Vivre le Jeudi Saint en situation de confinement

S'abonner à l'émission

EMISSION SPECIALE

jeudi 9 avril à 9h03

Durée émission : 1 min

EMISSION SPECIALE

© Alessia GIULIANI/CPP/CIRIC - 22 mars 2020 : Mesures de confinement prises contre la propagation du coronavirus Covid-19 en Italie. Fidèle venue prier dans l'église Santi Antonio da Padova e Annibale Maria - Saints-Antoine-de-Padoue-et-Hannibal-Marie. Rome, Italie.

La situation sanitaire nous prive de l'eucharistie, du lavement des pieds et de l'assemblée de nos frères: comment vivre cette épreuve de foi chez nous et nous préparer à Pâques?

VIVEZ PÂQUES ET LA SEMAINE SAINTE EN DIRECT SUR RCF - Dans ce contexte de confinement lié à l’épidémie de Covid-19, toutes les équipes RCF se mobilisent pour vous faire vivre en direct la Semaine sainte et Pâques. Ainsi, nous proposons à nos auditeurs une programmation autour de trois axes : DONNER DU SENS, PRIER et ACCOMPAGNER.
> En savoir plus

 

Les circonstances actuelles nous font vivre un Jeudi saint inédit : nous célébrons l'institution de l'eucharistie sans pouvoir communier, nous vivons le jour où le Christ a lavé les pieds de ses apôtres alors que nous sommes tenus au respect des gestes "barrière". Et ce soir, alors que nous commémorons la Cène où le Christ prit son dernier repas en compagnie de ses disciples, beaucoup d'entre nous serons seuls.
 

Un Jeudi saint sans lavement des pieds ni communion

Sans communion, ni confession ou lavement des pieds, la vie de foi des chrétiens est fortement bousculée en cette Semaine sainte. Pour Bernadette Mélois, directrice du Service national de pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) de la Conférence des évêques de France, cette épreuve vient "creuser notre faim du retour du Seigneur".
 

Un Jeudi saint par écran interposé

Le risque, quand on assiste aux offices par écran interposé, c'est d'en venir à une "chosification du rite eucharistique", prévient Bruno Lachnitt. Le diacre prévient un "risque d'idolatrie" avec la rediffusion massive des messes sur les écrans. Pour éviter cela, il suggère à chacun de s'interroger : "Où est Dieu, en ce moment de tempête ?" Peut-être sur nos écrans, mais avant tout présent auprès des malades et des soignants. Ces soignants qui, nous dit le Père Nicolas de Boccard, "vivent le lavement des pieds, tous les jours, dans les hôpitaux, mais d'une autre manière".
 

UN APPEL À RENOUVELER NOTRE FOI

Par le biais des médias, les fidèles se rassemblent. Ainsi, dans l'épreuve, nous sommes appelés à voir comment notre foi chrétienne s'incarne dans la vie. Nous sommes appelés à reconnaître dans l'eucharistie le don de Dieu qui se fait dans l'amour fraternel. Et dans la solitude et l'angoisse, nous nous rapprochons du Christ isolé au milieu de ses disciples, "car sans l'expérience du doute, il n'y a pas de confiance, c'est d'abord 'Mon Dieu pourquoi m'as tu abandonné ?' et ensuite "Il remit l'esprit'", conclut Bernadette Mélois.

 

Invités

  • Bernadette Mélois, directrice du Service national de pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) de la Conférence des évêques de France

  • Père Nicolas de Boccard, prêtre du diocèse de Lyon

  • Bruno Lachnitt, diacre permanent du diocèse de Lyon, aumônier en maison d'arrêt

Sur le même thème :