La GPA éthique, est ce que ça existe vraiment?

Présentée par

S'abonner à l'émission

Chronique bioéthique

mardi 19 mars à 18h45

Durée émission : 3 min

Chronique bioéthique

Bonjour !

Voilà quelques semaines que l’on entend parler de « GPA éthique » avec une insistance certaine. L’expression revient dans la bouche de journalistes et de responsables politiques.

Rappelons tout d’abord que la GPA, c’est la « grossesse pour autrui » autrement dit le recours à une mère porteuse. La GPA est interdite en France. Mais elle est revendiquée par des couples infertiles en raison d’une absence d’utérus chez la mère par exemple. Ces couples trouveront peut-être une réponse dans la greffe d’utérus, les premières naissances sont annoncées en France courant 2019.

La GPA est surtout revendiquée par des hommes qui veulent procréer. Aujourd’hui, les couples de femmes exigent le doit à la PMA au nom de l’égalité avec les couples hommes-femmes. S’ils obtiennent gain de cause, la GPA demandée par les couples d’hommes pourrait bien devenir inéluctable, légitimée par une pseudo-égalité.

Pourtant, l’égalité consisterait à donner les mêmes droits aux personnes se trouvant dans la même condition. Or un couple composé d’un homme et d’une femme n’est pas exactement dans la même condition que deux hommes ou deux femmes.

La PMA pour les femmes seules ou les couples de femmes sera à l’ordre du jour des prochaines lois de bioéthique, mais la GPA n’y serait pas. Toutefois, ceux qui travaillent à sa légalisation ne désarment pas et tenteront de l’introduire par le biais des amendements.

Voilà sans doute ce qui explique cette offensive médiatique de promotion de la soi-disant GPA éthique. Pourtant, la GPA ne peut être vraiment « éthique ».
Vous pouvez acheter, vendre, posséder un objet ou un animal, vous ne pouvez rien faire de tout cela avec une personne humaine. Question de dignité !

Or la GPA passe par un contrat entre des personnes demandeuses d’un enfant et une femme qui « loue » ses services. Contrat qui définit la vie et la destination de l’enfant, et éventuellement sa mort s’il souffre de handicap. La GPA n’est pas compatible avec la dignité de la personne humaine, même si la mère est peu ou pas payée, simplement indemnisée.
GPA ne rime donc pas avec éthique, mais s’accorderait plutôt avec exploitation ou esclavage.

Les dernières émissions

L'émission

Le Docteur Xavier Mirabel, médecin oncologue, conseiller médical  d’Alliance Vita, nous parle de la personne humaine, de sa vie et de sa mort, de sa sexualité, et de leurs interactions avec la médecine et la société.

Le présentateur

Xavier Mirabel