Enfants et exilés, le magazine Astrapi publie leurs témoignages

Présentée par

S'abonner à l'émission

Le Temps de le dire

mercredi 11 octobre à 9h03

Durée émission : 55 min

Le Temps de le dire

© Jean-Matthieu GAUTIER/CIRIC - 25 juillet 2017: trois petites filles se tenant par la main dans une rue du camp Ashti 2, Ankawa, Erbil. Kurdistan, Irak.

L’Unicef estime à 50 millions le nombre d’enfants dans le monde déracinés. Le journal Astrapi publie les témoignages des enfants réfugiés en Irak. Pour en parler en famille.

Comment vit-on dans un camp de réfugiés quand on a 3, 8 ou 10 ans? De quoi sont fait les jours et les nuits? À quoi rêve-t-on? Comment dépasser les traumatismes et rester un enfant? Les abonnés à Astrapi, journal des 8-10 ans, recevront bientôt avec le prochain numéro un supplément "Notre journal à nous, enfants et exilés", déjà disponible gratuitement sur internet. En ce 11 octobre, Journée internationale des filles, on se penche sur le sort des enfants de migrants.
 

L’Unicef estime à 50 millions le nombre d’enfants dans le monde déracinés

 

en Irak, un journal pour les réfugiés

Ils ont entre 8 et 13 ans et ils ont fui la guerre. Ils s'appellent Robin, Noor, Ismaël, Mayassa et vivent exilés dans des camps. Leurs témoignages publiés dans le supplément d'Astrapi sont poignants. Ils disent leur histoire, leur vie d'aujourd'hui mais aussi leurs rêves et leurs espoirs. Avec des illustrations signées Robin, "Notre journal à nous, enfants et exilés" permet aux enfants d'ici et aux parents de parler ensemble de cette réalité difficile.

Le journal Astrapi a fait le choix de proposer une version plus courte et "plus légère" d'un journal actuellement diffusé dans les camps de réfugiés en Irak, à plus de 80.000 exemplaires. Un journal pour aider les réfugiés à parler de leur souffrance mais aussi pour tenter de dépasser les clivages. Eglantine Gabaix-Hialé a pu constater que là-bas, en Irak, "les camps sont tous confessionnels", que chrétiens, yézidis, sunnites ou chiites "ne se mélangent pas" mais sont "très avides" de savoir ce que les uns et les autres vivent.

 



 

Témoigner malgré le traumatisme

"La version originale comporte des témoignages un peu plus compliqués et lourds", explique Eglantine Gabaix-Hialé. À l'origine de ce supplément, la journaliste est l'ancienne responsable de la radio chrétienne Al-Salam, à Erbil (Kurdistan irakien) - radio soutenue par L'Œuvre d'Orient et la Fondation Raoul-Follereau et créée en 2015 pour les réfugiés et déplacés d'Irak et de Syrie. Elle connaît donc bien la réalité du terrain.

Ces enfants ne se livrent pas facilement "ils ont vécu des traumatismes assez importants", témoigne Eglantine Gabaix-Hialé. Il a fallu du temps pour que peu à peu la confiance s'installe.

 



 

Migrants et réfugiés: ils sont 50 millions d'enfants

L’Unicef estime à 50 millions le nombre d’enfants dans le monde déracinés et forcés par la guerre les violences et la pauvreté à quitter leur foyer. Ces enfants déplacés de forces sont poussés à migrer à l'intérieur ou à l'extérieur de leurs frontières dans l’espoir d’une vie meilleure. Ils représentent une part disproportionnée et croissante des personnes en migration. On les retrouve dans les camps de réfugiés en Irak, au Liban, en Turquie mais aussi en France dans des campements plus ou moins organisés.

 

Invités

  • Eglantine Gabaix-Hialé , journaliste, chargée de mission à L'Œuvre d'Orient, ancienne responsabble de la radio chrétienne Al-Salam à Erbil (Kurdistan irakien)

  • Gwénaëlle Boulet , journaliste, rédactrice en chef du magazine Astrapi

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Tous les jours du lundi au vendredi, à partir du lundi 4 septembre 2017

La grande émission interactive pour aborder tous les sujets de société, qui font l'actualité. Stéphanie Gallet reçoit ses invités pour réfléchir, approfondir, apprendre et donner du sens à tous les sujets du moment. Posez vos questions ou témoignez en direct pendant l’émission 04 72 38 20 23 ou par mail à l'adresse letempsdeledire[arobase]rcf.fr.

Le présentateur

Stéphanie Gallet

Journaliste à RCF depuis plus de 16 ans, Stéphanie s’intéresse à tout et tout l'intéresse. Elle aime les gens et voyage sans écouteurs.  Elle a presque tout appris en Bourgogne et garde dans son cœur un petit village du Minervois même si elle porte fièrement les couleurs de la Seine-Saint-Denis.