[Ecclesia Campus] Des jeunes qui s'engagent auprès des plus pauvres

Présentée par ,

S'abonner à l'émission

EMISSION SPECIALE

mardi 6 février à 21h00

Durée émission : 5 min

EMISSION SPECIALE

© Corinne SIMON/CIRIC - 4 février 2018 : 3e édition du rassemblement national étudiant Ecclesia Campus sur le thème "s'engager pour s'épanouir". Lille (59), France.

Ils étaient 3.000 étudiants catholiques à Lille le week-end dernier. Représentants de la génération internet, ils ont réfléchi au sens de l'engagement et des rencontres "dans la vraie vie".

00:00

00:00

"S'engager pour s'épanouir". C'est le thème qui a réuni à Lille 3.000 étudiants, les 3 et 4 février derniers. Un grand rassemblement national étudiant organisé tous les trois ans par Ecclesia Campus, la pastorale étudiante de l'Église catholique en France, qui anime et soutient un réseau de 150 aumôneries et 80 communautés Chrétiens en Grande École (CGE). Un événement qui a lieu tous les trois ans et qui cette année revêt une importance toute particulière puisqu'en octobre 2018 a lieu à Rome le synode sur le thème: "Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel". En 2018, qu'est-ce qui motive les jeunes?
 

"L'abbé Pierre dans les années 50 disait 'il faut un toit', nous on rajoute : 'et il faut aussi des amis'"

 

 

Le sens de l'amitié

Ils ont grandit avec internet : un outil qui permet de multiplier les rencontres et les opportunités... virtuelles. Lors du rassemblement Ecclesia Campus, plusieurs tables-rondes ont été organisées, dont une sur le thème "S'engager auprès des plus pauvres". C'est-à-dire envisager la rencontre avec l'autre sans que celle-ci ait été programmée par des algorithmes, chargés de sélectionner dans sa base de données les profils qui vous ressemblent.

Les participants à cette table-ronde étaient Jean-Marc Potdevin, le fondateur du réseau social Entourage, et Etienne Villemain, fondateur de l'association Lazare. "Une génération d'associations qui disent un peu la même chose, en réalité, c'est-à-dire que l'abbé Pierre dans les années 50 disait 'il faut un toit', nous on rajoute et 'il faut aussi des amis'", explique Jean-Marc Potdevin.

 


ÉCOUTER ► 60 ans après l’appel de l’abbé Pierre, qui crie aujourd’hui?


 

Trop jeunes pour s'engager ?

Marine de Blic n'est plus étudiante mais jeune professionnelle. Cette enseignante a fait le choix assez radical de vivre en colocation avec des personnes ayant connu une grande précarité et la vie à la rue. Un choix de vie radical mais cohérent avec ses convictions, car pour elle, "le mal du siècle c'est justement l'engagement". "Je le vois très bien avec mes élèves, témoigne-t-elle, on est à l'ère du zapping, en classe, les activités doivent être courtes et rester engagé sur du long terme c'est quelque chose de difficile aujourd'hui." Être jeune et s'engager selon elle c'est possible, ce n'est juste "pas tout à fait dans l'air du temps"...

 



 

D'internet à "la vraie vie", le témoignage de Jean-Marc Potdevin

Utiliser internet pour créer du lien, ce n'est plus un vain mot quand il s'agit de connecter entre eux des personnes de la rue et des voisins. L'anonymat et l'indifférence sont ce dont on souffre le plus quand on vit sur un banc ou que l'on dort à même le trottoir. Et c'est la raison pour laquelle Jean-Marc Potdevin, ancien vice-président de Yahoo ! Europe, a décidé de s'engager. À force de passer devant eux chaque jour en allant au travail, un jour ça a été le déclic. "C'est vraiment ces rencontres-là qui m'ont donné l'impulsion de lancer le réseau Entourage, témoigne-t-il, car une fois que la relation a été établie avec ces personnes de la rue, je me suis retrouvé dans des tas de galères auxquelles je ne savais pas répondre..." En voulant aider ces personnes, il s'est rendu compte que lui-même avait besoin d'aide. D'où l'idée d'un réseau.

Nul doute que le parcours de vie de Jean-Marc Potdevin ne laissera pas indifférents des étudiants en plein questionnement sur le sens de leur vie. Cet ingénieur de formation qui a vécu l'engouement pour les nouvelles technologies au début des années 2000, a connu la réussite et le succès. Sa société, Kelkoo, dont il était directeur technique, a été vendue pour près de 500 millions d'euros à Yahoo!. "Il y a eu une certaine visibilité, une certaine gloire, beaucoup d'argent, beaucoup de travail... Et un vrai questionnement sur le sens de la vie. Je me suis rendu compte qu'il manquait quelque chose dans ma vie." En 2006, il quitte Yahoo! pour "essayer de comprendre le sens de la vie" et prendre le temps de répondre à cette question : "Pourquoi est-ce que je n'étais pas heureux alors que j'avais gagné de l'argent, que j'avais une famille et que j'avais un travail?"

La réponse, il l'a trouvée en partant tout seul faire le point vers Compostelle. "J'ai rencontré le Christ devant le Saint-Sacrement, c'était le jour de l'Ascension, le 1er mai 2008, vers 17 heures." Quelques années plus tard, en 2016, il lançait Entourage. Une apppli qui nous fait voir le web à l'envers. "Les réseaux sociaux ont eu tendance à virtualiser la relation, nous on essaie d'utiliser la technologie à l'envers des réseaux sociaux habituels, c'est-à-dire vers la rencontre dans la vraie vie."

 

 

Invités

  • Jean-Marc Podvin , créateur du réseau social Entourage

  • Marine de Blic , enseignante, colocataire dans une maison Lazare

Sur le même thème :

L'émission

Durée variable

Evénement exceptionnel, temps fort spirituel ou fait marquant de l'actualité... restez connectés sur RCF !

Les présentateurs

Elise Le Mer

Elise Le Mer est une journaliste bretonne qui a travaillé 5 ans pour RCF Anjou avant de rejoindre le Nord pour cette rentrée 2016. Ce nouveau départ est l'occasion pour elle de faire profiter les auditeurs de son nouveau regard sur notre région.

Arnaud Dernoncourt

Arnaud Dernoncourt est directeur de RCF Nord de France depuis septembre 2017.