 55 min

Halte spirituelle, l'intégrale

© Corinne SIMON/CIRIC - 1er février 2015 : Sr. Nathalie Becquart participe à la procession des consacrés, lors de la 2e édition du rassemblement Ecclésia Campus, Grenoble (38)

À l'occasion du synode des jeunes qui s'ouvre à Rome, Nathalie Becquart, religieuse xavière, dresse un état des lieux sur la place de la jeune génération dans l'Eglise catholique.

00:00

00:00

Les 16-29 ans représentent 1,8 milliard d'individus, soit 25% de la population mondiale. À une époque de bouleversements sociétaux, il semble que l'écart culturel se creuse entre "les jeunes" et les générations qui les précèdent. Le pape François l'a bien compris, lui qui depuis le début de son pontificat ne cesse de les interpeller. Il souhaite voir les jeunes s’engager dans la société et au sein de l'Église. Le synode qu'il a convoqué sur le thème "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel" a pour objectif de permettre à l'Église de discerner comment rejoindre les jeunes, comment leur proposer l'Évangile comme un repère pour leur vie. "Peut-être ce synode il vient aussi parce qu'il y a un constat que c'est pas si simple pour l'Église dans beaucoup d'endroits de rester proche des jeunes", explique Sr. Nathalie Becquart.

"Entre les générations on n'est pas dans un affrontement mais dans une difficulté à se comprendre, les jeunes passent beaucoup de temps avec leurs pairs, il y a un vrai enjeu à se comprendre mutuellement. Le synode peut aider à cela."

 

Synode des jeunes, RCF se mobilise - Du 3 au 28 octobre, les évêques du monde entier sont réunis à Rome en synode pour réfléchir au thème: "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel". RCF bouleverse ses programmes pour vous faire vivre un moment historique pour l'Église.
> En savoir plus

 

Pourquoi un synode sur la jeunesse ?

C'est lors du synode sur les défis pastoraux de la famille dans le contexte de l'évangélisation, aussi appelé Synode sur la famille, en octobre 2014, que l'éducation est apparue comme l'un des défis majeurs pour la société et pour l'Église. Dans son exhortation apostolique post-synodale Amoris lætitia, le pape consacre tout un chapitre à l'éducation, ainsi que le remarque Sr. Nathalie Becquart.

"​Chers jeunes, le cœur de l’Église est jeune, précisément parce que l’Évangile est comme la sève vitale qui la régénère continuellement", a dit le pape François le 19 mars 2018, dans son discours d’ouverture pour la réunion pré-synodale des jeunes. En disant "le cœur de l'Église est jeune", le pape donne un message aux jeunes générations : oui, elles ont leur place dans l'Église. Et l'Église peut être pour elles un guide, une aide, une présence. Le défi, c'est de savoir comment le leur dire ? Le synode sur la jeunesse qui se tient ce mois-ci à Rome a nécessité deux ans de préparation.

 



 

Un écart entre les générations

"Entre les générations on n'est pas dans un affrontement mais dans une difficulté à se comprendre, les jeunes passent beaucoup de temps avec leurs pairs, il y a un vrai enjeu à se comprendre mutuellement. Le synode peut aider à cela." La rencontre intergénérationnelle est l'un des enjeux du synode. "Les personnes âgées ont ce charisme de porter les racines. Parlez avec les personnes âgées", encourageait le pape.

Sr Nathalie Becquart a été durant 10 ans la directrice du Service national pour l'évangélisation des jeunes et pour les vocations (SNEJV) à la Conférence des évêques de France. Elle a beaucoup étudié et observé cette génération des 16-29 ans. "Une génération qui a envie de s'impliquer" et de changer le monde, "mais qui a besoin être bien accompagnée". "Le maître-mot du synode c'est l'écoute", souligne la religieuse. 

 



 

LES JEUNES FRÉQUENTENT-ILS ENCORE L'ÉGLISE ?

16-29 ans, c'est l'âge de la transition, du passage de l'enfance à l'âge adulte, "l'âge des grands choix" et des questionnements, notamment d'ordre spirituel. Aujourd'hui, leur rapport à la religion n'est plus sociologique : leur choix d'appartenance religieuse ne se fait plus forcément en fonction de ce qu'on leur a transmis ou pas, mais résulte d'un choix personnel. Nathalie Becquart remarque des "trajectoires de construction d'identité religieuse différenciées et de plus en plus subjectives". Et en 2018, un jeune qui se pose des questions sur la religion ou d'ordre spirituel va d'abord sur internet.

Ce que les jeunes attendent des membres de l'Église c'est une attitude cohérente et authentique. À ce titre, le pape François, par ses paroles et ses engagements, "il fait ce qu'il dit et il dit ce qu'il fait", représente selon Nathalie Becquart un bon interlocuteur pour les jeunes qui veulent une Église "relationnelle".

 

Invités

  • Sœur Nathalie Becquart , religieuse xavière, ancienne directrice du Service national pour l'évangélisation des jeunes et pour les vocations (SNEJV) à la Conférence des évêques de France

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Le vendredi à 23h et le samedi à 21h

L'émission de référence de RCF! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.