La Semaine missionnaire mondiale

© Œuvres pontificales missionnaires - La Semaine missionnaire mondiale 2017 a pour thème "Ensemble, osons la mission!"

Du 15 au 22 octobre, la Semaine missionnaire mondiale 2017 a pour thème "Ensemble, osons la mission!". Toutes les paroisses du monde invitent les fidèles à s’informer, prier et partager sur la mission. RCF vous propose des rendez-vous tout au long de la semaine, en partenariat avec les Œuvres pontificales missionnaires.

Les Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM) ont pour but de "promouvoir l’esprit missionnaire universel au sein du Peuple de Dieu". Il leur revient la tâche première de donner une impulsion à la coopération, pour harmoniser les forces missionnaires et garantir une distribution équitable des aides financières qu’elles reçoivent pour la mission de l’Église dans les pays les plus démunis. 1.100 diocèses sur les 5 continents reçoivent, par les Œuvres Pontificales Missionnaires, l’aide nécessaire à leur mission d’évangélisation. > Œuvres pontificales missionnaires

 

Programmation spéciale sur RCF

• Claire Sennès, ancienne volontaire au Burkina Faso - Témoin, mardi 17 octobre à 16h
Partir comme volontaire à l'étranger, c'est ce que propose la Délégation catholique pour la coopération. Claire Sennès s'est lancé dans l'aventure et a posé ses valises en Afrique. Elle témoigne au micro de Béatrice Soltner.

• Série spéciale Semaine missionnaire - L'Actualité chrétienne, tous les jours à 7h15
Chaque jour un portrait d'acteur engagé dans la mission, présenté par Pauline de Torsiac

• Oser être missionnaire - Halte Spirituelle, tous les jours à 15h
La mission demande une certaine audace. Avec courage et simplicité, la Semaine missionnaire mondiale nous invite à annoncer l'Évangile. Véronique Alzieu reçoit le théologien Pierre Diarra.

 

Évangéliser, il faut oser

Halte spirituelle, l'intégrale

Dieu est amour et l'amour n'attend pas! Voici 5 bonnes raisons d'oser parler de Jésus et de l'Évangile autour de soi, à l'occasion de la Semaine missionnaire mondiale (du 15 au 22 octobre).

Au travail, dans le train, dans le métro... et si on osait parler de la foi chrétienne? Souventn on a peur de déranger ou de la réaction que l'on peut susciter. Évangéliser, c'est partager la foi chrétienne autour de soi, et cela demande un engagement, une prise de risque. Mais il ne faut pas être seul pour cela, selon Pierre Diarra, évangéliser "c'est l'affaire de tous les baptisés: si nous devons évangéliser c'est ensemble que nous le faisons".
 

Dieu est amour et l'amour n'attend pas!

 

LA SEMAINE MISSIONNAIRE MONDIALE - Du 15 au 22 octobre, la Semaine missionnaire mondiale 2017 a pour thème "Ensemble, osons la mission!". Toutes les paroisses du monde invitent les fidèles à s’informer, prier et partager sur la mission. RCF vous propose des rendez-vous tout au long de la semaine, en partenariat avec les Œuvres pontificales missionnaires.
> En savoir plus

 

 

ne pas être seul pour évangéliser

Aujourd'hui au sein de l'Église catholique, il existe de nombreux groupes d'évangélisation qui permettent de discerner sur la façon d'être missionnaire. Parmi eux, des "écoles de mission", comme l'Ecole de Charité et Mission (ECM) proposée par la communauté de l'Emmanuel, ou CapMissio ouverte en 2015 dans le diocèse de Montpellier. Il existe aussi des groupes spécialisés dans l'évangélisation, comme Anuncio ou encore la Communion Priscille et Aquila. Ou encore les Parcours Alpha qui proposent à tous, chrétiens ou non, des temps d'échanges et de convivialité sur ce qui donne sens à la vie.

 



 

5 bonnes raisons d'évangéliser aujourd'hui

Il y a urgence à évangéliser, nous dit Pierre Diarra. Il nous explique pourquoi il est importante de témoigner de sa foi chrétienne et de proposer l'Évangile autour de soi.

1. "Dans notre monde aujourd'hui il y a de nombreuses personnes qui ne connaissent pas Jésus Christ". Or, évangéliser c'est faire profiter à tous de la joie que procure la foi chrétienne. "Gardons dans nos coeurs la joie de l'amour de Dieu et partageons cette joie de nous aimer les uns les autres comme Il aime chacun de nous", dit une prière de Mère Teresa.

2. "Dieu est amour" et l'amour n'attend pas! Donc il est urgent de dire à tous qu'ils sont aimés de Dieu et que son fils Jésus est l'incarnation de ce message.

 



 

3. L'amour de Dieu se communique. De même que l'amour de Dieu se partage entre les trois personnes de la Trinité, ce même amour concerne l'ensemble de l'humanité.

4. Dire à tous que Dieu est amour c'est dire aux pauvres qu'ils ne sont pas oubliés. Aussi les personnes qui se convertissent au Christ ont-elles le devoir de proposer cet amour à leurs contemporains, elles participent ainsi à la mission-même du Christ. C'est cela être disciple missionnaire.

 



 

5. L'Esprit saint précède le missionnaire. "Avant l'arrivée du missionnaire, Dieu est déjà à l'œuvre par l'Esprit saint." Ce que les théologiens appellent des "pierres d'attente" désigne ces lieux où Dieu est déjà présent sans qu'on le sache et qui ne demandent qu'à être réveillés.

 

La mission, une joie profonde pour Soeur Cécile

​"Ensemble, osons la mission !" C’est le thème cette année de la Semaine Missionnaire Mondiale qui a démarré dimanche.

Une mission, annoncer l'Évangile

La Semaine Missionnaire Mondiale a débuté dimanche dernier, et s’achèvera dimanche 22 octobre prochain, pour la fête de la Saint Jean Paul II, par le dimanche de la Mission. Cette semaine particulière permet de s’informer sur la vie des chrétiens à travers le monde. C’est aussi l’occasion de prier pour la mission et de participer à la grande quête, qui aura lieu dans une semaine pour soutenir l’évangélisation dans le monde.

L’annonce de l’Évangile, c’est bien le cœur de l’action des sœurs missionnaires catéchistes du Sacré-Cœur. Cette congrégation fondée en 1922 à Menton est présente en France mais aussi en Afrique. Sœur Cécile fait partie de la cinquantaine de religieuses de la communauté. D’origine togolaise elle a été envoyée en mission dans des villages au Togo, au Bénin et au Cameroun. 

Une joie profonde pour les missionnaires

Elle revient, au micro de Pauline de Torsiac, sur son action sur le terrain. "On part le matin, on va dans les écoles, dans les villages les plus reculés" explique-t-elle notamment. Sa mission, soeur Cécile la vit en enseignant dans les écoles, en faisant le catéchisme aux enfants, et en formant d'autres catéchistes à la transmission de la parole de Dieu. 

Une joie profonde pour cette religieuse, mais également pour tous ceux qui bénéficient de son enseignement, comme elle le rappelle. Une joie toute spécialement partagée par les enfants, explique-t-elle. Rappelons que les paroisses catholiques sont toutes invitées le 22 octobre prochain à célébrer le dimanche missionnaire mondial et à participer à la quête mondiale des OPM. 
 

Semaine Missionnaire Mondiale: "le Nigéria est une zone de première évangélisation"

Focus sur la Société des Missions Africaines, à l'occasion de la Semaine Missionnaire Mondiale, avec le père Emile Kouakou, en mission au Nigéria.

Cette semaine, l'Eglise célèbre la Semaine Missionnaire Mondiale. Une semaine qui permet à tous les chrétiens de s'informer sur l'actualité de la mission de l'Eglise dans le monde, et de prier pour ceux qui acceptent de tout quitter pour aller évangéliser au-delà des frontières.
 

Le Nigéria, une zone de première évangélisation

C'est le cas des membres de la Société des Missions Africaines. Cette congrégation a été fondée en 1856 par Mgr de Marion Bresillac. Elle compte aujourd’hui 900 membres. Des prêtres et mais aussi des laïcs, présents essentiellement en Afrique et qui oeuvrent auprès des plus défavorisés. C’est le cas du Père Emile Kouakou qui a été envoyé en mission au Nigéria dans l’Etat du Niger. Il s'est confié à Pauline de Torsiac.

"C’est une zone de première évangélisation. Nous essayons d’y aider les plus défavorisés, qui se retrouvent livrés à eux-mêmes. Nous avons notamment plusieurs enfants qui ne vont pas à l’école, et pour nous les missionnaires, il s’agit de les aider à travers l’alphabétisation, en construisant des écoles, et en gérant des dispensaires" explique-t-il notamment.
 

"Mettre en oeuvre quelque chose de pratique"

Cette mission d’évangélisation commence par une prise en charge humanitaire de tous et pas seulement des chrétiens. "Il ne faut pas seulement aller rencontrer les gens pour leur dire que Dieu les aime. Il faut mettre en œuvre quelque chose de pratique comme les hôpitaux, les écoles. Le plus important, c’est d’œuvrer d’une manière humanitaire. Il s’agit de rentrer dans un milieu, de ne faire qu’un avec les gens, et de venir à leur secours" ajoute le père Kouakou.

L’œuvre des missions africaines, c’est donc une présence auprès de tous sur le terrain pour éduquer, soigner, mais aussi pour aider les chrétiens à trouver leur place dans cet Etat du Nigéria où ils sont minoritaires. Pour en savoir plus sur l’action de cette congrégation, rendez-vous sur missions-africaines.net
 

Semaine Missionnaire Mondiale: "les Spiritains sont là où l'Eglise n'est pas présente"

La Semaine Missionnaire Mondiale a débuté dimanche dernier et se poursuit jusqu’au dimanche prochain avec pour thème : "Osons la mission".

"Être présent là où l'Eglise n'est pas présente"

La Semaine Missionnaire Mondiale est une initiative portée par les Œuvres Pontificales Missionnaires (OPM). A cette occasion, de nombreuses congrégations et sociétés de missionnaires sont mises en avant. A l’image des Spiritains, de la Congrégation du Saint-Esprit.

Depuis 300 ans, ils évangélisent les pauvres et les opprimés. Frère Vincent a 37 ans, il est actuellement en formation pour devenir spiritain. Il revient sur le charisme de cet institut clérical de droit pontifical. "C’est une congrégation religieuse. Cela veut dire qu’elle forme des prêtres et des frères, pour une vie religieuse et communautaire que l’on partage ensemble. Elle est structurée sur la prière commune, et autour de la mission. Le charisme des Spiritains est d’être présent là où l’Eglise n’est pas présente avec le souci principal d’être aux côtés des plus pauvres" explique-t-il au micro de Pauline de Torsiac.

La liberté de trouver de nouvelles solutions dans la Mission

Aujourd’hui, ce sont 2 600 spiritains qui font partie de cette Congrégation du Saint-Esprit sous la protection du Cœur immaculé de Marie. Ils œuvrent sur les cinq continents et principalement en Afrique. "Il y a deux types de mission : assurer une vie de paroisse dans des endroits assez reculés ou assurer l’éducation de personnes ou d’enfants. On est aussi présent sur le développement dans certains pays où il y a très peu de chrétiens" ajoute-t-il.

Annoncer l’Evangile aux pauvres à travers des œuvres de développement, d’éducation, ou des œuvres paroissiales, c’est donc le cœur de la Congrégation du Saint-Esprit. Frère Vincent ne l’a pas choisie par hasard. "L’avantage de l’institut dans lequel je suis est qu’il y a une grande liberté. On est consacré à l’Esprit Saint avec la nouveauté qui nous pousse à trouver de nouvelles solutions à des problèmes très concrets, basées sur la foi" conclut-il.

Sur le même thème :