L'ours polaire: indicateur climatique?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

jeudi 28 janvier 2016 à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Olivier DONNARS/CIRIC - Le 12/12/2015, environ 20.000 personnes manifestent près de la Tour Eiffel pour dénoncer "l'état d'urgence climatique" (Paris)

Le plus grand des carnassiers terrestres est devenu le symbole du réchauffement climatique. On en parle avec Stéphanie Gallet.

Lors des différents manifestations en marge de la COP21, des militants allemands déguisés en ours polaires se sont attirés un franc succès. Symbole du réchauffement climatique l'animal en serait l'une des premières victimes. Certains n'hésitent pas à annoncer leur disparition prochaine. Si l'espèce n'est pas considérée comme étant en voie d'extinction elle est classée comme "vulnérable" et inscrite sur la liste rouge des espèces menacées de l'UICN (Union internationale pour la Conservation de la nature).

Il y aurait entre 22 et 31.000 ours blancs sur les terres arctiques (selon une étude de novembre 2015), mais il est très difficile de préciser ces chiffres. Le plus grand carnassier terrestre - certains mâles peuvent atteindre plus de trois mètres - est un animal vagabond qui passe le plus clair de son temps à marcher pour chercher de la nourriture. Il évolue en effet dans un environnemt particulièrement froid et hostile.

Celui que les Inuits appellent "Nanuq" n'a pas de prédateur hormis l'homme. Sa chasse est extrêmement encadrée: seules y sont autorisées les populations autochtones au Groenland, en Alaska et au Canada. En Russie elle est interdite "mais on suppose qu'il y a beaucoup de braconnage", souligne Farid Benhammou. Le Canada a obtenu le droit de commmercialiser des parties de l'ours polaire, contrairement au Groenland et à l'Alaska. Au Canada, les communautés locales ont l'obligation de chasser de manière traditionnelle avec des traîneaux à chiens, ce qui a "un intérêt identitaire et culturel, car cela contraint les Inuits à maintenir leurs équipages", observe le géographe.

Invités

  • Farid Benhammou , géographe, spécialiste des relations entre l'homme et l'animal

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Antoine Bellier reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.