[DOSSIER] Amoris Lætitia, l'exhortation apostolique sur l'amour dans la famille

A la suite du synode sur la famille, le pape François publie le 8 avril 2016 son exhortation apostolique "Amoris Lætitia". RCF vous propose une programmation spéciale pour vous en expliquer le contenu et les enjeux.

Amoris Laetitia: téléchargez l'exhortation apostolique du pape François

Amoris Laetitia: téléchargez l'exhortation apostolique du pape François

Le pape François a publié vendredi 8 avril son exhortation apostolique Amoris Laetitia, qui fait suite au double synode sur la famille. Un document à télécharger ici.

L’exhortation Amoris Laetitia fait un état des lieux des réalités diverses et complexes des familles dans le monde. Un texte rédigé simplement, accessible à tous, et qui n'est pas avare d'exemples concrets. Cette joie de l'amour, le titre de l'exhortation, se retrouve dans les différents chapitres du texte : la famille, la cellule du couple et donc le mariage, l'accueil de la vie et les enfants. Les "Relations conclusives" des deux Synodes y sont largement citées, mais également d’autres documents et enseignements des prédécesseurs du Pape François ainsi que des nombreuses catéchèses qu’il a prononcées sur la famille.

Et comme promis lors de la clôture du précédent synode pour la famille, l'exhortation laisse également de nombreuses pistes de réflexion, et d'action, pour les évêques, afin d'apréhender et d'accompagner au mieux les familles, l'objet de ce texte, quelles que soient leurs réalités. Parmi elles, la situation des divorcés-remariés qui avait suscité de vifs débats entre les évêques au moment su synode. A ce sujet, le pape reprend à son compte les préconisations des évêques, et semble entrouvrir une porte de l’Eglise qui était jusque-là fermée à ces couples.

Cette exhortation apostolique entend bien rappeler qu'il n'existe pas de famille idéale, mais que cette cellule familiale, que l'Eglise entend bien accompagner de son mieux, est à la fois riche et complexe. Un texte loin d'être abstrait et déconnecté de la réalité, mais au contraire porteur d'une véritable attention pastorale, que les évêques auront désormais à charge de mettre en place. Un document qui se veut force de suggestions spirituelles, mais également d'indications très pratiques, qui révèle une observation et une attention toute particulière du Saint-Père pour les familles. 

> Téléchargez l'exhortation apostolique "Amoris Laetitia" [ format PDF - 250 ko ]

 

"Amoris Lætitia", l'Eglise rejoint les familles

Le Temps de le dire

Avec "Amoris Lætitia", le pape François plaide pour une Église non pas dogmatique et intrusive mais accueillante. Émission exceptionnelle par Stéphanie Gallet.

En 250 pages, neuf chapitres et 325 paragraphes, le pape François partage son regard sur les familles dans son exhortation apostolique, "Amoris Lætitia". Depuis vendredi, beaucoup se sont enthousiasmés sur la beauté et la bienveillance des mots du pape. Monique Baujard salue "un texte superbe" - elle recommande à ceux qui veulent le lire de commencer par les paragraphes 90 à 119, où se trouve le commentaire de l'hymne à la charité écrit par saint Paul. Philippine de Saint-Pierre confie son "immense joie de voir comment à travers ce texte le pape réaffirme l'amour de l'Eglise pour les familles". Avec le pape François, l'Eglise se place en position d'accompagner, d'aider au discernement et surtout, en cette Année de la Miséricorde, de porter un regard de miséricorde sur les familles. Rien d'étonnant pour ceux qui suivent de près le pontificat de François. Pour Bernard Lecomte, en effet: "le pape est tel qu'on l'a connu dès le lendemain du conclave, on a compris que son axe principal est une Eglise qui accueille et pas une Eglise qui condamne". Le vaticaniste d'ajouter: "je suis assez fier de mon Eglise, quand un pape est capable en deux ans de publier deux textes aussi bien faits, aussi intelligents, aussi riches que Laudato si' et Amoris Lætitia".

"Ce texte est magnifique!" Bernard Lecomte

Ceux qui attendaient une révolution pour les divorcés-remariés et les couples homosexuels ou au sujet de la contraception seront déçus. Depuis l'ouverture de la première session du synode, on a vu les médias relayer de très fortes attentes - "exprimées de manière très mécanique", observe d'ailleurs Philippine de Saint-Pierre. Ce qui semble essentiel à comprendre sur ces points précis c'est que l'Eglise refuse donc de se placer comme émettrice d'une norme applicable à tous. "On est dans une démarche de proposition de chemin de bonheur", explique la directrice de KTO. En pasteur, le pape invite donc au discernement: ces questions devront être traitées au cas par cas, en lien avec le curé de paroisse. C'est aussi un "appel à l'intelligence, à la liberté de conscience de l'homme", que Bernard Lecomte oppose au "discours résolument binaire, dans lequel il faut être pour ou contre" proposé généralement des médias. Il s'agit là pour le p. Antoine Guggenheim non pas d'annoncer une loi mais de "révéler que la loi est une grâce", qui permet à tous de s'accomplir.

"Le pape a ce charisme-là de savoir ramener à l'essentiel: il ne parle pas tant des conditions extérieures que de ce qui se passe dans le coeur de l'homme."  Philippine de Saint-Pierre

Pas de rupture radicale, donc, mais l'on s'y attendait ; en revanche un véritable un changement de paradigme. Terminée, l'institution qui, du haut de son histoire et de ses dogmes, juge et condamne. On est entré dans l'ère du discernement et de la miséricorde où chacun, quoi qu'il ait fait, est accueilli et accompagné. "On avait l'habitude d'une Eglise qui juge de tout, qui donne des normes ; on a la chance d'avoir un pape pasteur, quelqu'un qui a le sens de la formule et de la parabole", confie Bernard Lecomte. Le texte qui s'adresse aux croyants du monde entier arrive par des formules extrêmement simples à rejoindre les réalités de chacun. Philippine de Saint-Pierre note qu'il parle "comme un bon curé de paroisse: n'allez pas vous coucher sans vous etre réconcilier, faites attention aux belles-mères qui peuvent être destructives si elles sont intrusives, etc.". La directrice de KTO salue un "charisme" du pape de "savoir ramener à l'essentiel: il ne parle pas tant des conditions extérieures que de ce qui se passe dans le coeur de l'homme".
 

En résumé, le pape commence par une méditation "très pure" de deux psaumes qui décrivent la joie de la famille "quand ça fonctionne", explique le père Antoine Guggenheim. Ensuite, il parle des défis de la famille, il rappelle ses difficultés. Le souverain pontife fait même une autocritique de la manière dont Eglise se réfère parfois à la vie du couple et des familles. Il rappelle combien est fondamentale la nécessité d'agir comme le Christ et d'aller vers les personnes non pas pour les réprimander. "Si l'Eglise ne contemple pas le Christ, elle n'est qu'une administration." Le pape propose aussi "une mystique de la Trinité", il montre comment l'intelligence de la Trinité permet de comprendre l'amour humain. Il parle de la finalité du mariage et aborde les questions de la fécondité, de l'altérité, de l'éducation des enfants, des fragilités humaines. Pour enfin proposer une spiritualité de la famille.

 

"Il ne s'agit pas de démontrer la cohérence de ce que dit l'Eglise, mais de donner envie de marcher dans le chemin de l'Evangile". Père Antoine Guggenheim

 

Dans une logique très ignacienne le pape récapitule donc la vision de l'Eglise, il donne la manière et de l'aborder et montre comment elle rejoint la vie des gens. Lors des deux sessions du Synode sur la famille, on avait vu s'exprimer des points de vue très opposés. Ce qui est très nouveau dans la méthodologie employée par le pape François c'est qu'il fait une synthèse "de tout", convient Bernard Lecomte, "et pas seulement de ce qui va dans le sens qu'il aurait souhaité... il faut reconnaître que c'est très moderne". Pour Philippine de Saint-Pierre, "le pape montre ainsi que l'Eglise n'a pas peur de laisser se confronter les points de vue" ni de les écouter. Le p. Antoine Guggenheim conclut sur un texte "construit selon l'idée de donner envie, il ne s'agit pas de démontrer la cohérence de ce que dit l'Eglise, mais de donner envie de marcher dans le chemin de l'Evangile".

 

Amoris Lætitia, une pédagogie de l'amour

Amoris Lætitia, une pédagogie de l'amour

Avec pédagogie et fraîcheur de langage, le pape encourage à oser la vie de famille. Les observateurs saluent un texte proche des réalités des familles. Par Florence Gault et Aurore Dumser.

"On a vraiment l'impression que les familles sont connues et aimées par le pape", se réjouit Nathalie Mignonat, qui avait participé au synode sur la famille en tant qu'auditrice. En plus de 260 pages, "Amoris lætitia" ("La joie de l’amour"), l’exhortation post-synodale du pape François sur la famille, reprend les conclusions des deux synodes d’octobre 2014 et 2015. Un texte publié ce vendredi 8 avril et qui suscite un réel enthousiasme. Ainsi, le recteur de l'Institut catholique de Paris y voit "un très beau texte" où il retrouve "le ton du pape François". Pour lui, "on sent que le pape a une expérience très concrète de la vie de famille". Et selon le p. Cédric Burgun, le pape "se penche sur les fragilités de la vie conjugale".

Depuis plus de deux ans en effet, le pape François a mis l'Eglise à écoute des familles. Après un questionnaire adressé aux paroisses et deux synodes, le texte "accueille, selon Oranne de Mautort, les réflexions des fidèles, des théologiens, des évêques, de l'Eglise tout entière". Un texte qui englobe toutes les situations familiales, de la perte d'un proche à des états de vie conjugale divers. "Un texte indissociable de l'Année de la miséricorde, pour Mgr André Vingt-Trois, et dont l'objectif est de mettre la miséricorde à l'ordre du jour".

Dans un langage compréhensible et concret, le texte invite à l’accueil et l’accompagnement des situations de chacun, sans jugements. Il insiste sur l’importance de l’éducation à partir de la Parole de Dieu, de la formation sexuelle des enfants et incite à revoir les pratiques de la pastorale familiale. Sur l’épineuse question de l’accès aux sacrements des personnes divorcées-remariées, si les règles ne changent pas, le pape invite l’Église à aider chacun à trouver sa propre manière de faire partie de la communauté ecclésiale. Au bout du compte, cette exhortation apostolique se révèle moins un document magistériel qu’un guide de conseils à l’adresse de l’Eglise et des couples et familles, en particulier ceux en souffrance. On sent aussi dans ce texte une implication plus personnelle du pape François.

« Il s’agit d’intégrer tout le monde, on doit aider chacun à trouver sa propre manière de faire partie de la communauté ecclésiale, pour qu’il se sente objet d’une miséricorde ‘‘imméritée, inconditionnelle et gratuite’’. Personne ne peut être condamné pour toujours, parce que ce n’est pas la logique de l’Évangile ! Je ne me réfère pas seulement aux divorcés engagés dans une nouvelle union, mais à tous, en quelque situation qu’ils se trouvent. » (par. 297)

 

Pour Mgr Philippe Bordeyne, le texte insiste sur un "émerveillement devant l'amour de Dieu". Le recteur de l'Institut catholique de Paris rappelle que "dans l'enseignement traditionnel de l'Eglise, la famille est la cellule sociale de base". Un terme que le pape n'emploie pas spécifiquement dans "Amoris Lætitia", mais l'idée transparaît tout au long de ces lignes. "Quand un homme et une femme savent prendre le temps de regarder l'autre avec ses limites et ses forces, et font la même chose vis à vis de leur enfant, quelque chose se passe de l'ordre de la venue de Dieu et de la construction de la société", exprime Mgr Philippe Bordeyne. Après "Evangelii Gaudium" - La joie de l'Evangile - l'Eglise propose "Amoris Lætitia" - La joie de l'Amour: "On est passé d'une joie plus intérieure à une joie éclatante à laquelle invite le pape".

"Tous les débats doctrinaux, moraux ou pastoraux ne doivent pas être tranchés par des interventions magistérielles", peut-on lire en préambule. Le pape insiste sur la nécessite d'accompagner, de discerner et d'intégrer les personnes dites "en situation compliquée". De manière générale, et c'est là un des points centraux du texte, le pape laisse la possibilité à chaque pays ou région de chercher des solutions plus inculturées, attentives aux traditions et aux défis locaux.

 

Amoris Laetitia: "l'Evangile a une saveur universelle" pour Mgr Nzapalainga

Amoris Laetitia: "l'Evangile a une saveur universelle" pour Mgr Nzapalainga

Cette exhortation est le reflet des situations familiales vécues à travers le monde, comme par exemple en Afrique.

Lors du précédent synode, certaines voix africaines s’étaient élevées pour dénoncer des débats entièrement centrés sur les problématiques "occidentales" que seraient les divorcés-remariés, les couples non-mariés et l’homosexualité. Pour Mgr Nzapalainga, archevêque de Bangui en Centrafrique, "l’Evangile a une saveur universelle. Il revient à chaque peuple de converger vers cela. Nous ne pouvons pas mettre notre culture devant l’Evangile, bien au contraire. Je crois que la réalité d’un continent à l’autre change, mais le message reste unique."

Concernant le texte de l'exhortation apostolique, le prélat le voit comme un texte centré sur l'amour. "L’amour est au cœur de toute famille. Il y a des points fondamentaux que l’humanité ne peut pas négliger c’est la question du respect des différences, et c’est là que se trouvent les richesses également. L’homme et la femme ont été créés par Dieu. Il y a la question de la fidélité, d’indissolubilité. Le pape a demandé d’alléger les procédures au niveau canonique mais l’indissolubilité n’a pas changé" explique-t-il.

L'évêque de Bangui conclut en affirmant que "les clés pour comprendre le christianisme sont au cœur de ce texte et nous pensons que c’est une bonne nouvelle d’amour qui est transmise au peuple de Dieu."

00:00

00:00

 

Exhortation apostolique: les évêques chargés de préparer le terrain

Exhortation apostolique: les évêques chargés de préparer le terrain

Le Conseil pontifical pour la famille vient de demander aux évêques d’organiser une conférence de presse vendredi 8 avril, pour la publication de l’exhortation apostolique du pape François.

C’est l’aboutissement du synode pour la famille. L’exhortation apostolique qui résume les nombreuses heures de débats et de dialogue du précédent synode pour la famille sera publié vendredi 8 avril prochain, en milieu de journée. Un texte qui fera office de référence pour l’Eglise, dans les années à venir, dans le domaine de la famille, et de l’accueil, et de la compréhension par l’institution religieuse des différentes formes de famille.

Pour préparer le terrain sur le plan pastoral, et cet aspect-là importe particulièrement aux yeux du pape François, le Conseil pontifical pour la famille a demandé à tous les évêques de l’Eglise catholique de préparer une conférence de presse, qui sera organisée vendredi 8 avril, jour de la publication de l’exhortation, afin de présenter ce texte, et de nommer un expert de la pastorale familiale, un théologien ou bien un couple, capable de porter ce sujet dans le diocèse.

Pour Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du diocèse du Havre, cette exhortation "reprend ce qui a été comme arête vive de cette période synodale que nous avons vécue depuis deux ans. L’Eglise se reconnaît la responsabilité d’accueillir les personnes qui s’adressent à elle non pas comme une instance qui édicte des normes mais une instance qui accueille et qui accompagne dans un discernement pour éclairer."

Il ajoute que l’Eglise se doit également d’accueillir "des familles qui seront dans des situations diverses et qui auront à discerner par quel chemin elles peuvent mettre en œuvre cette vérité concernant le mariage et la famille. Ce terme de chemin de discernement a été une insistance marquée durant toute la période du synode, ce que le Saint Père va reprendre probablement dans cette exhortation". 

Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du diocèse du Havre: 

00:00

00:00


 

Les dossiers RCF