L'Avent, avancer vers Noël avec Charles de Foucauld

Quatre semaines avant Noël s'ouvre le temps de l'Avent. Une période pour se préparer à Noël, la fête qui célèbre la naissance du Christ, Dieu fait homme. Par le mystère de l'incarnation Dieu entre dans nos vies humblement.

1916-2016 | Centenaire de la mort de Charles de Foucauld

A l'occasion du centenaire de sa mort le 1er décembre 1916, RCF vous propose d'avancer vers Noël avec le bienheureux Charles de Foucauld comme guide spirituel. Chercheur insatiable de la présence du Christ, il a été puiser dans le silence et la désolation du désert une foi sans cesse renouvellée. Charles de Foucauld est aussi un guide pour tout artisan du dialogue islamo-chrétien.
 

 

La quête d'absolu de Charles de Foucauld

La quête d'absolu de Charles de Foucauld

On célèbre le centenaire de sa mort. Charles de Foucauld sera notre guide sur RCF tout au long de l'Avent, pour nous préparer à Noël. Béatrice Soltner reçoit Sœur Christine Kohler.

Dimanche 27 novembre 2016: premier dimanche de l'Avent. Une période litturgique durant laquelle les chrétiens sont invités à préparer la fête de Noël. Comment faire de la place à ce Dieu qui prend visage d’enfant et qui désire naître en chacun d’entre nous? Tout au long de l'Avent, Halte Spirituelle vous accompagne avec Charles de Foucauld. Il est mort il y un siècle, le 1er décembre 1916, après avoir vécu dans le désert saharien au milieu du peuple touareg.

Au fond qui es-tu? C'est la question que Charles de Foucauld n'a cessé de posé à Dieu. En ce temps de l'Avent, chacun est invité à faire de même: à creuser en soi le désir de connaître Dieu. On peut aussi se demander: "Est-ce que je le cherche vraiment?" Un questionnement destiné à infiltrer toute notre vie et aussi nos relations aux autres.
 

Prière de Charles de Foucauld
Mon Père,
Je m’abandonne à toi,
Fais de moi ce qu’il te plaira.
Quoique tu fasses de moi, je te remercie.
Je suis prête à tout.
J’accepte tout.
Pourvu que ta volonté se fasse en moi, en toutes tes créatures,
Je ne désire rien d’autre, mon Dieu.
Je remets mon âme entre tes mains.
Je te la donne, mon Dieu,
Avec tout l’amour de mon cœur,
Parce que je t’aime,
Et que ce m’est un besoin d’amour de me donner,
De me remettre entre tes mains,
Sans mesure,
Avec une infinie confiance,
Car tu es mon Père.

 

Homme épris d'absolu, dont la vie a été très mouvementée, Charles de Foucauld a perdu la foi vers 15 ans. Mais la la question de Dieu s'est réveillée en lui, notamment à la rencontre des musulmans dans le désert. Avant sa conversion au christianisme, il a été témoin de vies marquées par la présence de Dieu. 
 

Charles de Foucauld était "très habité par le mystère de la Visitation", explique Sr. Christine Kohler. Il est parti au Sahara "avec Jésus présent en lui" et une confiance dans "le rayonnement de Jésus en lui". Son message spirituel est centré sur l’amour, l’amour du Christ et l’amour de tout homme, réunis au cœur d’une grande fraternité universelle. Il est un guide pour tous ceux qui sont dans une quête intérieure, une recherche de prière et d'authenticité. Il incarne les vertus évangéliques de simplicité, fraternité, humilité. Un véritable guide pour l'Avent 2016 sur RCF.

 

L'itinéraire surprenant de Charles de Fouclaud, par Jean-François Six

L'itinéraire surprenant de Charles de Fouclaud, par Jean-François Six

Charles de Foucauld est un être multiple en perpétuelle recherche. Le P. Jean-François Six est spécialiste de Charles de Foucauld, prêtre, et coordinateur de la confrérie de l'Union.

Un homme de famille riche, à la jeunesse désordonnée, devenu pauvre parmi les pauvres, ermite dans le désert saharien. Dans l'imaginaire collectif national, une certaine légende demeure à propos de Charles de Foucauld, une image d'Epinal qui masque la réalité. Annexé par l'armée de l'époque et l'Eglise d'hier et d'aujourd'hui, entre récupération idéologique et pieux témoignage: qui est le vrai Charles de Foucauld? Un homme multiple, insaisissable, inclassable. Ou bien un être en perpétuelle recherche animé d'une passion jamais éteinte, la recherche de l'absolu. Le P. Jean-François Six est l'auteur d'une synthèse publiée en juin 2016, "Charles de Foucauld, sa vie, sa voie" (éd. Artège). Il aime présenter sa vie en trois phases.
 

"La grande vocation de Foucauld c'est d'être marin."

 

Première phase | Une fureur de vivre

"C'est extraordinaire quand on regarde sa vie de voir que cet orphelin à l'âge de 6 ans va trouver une sorte de résilience à cause d'une énergie vraiment indomptable, une sorte de fureur de vivre." Charles de Foucauld est né en 1858 à Strasbourg. Orphelin dès l'enfance, il est profondément marqué par la mort de ses deux parents. Une perte qui créé chez lui un vide affectif profond, puis une perte de foi. Homme de son temps, lecteur insatiable, "très grand scientifique", sportif assidu, il entre à l'école militaire de Saint-Cyr, "à contre-cœur", car "la grande vocation de Foucauld c'est d'être marin" et explorateur. Ce qui ne l'empêche pas de mener une vie mondaine dense.

"JAMAIS ARRIERE, TOUJOURS DE L'AVANT." Fidèle à la devise de sa famille aristocratique, cet explorateur dans l'âme va au bout de ce qu'il entreprend. Quand l'occasion lui est donnée de découvrir le Maroc, la société de Géographie lui décerne une médaille d'or pour tous les renseignements qu'il en a rapportés. Poursuivi par "un absolu de vie humaine", il est de plus en plus séduit par l'idée de "devenir un grand humaniste", un "homme digne de ce nom". Ses lectures le mène des philosophes grecs aux auteurs chrétiens, il est même un temps tenté par l'islam, dont la beauté le touche et la grandeur d'Allah le fascine.
 

Deuxième phase | La recherche de l'absolu de Dieu

En 1886, de retour en France après un court séjour au Sahara, sa vie change. Baptisé catholique, attiré par l'islam, il recherche la religion vers laquelle se tourner. On l'envoie consulter l'abbé Huvelin à l’église Saint-Augustin de Paris. Charles de Foucauld se convertit en cette fin d’octobre 1886. Une vie nouvelle commence. Elle sera d’abord contemplative, après un pèlerinage en Terre sainte, il entre à la Trappe de Notre-Dame des Neiges. "Au bout de quelques mois il voit que ce n'est pas sa vocation profonde." Pris par l'absolu de Dieu, cet homme est aussi en plein dans les passions du siècle, à désirer tout, tout de suite. Une forme de raideur intégriste l'habite alors et "le déchire pendant 15 ans, où il va chercher sa voie".
 

Troisième phase | L'apostolat de la bonté

Ordonné le 15 juin 1901 et rejoint l’Algérie. "Il y a une continuité dans la vie étonnante de Charles de Foucauld, c'est un homme constamment évolutif, constamment à l'affût du réel." Les 11 dernières de Foucauld à Tamanrasset, où il accepte d'être seul. "Jamais un évêque ni un prêtre ne le visitera là-bas, il n'aura aucun compagnon". Mais il devient un homme du pays, apprenant la langue des touaregs. "Votre apostolat, lui avait dit l'abbé Huvelin, c'est l'apostolat de la bonté." Au désert, il est "défricheur évangélique", à l'image de Jésus avant sa vie publique, se faisant "frère de chaque homme là où il vit, ainsi que Jésus le fut simplement à Nazareth".

C’est dans son ermitage que Charles de Foucauld meurt le 1er décembre 1916. Il est fait prisonnier par un groupe de guerriers avant d’être tué par son jeune gardien pris de panique. Il est alors âgé de 58 ans. De cette vie de conversion, de prière, d’études et de rencontres au milieu du peuple touareg dans le désert saharien, Charles de Foucauld laisse un précieux héritage. Une figure qui nous redit aujourd’hui l’importance du dialogue et de la rencontre avec autrui. Un thème plus que jamais d’actualité.

Charles de Foucauld: quel héritage?

Charles de Foucauld: quel héritage?

Charles de Foucauld, après sa mort, devient en quelques sortes éveilleur de vocations: à la fois éveilleur de congrégations mais aussi éveilleur à la mission pour tous les baptisés à la suite de l'évangile. Il fonda l'Union. Les détails avec Jean-François Six, spécialiste de Charles de Foucauld, prêtre, et coordinaeur de la confrérie de l'Union.

Lorsqu'il meurt, Charles de Foucauld est seul à Tamanrasset. Il avait longtemps cherché à rassembler des compagnons autour de lui. La règle de vie monastique qu'il avait rédigée avait été jugée "impraticable" par son père spirituel. Après sa mort, pourtant, elle inspire de nouvelles congrégations. A partir de 1901, il abandonne ce projet monastique, et fonde en 1909 l'Union des défricheurs évangéliques, prêtres ou laïcs. A sa mort, ils sont 48 membres.

Aujourd'hui, la "Famille spirituelle Charles de Foucauld" compte différents groupes à travers le monde, et réunit au total plus de 10.000 membres. Le coordinateur de la confrérie de l'Union est le Père Jean-François Six, prêtre de la Mission de France. Il est l'auteur de "Foucauld après Foucauld" (éd. Cerf, 2016), préface par l'évêque d'Oran, Mgr Jean-Paul Vesco.

Charles de Foucauld, un homme habité par la joie

Halte spirituelle, l'intégrale

Charles De Foucauld est mort il y a 100 ans. Il est un exemple édifiant de la joie et de la paix qui habitent le coeur de l'homme lorsqu'il s'est ouvert à Dieu.

A partir du moment où Dieu fait irruption dans la vie de Charles de Foucauld, celui-ci fait l'expérience de la joie qui ne passe pas. On pensait que Charles de Foucauld était quelqu'un de sérieux, une figure d'ascèse, de pénitence et de solitude. "Or, en cherchant un peu plus on s'aperçoit que pour lui la joie est très importante." Et surtout la joie du "Magnificat", celle de Marie. "Une joie calme, paisible mais profonde" au cœur du mystère de la Visitation.
 

"Ô mon Dieu, apprenez-moi à trouver toute ma joie à Vous louer."

 

Charles de Foucauld, c'est l'histoire d'un homme dont la vie n'avait pas de sens. Et qui tout à coup en est venu à être comblé. "Ô mon Dieu, apprenez-moi à trouver toute ma joie à Vous louer", dit-il dans l'une de ses prières. Il a fait l'expérience d'une joie qui transforme tout, sans enlever les "soucis et les angoisses", précise Fr. Xavier Gufflet.
 

Une joie venue de l'expérience de la tristesse

Charles de Foucauld a fait l'expérience de la tristesse au cours de sa vie. Une tristesse très profonde qui l'a habité notamment à la mort de son grand-père. Probablement le moment le plus difficile qu'il ait vécu, car à l'âge de 20 ans, le jeune Charles était depuis ses 6 ans orphelin de père et de mère. Plus tard, en faisant la relecture de sa vie, il dira que cette tristesse venait de Dieu, "comme pour le faire sortir de cette impasse où il se trouvait", explique Fr. Xavier Gufflet.
 

Une joie paisible

"Ce qui est impressionnant chez Charles c'est cette manière de vivre la joie en communion avec les autres." Charles de Foucauld avait cette aptitude particulière de re réjouir du bonheur des autres. De la même façon, lui qui a beaucoup médité sur la Passion du Christ, s'est toujours profondément réjouit de la résurrection du Christ. "Il y a une paix profonde chez Charles au niveau de sa relation avec Dieu."

Les dossiers RCF