Olivier de Benoist libère les pères sous pression

Présentée par UA-136903

S'abonner à l'émission

TOut DOux

jeudi 10 septembre à 17h03

Durée émission : 57 min

Olivier de Benoist libère les pères sous pression

© Olivier de Benoist - L'affiche de son nouveau spectacle, "Le petit dernier"

Une telle pression pèse sur les parents aujourd'hui, qu'il vaut mieux... en rire! C'est en tout cas une source d'inspiration pour l’humoriste Olivier de Benoist, lui-même père de 4 enfants.

Cette émission est archivée. Pour l'écouter, inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous directement si possédez déjà un compte RCF.

Pourquoi tant de pression sur les parents ? L'humoriste Olivier de Benoist s'en étonne et y puise son inspiration. Il revient avec un nouveau spectacle, "Le petit dernier", où l'on retrouve son esprit caustique et son ton "politiquement incorrect". Un one-man-show pour libérer les parents qui se sentent coupables d'êtres imparfaits...

 

"Il faut arrêter de sacraliser la paternité"

 

olivier de benoist, de Juriste à "saltimbanque"

Repéré il y a 10 ans dans l'émission de Laurent Ruquier, "On n'demande qu'à en rire", le comédien et humoriste, qui a même été magicien à ses débuts, reconnaît que cette émission "lui a tout donné". Né à Reims il y a 47 ans, Olivier Marie Emmanuel de Benoist de Gentissart, de son nom complet, est issu d'une longue lignée de la noblesse belge. Des origines dont il est "fier" même s'il "ne vit pas dans un château" et ne se déplace pas en "chaise à porteurs"... "Je suis le seul en France à avoir une carte d'identité au format A4 !"

Dans sa famille il n'y avait pas de comédien. Olivier de Benoist a toujours été "tiraillé entre une carrière sage et devenir saltimbanque". Après une formation de juriste, il a tout de même changé de voie - "le droit, c'est super à partir du moment où on en sort", ironise-t-il. Il a débuté avec des spectacles comme "Modèle déposé", créé par Benoît Poelvoorde, ou "Loft Sorry", puis sa carrière d'humoriste a pris un sérieux envol grâce à l'émission de France 2. Dont il a détenu le record de passages, jusqu'à être détrôné par Jérémy Ferrari...

 

 

La pression sur les parents, mieux vaut en rire...

Si son spectacle "n'a pas de message", Olivier de Benoist trouve "qu'il faut arrêter de sacraliser la paternité". "On met une telle pression sur les parents aujoud'hui que ça devient absolument insupportable !" Dans "Le petit dernier", il rit de la paternité, ou plus exactement des difficultés et cas de conscience que l'on impose aux parents : un enfant ça coûte de l'argent, ça pollue, ça empêche de dormir... Avec des formules comme "reconnaître son enfant comme on reconnaît ses erreurs", il affiche un humour caustique. Comme s'il s'agissait de libérer son public de cette culpabilité que la société fait parfois peser sur les épaules des parents.

"Grâce au confinement je connais le prénom de mes enfants." Ce père de quatre enfants a beau être sarcastique, il touche tout de même du doigt une réalité quand il parle du confinement. La cohabitation des familles nombreuses 24 heures sur 24 a aussi été pour beaucoup une épreuve. "On oublie de dire le cauchemar qu'on a vécu depuis le 15 mars", dit-il avec sérieux, avant de revenir à un ton qui lui est plus familier : "Le confinement, c'est là où j'ai compris que j'en avais quatre !"

 

Sur le même thème :

Les dernières émissions

L'émission

Du lundi au vendredi à 17h03

Et si on prenait une heure pour se faire du bien à l’heure de pointe ? C’est ce que vous propose RCF dans cette toute nouvelle émission. Des invités de marque vous partagent à la fois leurs projets et ce qui les inspire pour vivre au jour le jour. Des chroniqueurs vous donnent des conseils mieux vivre, famille et culture. Une heure de bonne humeur, de bonnes idées, de musique et d’un peu de douceur pour vous accompagner dans le tempo effréné du quotidien.

Le présentateur

Vincent Belotti

Ado, Vincent écoutait dans son lit les voix de la nuit, espérant un jour passer de l’autre côté du transistor. Après avoir couvert l’actualité pour RCF Haute-Savoie puis RCF Lyon, il a animé A votre service puis Ca va mieux en le disant. Avec C’est aussi de l’info une nouvelle aventure commence. Mais il n’abandonne pas sa collection d’appareils de TSF des années 30 à 50.