Avec les plus pauvres, reconstruire l’Eglise à l’école de St François d'Assise

Présentée par

S'abonner à l'émission

Vous avez dit fragile?

mardi 28 mai à 21h00

Durée émission : 55 min

Avec les plus pauvres, reconstruire l’Eglise à l’école de St François d'Assise

© Sr Elisabeth / Participation et fraternité

"Va, répare ma maison, qui, tu le vois, tombe en ruines". C'est l'appel reçu du Christ par Saint-François d'Assise au 13ème siècle. Un appel qui résonne encore aujourd'hui.

00:00

00:00

C'est un extrait de la vie de Saint-François d'Assise qui a inspiré les participants de cette émission "Vous avez dit fragile ?" pour réfléchir et échanger sur la situation de l'Eglise aujourd'hui et la manière de la faire vivre. Il s'agit de l'épisode du crucifix de Saint-Damien, extrait de la Vita secunda (n°10) : "Peu de temps avant que la transformation de son cœur n'apparût dans les habitudes de vie de François, il lui arriva de se promener un jour du côté de l'église Saint-Damien, une église presque en ruines et abandonnée de tous ; poussé par l'Esprit, il entra pour prier.  Prosterné, suppliant devant le crucifix, il fut touché et visité de grâces extraordinaires ; il se sentit devenir tout autre qu'il n'était en entrant.  Or, à sa stupéfaction, voilà soudain qu'il entend, par un miracle inouï, cette image qui remue les lèvres, ce crucifié qui parle, l'appelant par son nom : "François, lui dit-il, va et répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruines !" Tremblant, stupéfait, François était comme égaré, incapable de répondre.  Il se mit en devoir d'obéir et concentra toutes ses forces pour exécuter."

Pour Martial, Livas, Olivier, Jérôme, Phanie et Alya, qui tous ont connu ou connaissent la précarité, l'isolement, la vie dure, c'est sur le splus pauvres que l'Eglise doit compter pour pouvoir poursuivre sa mission. Ils entrent en dialogue avec d'autres, notamment des laïcs de la famille franciscaine pour dessiner ensemble les contours de l'Eglise à venir. 
 

Martial: "Pendant ma jeunesse j'ai été un peu ignoré, me sentant délaissé, dans ma jeunesse comme Saint françois j'ai fait la java, la java, la java. J'ai des choses en commun avec saint François: j'ai eu des galères et c'est comme lui j'ai la foi. Comme Saint François, je suis appelé à reconstruire mon Eglise : j'essaie d'apporter ma foi et la parole des plus pauvres dans ma paroisse parce que c'est ce qui manque aujourd'hui dans l'Eglise. C'est en rassemblant les plus pauvres que l'Eglise peut aller de l'avant et se reconstruire."

 

Olivier: "Les apôtres étaient pauvres, ils vivaient simplement, ils marchaient  à la suite de Jésus, ils n'avaient pas 40 chameaux et 20 caravanes à leur suite, ils avaient leurs bâtons. Faut-il reconstruire l'Eglise ? Ne faut-il pas plutôt construire autrement, en construisant des petites églises, des petites fraternités ? La "grande" Eglise a été fracassée et ce ne sont pas ceux qui l'ont fracassée qui vont la reconstruire. C'est à partir de ceux qui ont déjà tout perdu, qui sont en bas, qu'on peut reconstruire sur quelque chose de sain."
 

Phanie, Alya et Jérôme témoignent de la manière dont l'expérience de la fraternité les aide à tenir debout, à l'image de Phanie qui raconte comment, à son arrivée en France, l'aumônerie des étudiants lui a permis de s'intégrer et de trovuer sa place. Alya, jeune demandeur d'asile guinéen, fait la même expérience: au coeur d'une vie très difficile, la fraternité l'aide à tenir debout: "avec le mouvement des Focolari et avec l'Eglise, je me sens comme dans une famille". 
 

Les dernières émissions

L'émission

Le samedi à 23h

Une expérience complètement originale! Sous la forme d'un forum accompagné et animé par Anne Kerléo et Daniel Maciel ou soeur Elisabeth. Cette émission donne la parole aux plus fragiles, précaires, malades, détenus, isolés, et ouvre un temps de liberté ou les expériences peuvent se partager dans le respect de la parole de chacun. Une émission réalisée avec l’association Participation et Fraternité.

Le présentateur

Anne Kerléo

Journaliste de formation, Anne est passionnée de reportage, au coin de la rue ou à l'autre bout du monde. Rédactrice en chef "opérations spéciales" RCF, elle a pour mission de préparer et de coordonner la couverture d'événements grands ou petits et l'organisation d'émission hors des studios. Lyonnaise d'adoption, elle ne s'éloigne jamais longtemps de la Bretagne de ses origines.