Ouvrir nos blessures psychologiques à l'amour de Dieu

Présentée par

S'abonner à l'émission

Halte spirituelle, l'intégrale

vendredi 22 juin à 23h00

Durée émission : 55 min

Halte spirituelle, l'intégrale

© Corinne SIMON/CIRIC - 24 août 2017 : Temps personnel, lors de la 5e édition du "Chantier de la foi" sur le thème "Fonder sa vie sur la confiance en Dieu". Couvent des Carmes, Avon (77), France.

La souffrance psychique nécessite une prise en charge médicale et des soins particuliers. Elle peut aussi être le lieu de la rencontre avec Dieu, qui rejoint toutes nos blessures.

"C’est donc très volontiers que je mettrai plutôt ma fierté dans mes faiblesses, afin que la puissance du Christ fasse en moi sa demeure."
(2 Co 12, 9)

 

Que faire de nos blessures profondes ? De nos chagrins d'enfant ? De ces expériences qui ont figé quelque chose en nous et qui nous empêchent de choisir librement la vie ? Le Père Bernard-Marie Geffroy est l'auteur de "Conversions - Spiritualité et psychologie dans l'épreuve" (éd. Artège). Un récit de résilience où s'articulent les difficultés psychiques et la foi.

"Notre histoire est sacrée, elle devient de plus en plus sacrée parce qu'elle est prise en compte, parce qu'elle est acceptée, parce qu'elle est ouverte à l'autre et à l'Autre"

 

En matière de psychologie, la foi peut-elle tout résoudre ?

On peut penser que Dieu agit par miracle. Mais selon un adage jésuite : "Pas sans Dieu, pas sans moi, pas sans l'autre." On peut compter sur Dieu à condition de vouloir avancer, désirer guérir. Et de faire confiance à l'autre. Dans son livre, le Père Bernard-Marie Geffroy fait des résonnances entre sa propre expérience et celle des personnes qu'il a accompagnées. Résonnance qui ouvre à une relation de confiance : chaque parcours est unique - et c'ets là objet de "contemplation" pour le prêtre - et pourtant "il y a des choses communes dans les blessures".

 



 

Ne pas confondre spi et psy

"Je pars de la foi de la personne, de sa confiance et de sa capacité à exprimer et à aller visiter ses blessures pour pouvoir y mettre l'action de l'Esprit saint dans l'ouverture du cœur." Quand il accompagne une personne le Père Bernard-Marie Geffroy endosse le rôle d'accompagnateur spirituel. Il travaille en binôme avec un psychologue pour "un accompagnement à deux voix, où on ne confond pas les deux missions".

Le Père Bernard-Marie Geffroy s'inspire des chemins de guérison intérieure. Une exploration chrétienne des concepts psychologiques tels que "l'enfant intérieur", "le serrement intérieur" oiu encore "le moi-peau". De même que l'épiderme protège le corps, le "moi-peau" protège le psychisme. Et pour les croyants, le "moi-peau" peut-être spirituel : il nous protège dans notre rapport à "l'invisible". Il peut être renforcé dans la prière.

 



 

Blessures psy, Peut-on espérer guérir ?

Vouloir être guéri, "souvent c'est un chemin et il reste toujours des traces", prévient le P. Geffroy. Mais si l'objectif d'un travail thérapeutique n'est pas la guérison, quel est l'enjeu ? "Je pense que l'histoire de la personne, peut-être surtout quand elle a été douloureuse et que c'est dépassée, permet une croissance spirituelle et humaine." Le message que nous donne le prêtre c'est que notre histoire est "importante". "Cette histoire est sacrée, elle devient de plus en plus sacrée parce qu'elle est prise en compte, parce qu'elle est acceptée, parce qu'elle est ouverte à l'autre et à l'Autre."

 

Invités

  • Père Bernard-Marie Geffroy , prêtre, religieux de l'Ordre des Trinitaires, formé en psychiatrie, ancien aumônier de prison et d'hôpitaux psychiatriques

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours à 21h00

L'émission de référence de RCF! Un format court et quotidien, complété par une version intégrale le samedi, pour engager une réflexion spirituelle profonde et accessible, autour d'une thématique d'actualité.

Le présentateur

Véronique Alzieu

Journaliste à RCF depuis 1993, Véronique s'est spécialisée au fil des ans dans le domaine de la foi, de la vie spirituelle et de la recherche de sens. Elle a choisi la radio parce que c'est un média de proximité, chaleureux sans être intrusif. Son léger accent trahit ses origines pyrénéennes qu'elle revendique avec joie!