Dimanche 19 novembre, première Journée mondiale des pauvres

© Journée mondiale des pauvres - En 2017, la Journée a pour thème : "N’aimons pas en paroles, mais par des actes" (Jn 3, 18)

"Accueillons-les comme des hôtes privilégiés à notre table." Dimanche 19 novembre 2017, ce sera la première Journée mondiale des pauvres, initiée par le pape François. RCF vous propose une programmation spéciale.

Dimanche 19 novembre 2017, pour la première fois, l'Église célèbre la Journée mondiale des pauvres. Elle avait été annoncée par le pape François dans sa lettre apostolique Misericordia et Misera, en conclusion du jubilé de la Miséricorde, le 20 novembre 2016. L'idée de cette Journée mondiale des pauvres avait été inspirée au souverain pontife par Etienne Villemain, le fondateur de l'association Lazare.

 

Ce sera une journée qui aidera les communautés et chaque baptisé à réfléchir sur la manière dont la pauvreté est au cœur de l’Évangile et sur le fait que, tant que Lazare git à la porte de notre maison il ne pourra y avoir de justice ni de paix sociale. Cette Journée constituera aussi une authentique forme de nouvelle évangélisation par laquelle se renouvellera le visage de l’Église dans son action continuelle de conversion pastorale pour être témoin de la miséricorde.

 

RCF, pour écouter La parole des pauvres

Parce que les personnes qui connaissent ou qui ont connu la pauvreté sont porteuses d’une expérience dont elles seules peuvent témoigner, RCF leur donne la parole dans ses programmes tout au long de l'année. À l'occasion de la première Journée mondiale des pauvres, votre radio chrétienne se mobilise pour faire entendre plus encore la parole des plus fragiles.
 

 

Vous avez dit Fragile ? le rendez-vous mensuel de RCF

Chaque mois, Vous avez dit fragile ? est le rendez-vous privilégié qui permet à RCF de signifier l'importance de la parole des personnes en situation de précarité ou de dépendance. Depuis septembre 2015, elles prennent la parole dans Vous avez dit fragile ? après avoir contribué, au fil de plusieurs rencontres, à l’élaboration de l’émission.

 

ÉMISSION SPÉCIALE | DIMANCHE 19 NOVEMBRE À 20H - "La force de la parole des pauvres". Depuis 2015, des personnes en situation de pauvreté matérielle, de fragilité psychique, ou de handicap ont livré sur RCF des pépites de sagesse et d'espérance. Découvrez ou redécouvrez certains des témoignages les plus marquants recueillis dans Vous avez dit fragile ?.

 

Journée mondiale des pauvres, PROGRAMMATION SPÉCIALE

À l’occasion de la Journée mondiale des pauvres, les équipes RCF proposent plusieurs rendez-vous à l’antenne dès le 16 novembre.

• Rencontre avec une personne en situation de pauvreté
Émission L'actualité chrétienne, jeudi 16 novembre à 7h14 - par Pauline de Torsiac

• Etienne Villemain, fondateur de l'association Lazare et "inventeur" de la Journée mondiale des pauvres
Émission L'actualité chrétienne, vendredi 17 novembre à 7h14 - par Pauline de Torsiac

• Brigitte Blaise, membre de l’association Le Pont (Paris)
Émission Le Grand Invité, vendredi 17 novembre à 8h10 - par Stéphanie Gallet

• La Journée mondiale des pauvres
Émission Chrétiens à la Une, vendredi 17 novembre à 7h14 - par Pauline de Torsiac
 

 

► RÉÉCOUTER

• Fratello, les pauvres au cœur de l’Eglise avec le pape François
Des pèlerins de Fratello racontent leur incroyable rencontre avec le pape François à Rome en novembre. Ils témoignent de leur désir de partager leur joie et de changer l'Eglise et le monde.

• Pour un monde qui ne laisse personne de côté
Un banc, un square, quelques pièces dans une petite boîte en fer... À quoi vous font penser ces photos? Sur RCF, des personnes en situation de précarité réagissent, une parole se libère.

• Sortir de la galère, une histoire de confiance
À Brest, la Halte accueil Frédéric Ozanam accueille des hommes et des femmes marqués par la précarité. Ils racontent comment, peu à peu, dans ce lieu, la confiance se retisse et la vie peut reprendre.

• Avec ou sans travail, agir ensemble
Dans le Doubs, les membres de l'association Agir Ensemble de Pont-de-Roide et du Secours catholique font l’expérience de la force d’un groupe pour continuer à vivre quand n’a pas de travail.

Journée mondiale des pauvres: comment Dieu a changé leur vie

Journée mondiale des pauvres: comment Dieu a changé leur vie

​C’est l’un des fruits de l’année de la Miséricorde. La première journée mondiale des pauvres va avoir lieu dimanche 19 novembre prochain.

"J'ai pleuré durant le chemin de croix"

A la veille de cette journée, focus sur des personnes cabossées par la vie et à qui Dieu a apporté un peu de réconfort. Isabelle est membre de la fraternité La Pierre d’Angle, à La Flèche, dans la Sarthe. Elle évoque notamment un pèlerinage à Lourdes, et des différents temps qu’elle a vécu là-bas.

"J’ai pleuré durant le chemin de croix. Quand je vois les statues, je vois mon parcours. C’est pour cela que c’est dur, et que c’est vraiment réel. C’est important également, car j’ai laissé des choses derrière moi à Lourdes, des choses qui étaient trop lourdes à porter et que j’ai déposées. Je suis repartie avec un poids en moins" explique-t-elle.
 

"Je n'étais pas bon avant, je me sens mieux"

Elle se souvient également des temps de partage. "Là-bas il y avait un homme de Lille, nous avions partagé sur un texte de l’Evangile. Et en sortant, le monsieur est venu vers moi et m’a remercié. Je lui ai demandé pourquoi il me remerciait. Il m’a répondu que j’avais dit des choses durant le partage qui l’avaient énormément touché et qui ont changé quelque chose en lui" précise Isabelle.

Kenny, quant à lui, est allé à Rome l’an dernier avec l’association "Aux Captifs la Libération" pour participer autour du pape François au rassemblement Fratello. Il a raconté à Anne Kerleo comment Dieu était entré dans sa vie. "Dieu est rentré dans ma vie pendant une de mes incarcérations. J’étais très triste, très énervé. J’en voulais à la terre entière et je me suis mis à prier. J’ai ressenti un bien-être. J’ai commencé à aller à l’église, à m’intéresser à Dieu. Cela m’a rendu bon. Je n’étais pas bon avant. Je me sens mieux" témoigne-t-il.

Pourquoi lit-on dans la Bible "Heureux, vous les pauvres"?

Pourquoi lit-on dans la Bible "Heureux, vous les pauvres"?

Pourquoi Jésus dit-il: «Heureux, vous les pauvres» (Lc 6, 20)? C'est que par sa compassion il va contre l'idée que santé et richesse sont signes d'une prédilection de Dieu.

Le 19 novembre 2017, ce sera la première fois que l'Église célèbre la Journée mondiale des pauvres. Dans la Bible, les pauvres, ce sont des étrangers sur la route, des veuves qui n'ont plus de famille, des infirmes que l'on met au rang des pécheurs. Ce que nous disent aussi les Textes saints, c'est que la pauvreté est un mystère, et qu'elle est aussi un chemin. Explications du Père Pierre Coulange, auteur de "Ce que dit la Bible sur la pauvreté" (éd. Nouvelle Cité).
 

Par sa compassion, Jésus "vient casser le modèle dominant" : cette idée que la santé et la richesse sont signes d'une prédilection de la part de Dieu

 

PROGRAMMATION SPÉCIALE SUR RCF - Dimanche 19 novembre, première Journée mondiale des pauvres. Elle avait été annoncée par le pape François dans sa lettre apostolique Misericordia et Misera, en conclusion du jubilé de la Miséricorde, le 20 novembre 2016. L'idée de cette Journée mondiale des pauvres avait été inspirée au souverain pontife par Etienne Villemain, le fondateur de l'association Lazare. > En savoir plus

 

"Je dis que le monde sera sauvé par les pauvres, ceux que la société moderne élimine, parce qu’ils ne sont plus capables de s’y adapter et parce qu’elle n’est pas en mesure de les assimiler, jusqu’à ce que leur ingénieuse patience ait, tôt ou tard, raison de sa férocité. Je dis que les pauvres sauveront le monde : ils feront cette colossale affaire."
Georges BERNANOS, "Les enfants humiliés" (1949)

 

les pauvres dans la Bible, l'idée d'une condamnation

Dans la Bible il y a comme "une assimiliation entre pauvres, pécheurs, handicapés", admet le Père Coulange. Tout au long des Écritures saintes, étrangement, affleure cette conception du mal et du malheur qui voudrait que si l'on est malade ou handicapé, c'est comme si on l'avait mérité parce qu'on a péché.
 

"En passant, Jésus vit un homme aveugle de naissance. Ses disciples l’interrogèrent : «Rabbi, qui a péché, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ?» Jésus répondit : «Ni lui, ni ses parents n’ont péché. Mais c’était pour que les œuvres de Dieu se manifestent en lui.»" (Jn 9, 1-3)*

 

À l'époque de Jésus, dans le Moyen Orient ancien, les pauvres, ce sont les estropiés, les boiteux, les aveugles, mais aussi les étrangers. Ce sont tous ceux qui dépendent de la générosité d'autrui. Souvent, cette condition est regardée de haut, on devine un regard qui enferme dans une malédiction qui viendrait de Dieu. "Même les disciples dans l'Évangile sont victimes de cette tentation", exlique le Père Coulange.
 

La compassion ou comment Jésus renverse L'ordre des valeurs

Dans le Livre de Samuel (chapitre 5, verset 8)* on lit que l'accès au temple de Jérusalem était interdit aux personnes en situation de fragilité, ce qui nous semble à nous au XXIè d'une très grande violence et d'une très grande injustice ! Avec toujours cette idée que les pauvres sont maudits ou condamnés.

"C'est justement cette idée que Jésus vient briser, explique le théologien, en montrant que ce sont précisément les infirmes, les pauvres, les boiteux, qui sont les premiers invités au royaume des cieux." Par sa compassion, Jésus "vient casser le modèle dominant jusqu'alors" : il va à l'encontre de cette idée que la santé et la richesse sont signes d'une prédilection de la part de Dieu.

 

*Source : AELF

 

00:00

00:00

Journée mondiale des pauvres: "ma foi m'a aidée à tenir debout"

Journée mondiale des pauvres: "ma foi m'a aidée à tenir debout"

Brigitte Blaise fait partie de l'association du Pont qui accompagne des personnes en situation de précarité. Croyante, elle affirme que "sa foi l'a aidée à tenir debout".

La Journée mondiale des Pauvres aura lieu dimanche 19 novembre. Pour répondre à l'appel du Pape François, de nombreuses communautés paroissiales vont réfléchir sur leurs activités auprès des plus pauvres. Brigitte Blaise est membre de l'association Le Pont qui, depuis 1986, accompagne des personnes en situation de précarité à Paris. Elle explique sa vision du monde, en marge d'une société qui ne sait pas toujours comme regarder les personnes pauvres.
 

Les différentes pauvretés empêchent d'aller vers l'autre

Pour Brigitte Blaise, c'est clair: "Il y a plusieurs formes de pauvretés. La plus grande, c'est l'isolement surtout à l'approche des fêtes de fin d'année", explique-t-elle. L'invitation du pape la réjouit, mais elle ne sent pas particulièrement visée: "Je crois que le pape parle des pauvres en général; ceux du cœur et d’argentIl veut que tout le monde soit accueilli dans l’Eglise."
 

"Le pape veut que les pauvres de coeur et d'argent soient accueillis dans l'Eglise"

Celle qui raconte avoir "connu pas mal de galère dans [sa] vie" avoue se sentir mal à l'aise dans les paroisses qu'elle fréquente. Elle y retrouve le regard qu'on pose souvent sur elle."C'est comme si les pauvres n'étaient pas normaux et qu'ils avaient peur de nous approcher. C'est comme si la pauvreté était une maladie.
 

le rapport difficile avec l'ETat

Brigitte Blaise ne s'intéresse pas à la politique "car, dit-elle, ça ne m'apporte rien du tout". Et pour cause: "pendant les élections, on compte beaucoup, après on tombe dans l'oubli." Mais la récente baisse des allocations au logement de 5 euros la révolte: "C'est catastrophique. Ils suppriment le budget d’une journée de nourriture." Sa proposition? "Les hommes politiques devraient demander aux pauvres leur avis, et non décider pour eux."

Comment envisage-t-elle son rapport avec les personnes financièrement aisées? "Je m’en fous, avoue-t-elle simplement. Il est vrai que je suis un peu jalouse. Mais surtout, je n’arrive pas à comprendre comment ceux qui ont tout ne sont pas heureux." Avant de conclure: "Ils n’ont pas la beauté du cœur. L'argent pour moi, ce n'est pas le plus important."
 

La foi pour s'en sortir

Selon Brigitte Blaise, la religion n'a pas d'importance, dans l'aide au pauvre. "N’importe qui y est invité, on a tous une responsabilité vis-à-vis de l’autre." Elle confie toutefois le rôle que joue la foi dans son parcours: "La foi m’a aidée à tenir debout."
 

"Aller à Lourdes m'a beaucoup aidée dans ma vie: c'est trop beau!"

Un événement l'a particulièrement marquée: un pèlerinage Mosaïque à Lourdes dont elle devient depuis 2015 une habituée et qu'elle ne raterait "pour rien au monde". "Je parle parfois à Dieu, et il m'arrive de l'engueuler", s'amuse-t-elle.

Extrait du poème "L'escalier", composé par Brigitte Blaise en décembre 2014

La vie est un escalier: certains montent, d'autres descendent
Et certains restent assis un instant
Parfois longtemps
Sur une marche de cet escalier de la vie.
On y fait de bonnes ou parfois de mauvaises rencontres.
En fait, chaque marche est l'objet d'une rencontre.
Sur les marches de l'escalier de la vie,
On y rencontre des souvenirs, bons ou mauvais.
Quel que soit l'escalier de ta vie, quel que soit ton chemin,
Prends conscience de chaque marche.
Et surtout, ne laisse jamais personne rater une marche, rater une rencontre.
Car dans l'escalier de la vie, même les pires rencontres ont une importance
Et nous aident à monter, de plus en plus haut.

La vente du recueil D’une rive à l’autre (Les Ateliers du Pont, 12€) au profit de l’association se fait par commande par mail (mjc.mjc@free.fr) ou par courrier à l’adresse du Pont: Association le Pont, 147 avenue de Clichy 75017 Paris.

00:00

00:00

Etienne Villemain: "accueillir les pauvres, cela nous donne un coeur aimant"

Etienne Villemain: "accueillir les pauvres, cela nous donne un coeur aimant"

La journée mondiale des pauvres se tiendra dimanche 19 novembre. Une journée instituée durant l’Année de la Miséricorde.

On doit cette idée à Etienne Villemain, le fondateur de l’association française Lazare, qui avait murmuré à l’oreille du pape cette idée d’une Journée mondiale des pauvres, l’an dernier, à Rome, à l’occasion du pèlerinage des personnes de la rue, Fratello.

Reconnaître que l'on est pauvre

"On est invité à reconnaître que l’on est pauvre. On est invité à accueillir les pauvres. Il faut que dans nos paroisses, nous accueillions les pauvres, leur proposer de vivre un temps spirituel, une veillée de prière, d’adoration, de réciter le chapelet. On va leur proposer de venir partager un repas. On ne peut pas demander à quelqu’un de prier avec nous s’il a le ventre creux" explique Etienne Villemain au micro de Béatrice Soltner.

Le fondateur de l’association Lazare ajoute que "dans nos maisons, on va leur laisser une place, la place du pauvre. Je me souviens d’un prêtre qui m’a dit qu’il était devenu prêtre car ses parents ont accueilli les pauvres. Accueillir les pauvres, cela nous donne un cœur aimant et qui nous ouvre à des dimensions que l’on n’imagine pas".
 

"On ne peut pas demander à quelqu'un de prier avec nous s'il a le ventre creux"

"L'Eglise est dans un temps nouveau"

Derrière le terme pauvre se cache une multitude de situations et de différences. "Des pauvres, il y en a partout autour de nous. Ce sont les personnes qui sont à la rue, mais cela peut aussi être la petite grand-mère isolée dans son appartement et qui n’a vu personne depuis des semaines. Il faut passer d’une foi reçue à une foi active" ajoute Etienne Villemain, et cette foi active passe par l’attention aux plus fragiles, selon lui.

Pour Etienne Villemain, l’Eglise prend véritablement conscience de l’importance de cette attention aux pauvres. "L’Eglise est plus vivante que jamais. On a eu un pape extraordinaire, le pape Jean-Paul II, qui était le pape de l’espérance. Le pape Benoît XVI était le pape de la foi. Et le pape François est le pape de la charité. L’Eglise est dans un temps nouveau, et nous devons se prendre par la main, avancer et accueillir les pauvres" conclut-il.

00:00

00:00

Sur le même thème :

Les dossiers RCF