Ce qu'il nous faut perdre pour être des vivants

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 10 mars 2017 à 23h00

Durée émission : 55 min

Ce qu'il nous faut perdre pour être des vivants

© Sylvie Germain

La vie est un chemin de dépouillement: constamment il faut se débarrasser de ses peurs, de ses préjugés et des représentations que l'on a de Dieu. Sylvie Germain répond à Béatrice Soltner.

"Dans toutes les spiritualités, il y a toujours cette idée de dépouillement pour pouvoir avancer, cet appel à mourir à soi." Sylvie Germain est l'une de nos grands témoins qui nous accompagnent en cette période de Carême. Cette année, RCF vous propose un parcours spirituel sur le thème du dépouillement. Douloureux dépouillement, mais aussi, paradoxalement, heureuses petites morts à tout ce qui vient entraver notre existence.
 

mourir à quelque chose

"C’est en mourant qu’on ressuscite à l’éternelle vie", dit la prière de saint François d'Assise. En janvier 2017, les éditions Desclée de Brouwer ont réédité l'ouvrage "Mourir un peu", que Sylvie Germain avait publié en 1997. "Mourir un peu", c'est-à-dire "mourir à soi", mourir "en tant que ego hyper encombrant, narcissique, refermé sur soi même", explique l'écrivain. Mourir à ses préjugés, aussi. Un petit peu constamment donc. Et nos idées de Dieu pourraient bien en être elles aussi déplaçées.

 

Le Carême, chemin de dépouillement - RCF vous accompagne tout au long du Carême. 40 jours jusqu'à Pâques, un temps privilégié pour redonner du sens à sa foi.
En savoir plus

 

"Ces formes de morts plus ou moins graves qui jalonnent nos vies."

 

tout au long de la vie, ces morts qui adviennent

"Mourir pour vivre davantage." Un thème éminement spirituel. Il s'agit nous dit Sylvie Germain de "découvrir d'autres aspects de la vie". Quand on y réfléchit, "la traversée d'une vie ne se passe jamais sans deuil". Il y a la perte d'un ami, d'un membre de sa famille. Mais aussi la perte de ses idéaux, de ses illusions. "Ces formes de morts plus ou moins graves qui jalonnent nos vies."

De ces morts, nous dit Sylvie Germain, il ne faut pas chercher à "s'en prémunir". Car si l'on cherche tout de suite à être consolé, "on passe à côté de quelque chose d'essentiel". Il est sage de dire qu'il restera "toujours quelque chose d'inconsolable en nous" et d'admettre qu'un deuil, "quel qu'il soit, nous prend toujours au dépourvu". Or dans notre société, tout est fait pour "gommer" la mort, "sous toutes ses formes".
 

"Devance toute séparation comme si elle était derrière toi,
Semblable à l'hiver qui à l'instant s'en va.
Car parmi les hivers, il en est un sans fin, tel que,
l'ayant surmonté, ton cœur en tout survivra.
"
Rainer Maria RILKE (1875-1926)

 

la dépossesssion, un travail spirituel

"Devance toute séparation", dit le poète. C'est ce que font, pour Sylvie Germain, un moine ou une moniale, lorsqu'ils font vœu de pauvreté, de chasteté, d'obéissance. Des vœux qui couvre tout de notre rapport aux autres et aux choses. Un renoncement à soi, à ses envies. "Un jeu constant de réajustement avec soi-même."

 

Invités

  • Sylvie Germain , écrivain

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les vendredis à 23h00

L'émission de référence de RCF! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Béatrice Soltner

Formée aux arts plastiques et à l'histoire de l'art Béatrice rejoint RCF en 1994. Elle aime faire émerger la parole et l'offrir en partage. La vie intérieure est son domaine de prédilection. Passionnée par la spiritualité et la psychologie, elle s'intéresse aussi au dialogue entre les églises chrétiennes.